Alors que la crise égyptienne est dans l’impasse, la Turquie vante son expérience politique et se rapproche du Qatar


Après avoir été sous le feu des critiques qui lui reprochaient de ne pas se faire entendre depuis le début de la crise égyptienne, Recep Tayyip Erdoğan est sorti de sa réserve, mardi 1er février, lors de la réunion hebdomadaire du groupe AKP. Prenant acte de l’ampleur des manifestations du 29 janvier et du 1er février 2010, le premier ministre turc a appelé Hosni Moubarak à entendre le désir de réforme de son peuple, et à engager sans tarder la transition nécessaire. Pourtant loin de se satisfaire de ce premier pas, le leader de l’AKP, qui se trouvait le lendemain en Kirghizie à l’occasion d’une visite officielle, a enfoncé le clou, en demandant à nouveau à Hosni Moubarak de promouvoir le changement en Egypte, mais cette fois en des termes beaucoup plus explicites et insistants. Réagissant en outre à l’annonce faite par le président égyptien, au soir des manifestations du 1er février, qu’il ne se représenterait pas à la prochaine élection présidentielle, le chef du gouvernement turc a jugé cette initiative insuffisante.

«Le peuple attend une décision différente de M. Moubarak», a-t-il déclaré en ajoutant : «… les Égyptiens ne font pas confiance à l’administration actuelle pour mener les changements qu’ils attendent

Mais surtout, Recep Tayyip Erdoğan, comme il avait d’ailleurs commencé à le faire en des termes plus discrets, mardi, a mis à nouveau en exergue l’expérience turque de démocratisation, et l’intérêt qu’elle pouvait représenter pour des pays arabes en pleine mutation. Ce propos intervient au moment où le think tank TESEV vient de rendre publique une enquête sur l’impact de l’expérience turque de démocratisation au Moyen-Orient, qui montre que 66% des 2300 personnes sondées dans 7 pays arabes et l’Iran, considèrent la Turquie comme un mélange réussi d’islam et de démocratie. S’ajoutant au propos tenus par le premier ministre, il n’en a pas fallu plus pour que la presse turque se couvre de chroniques affichant des titres évocateurs sur le sujet : « La Turquie est Place Tahrir », « Le rôle de la Turquie dans la Révolution », ou encore « Ce ne sera pas l’Iran, ce sera peut-être la Turquie ». Nombre de leurs auteurs s’accordent en outre pour estimer que cette attention renouvelée pour l’expérience politique turque pourrait conforter le rayonnement régional d’Ankara, au moment où l’Egypte vacille et où la Turquie se retrouve plus que jamais, au Moyen-Orient, en position de puissance ascendante.

Tandis que le premier ministre se faisait le chantre d’un modèle politique «a la turca», son ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, s’est rendu au Qatar, le 3 février, pour évoquer la crise égyptienne avec le premier ministre qatari, Cheikh Hamad bin Jasin al-Thani. Ce n’est pas la première fois qu’Ankara et Doha se retrouvent côte à côte pour évoquer les problèmes de la région, voire pour œuvrer à leur résolution. Les deux pays ont récemment travaillé de concert pour stabiliser la crise gouvernementale libanaise, en parvenant à unir les Druzes et le Hezbollah sous l’égide d’un premier ministre sunnite pro-syrien ; une initiative périlleuse qui a pour l’instant abouti, en supplantant la diplomatie occidentale au pays des Cèdres. Le Qatar et la Turquie se retrouvent encore pour favoriser le désenclavement politique de la Syrie, essayer d’intégrer le Hamas dans les négociations du conflit israélo-palestinien ou rapprocher les factions irakiennes. Doha joue en outre un rôle important dans les négociations qui se déroulent actuellement au sujet du Darfour.

À première vue cette convergence entre deux pays différents à bien des égards, peut surprendre. La Turquie est sunnite. Elle possède une population de 76 millions d’habitants, et ne fait pas partie du monde arabe. Le Qatar, pour sa part, est un émirat du Golfe d’à peine un million et demi d’habitants, producteur de pétrole, qui s’est distingué au cours des dernières années en entreprenant de multiples réformes (développement du droit des femmes, mise en place d’un parlement élu…). Il organisera la Coupe du monde de football en 2022, et l’on observe que, comme celui de la Turquie, son rayonnement n’a cessé de s’amplifier au Moyen-Orient au cours des dernières années. Cette montée en puissance doit aussi beaucoup au fait que ce pays abrite la fameuse chaine d’information «Al-Jazeera» qui, depuis l’intervention américaine en Irak, en 2003, tient une place centrale dans la couverture de l’actualité au Moyen-Orient, une place qui se confirme encore actuellement en Égypte.

En réalité, au moment où la crise égyptienne est dans l’impasse, où la diplomatie américaine hésite à prôner plus ouvertement le départ du rais et où les capitales européennes s’agitent pour tenter de faire oublier l’inexistence initiale de Lady Ashton, le tandem turco-qatar est à prendre au sérieux, et pourrait même surprendre par ses initiatives dans les prochains jours.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.