Si rare d’être laïque…


De Samsun où elle enseigne à l’Université du 19 mai, Claire Lajus nous livre quelques réflexions sur la laïcité qui lui sont suggérées par les débats auxquels elle assiste quotidiennement… à méditer…

La vie politique turque met depuis plusieurs semaines la population sous pression mais cette situation a le mérite de faire vivre un débat démocratique fortement souhaité au sein de la société. Entre “pro-AKP” et “anti-AKP”, les tendances politiques s’exacerbent… en bref, ça discute ferme dans les familles et entre les étudiants.
Les “pro-AKP” avancent l’argument que leur parti a stabilisé l’économie du pays (en limitant l’inflation et en accélérant les privatisations) et qu’il ne menace nullement la laïcité. Les “anti-AKP” affirment que l’arrivée au pouvoir de ce parti a surtout profité aux riches. Il y aurait une augmentation du nombre de milliardaires turcs. L’AKP serait en train de “vendre le pays”. Tayyip Erdoğan aurait d’ailleurs reconnu qu’il ”marchandait la Turquie” et aurait “vendu”, par exemple, une partie des rives du Bosphore, considérées comme patrimoine national, à des hommes d’affaires de Dubaï. Le gouvernement actuel menacerait, en outre, la laïcité en encourageant les écoles et les cités universitaires privées de tendances religieuses et en tolérant dans certaines petites villes le port du voile à la récréation…
Comme on a pu le constater à travers les meetings politiques qui se sont tenus ces dernières semaines, un véritable rapport de force s’est installé au sein de la société turque entre défenseurs de la laïcité et partisans d’un islam modéré. C’est un sujet sensible, viscéral presque pour les Turcs, qui alimente en ce moment beaucoup les conversations, les tenants de la laïcité estimant que ce principe fondateur est particulièrement en danger. Mais, plus que jamais, la laïcité est une notion floue, modelée suivant les intérêts des uns et des autres. Les rassemblements laïques de ces derniers mois n’ont hélas pas contribué à éclaircir l’usage de ce concept qui, selon les cas, est relié plus ou moins maladroitement à Atatürk (le fondateur de la République turque) ou à l’armée elle-même. La laïcité turque possède, par certains côtés, un aspect autoritaire indéniable, facteur d’incompréhension pour une frange de la population (les jeunes femmes pratiquantes, en particulier). Une minorité religieuse utilise aussi les frustrations vécues pour remettre en cause les lois sur la laïcité non sans avoir des arrière-pensées clientélistes visant à séduire un peuple majoritairement croyant.
Ce n’est pas un fait nouveau mais cette tendance s’est nettement renforcée au cours des dernières années. On a vu s’exprimer, en effet, un besoin de plus en plus marqué d’affirmer son appartenance religieuse au grand jour. Le fait qu’un candidat à la présidentielle puisse avoir une femme voilée le montre. Cela n’aurait pas été envisageable par le passé car le voile était en général, depuis Atatürk et ses réformes, considéré comme un signe rétrograde par la classe dirigeante et les classes moyennes.
Il ne faudrait pas croire que les femmes aient toujours été voilées : il y a 20 ans, les jeunes filles en particulier ne se voilaient pas aussi fréquemment (sauf bien sûr dans les villages et les régions traditionnellement conservatrices comme à l’Est), traditionnellement seules les femmes mariées ou âgées se couvraient la tête. À présent, même dans les grandes villes, on ne compte plus les jeunes femmes voilées dans la rue, ni même les étudiantes, qui, pour contourner l’interdit à l’université, mettent même des perruques sur leur voile. Il est nouveau que le voile, qui était auparavant le signe d’une appartenance religieuse et culturelle ancestrale, soit revendiqué et considéré comme un le témoin d’une identité, voire d’une conviction politique islamique. À croire que les Turcs n’étaient pas de “vrais” musulmans auparavant…
Voici les fruits d’un ”islam modéré” tant loué par certaines puissances étrangères qui ne sont d’ailleurs la plupart du temps pas laïques… Le danger que peut représenter un gouvernement à tendance islamiste en Turquie est sûrement renforcé (ou grossi) par la situation mondiale où religion et politique se mêlent de plus en plus. Il est rassurant de constater que malgré cela, le peuple turc est prêt à défendre, avec vigilance et acharnement, ce qu’il considère comme un acquis fondamental de sa démocratie et comme un rempart face au fanatisme. À méditer…
Claire Lajus, Samsun


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Sami dit :

    Je voudrais réagir sur la question de l’augmentation de plus en plus importante de femmes et filles voilées. Je ne considère pas cette croissance (si elle est réelle)comme “inquiétante”; j’attache beaucoup d’importance à la liberté de religion et le fait de voir de plus en plus de femmes voilées ne me révulse pas du tout. J’estime que c’est un choix, certes radical, mais qui ne doit pas attirer ipso facto une réprobation générale. Je suis de ceux qui considèrent que le voile n’est pas une forme d’avilissement de la femme ou un signe d’inégalité entre les femmes et les hommes. Pourquoi devrions-nous porter un jugement négatif sur l’exercice par une personne de son droit de vivre sa religion même si sa cristallisation est aux antipodes de nos valeurs? Je suis français musulman d’origine turque et de souche ossète et tout en reconnaissant le voile comme une prescription coranique (ce qui fait débat surtout chez les théologiens turcs), j’ai toujours pensé qu’il ne représentait pas la quintessence de la foi pour une femme ou pour raisonner en termes religieux que ce n’était pas une prescription dont l’irrespect engendrait un péché inexcusable. Cette minoration de sa valeur ne m’a cependant jamais conduit à critiquer les femmes qui se voilent. Je les respecte et le fait que leur nombre augmente m’indiffère; ce qui me préoccupe, c’est que chacun de nous puisse vivre sa conception de la religion dès lors qu’elle n’entraîne pas des troubles à l’ordre public. Or, les étudiantes voilées ne me semblent pas porter atteinte aux droits et libertés des étudiantes non voilées. J’écoutai dernièrement un professeur turc qui reconnaîssait qu’une “voilée” ne portait pas directement atteinte à une “non voilée” mais que l’effet de mimétisme ou la crainte du rejet “pouvaient” conduire les non voilées à reconsidérer leur position et finalement à se “fermer” pour reprendre la traduction littérale “kapanmak”. C’est l’analyse d’un universitaire ! On comprend sans doute pourquoi les universités turques n’arrivent jamais à se hisser à une place dans le classement des 500 meilleures universités au monde. Leur souci n’est pas la production scientifique mais le simple morceau de tissu que certaines personnes sincères ont décidé de porter.

  2. Jacky dit :

    Je ne partage pas la vision de cet article.Il faut se poser plusieurs questions :Est-ce que la laïcité est une norme dans toutes les “démocraties” ou est-ce que c’est une particularité politique de quelques pays ?Je mets des guillemets car la Turquie n’est pas une démocratie objectivement. Il serait facile d’établir une liste de critères définissant une démocratie et de démontrer que la Turquie ne répond pas à beaucoup d’entre eux voire pas du tout.Il faut savoir aussi que la laïcité est une conception qui n’existe pas dans de nombreux pays démocratiques. La laïcité est une vision très franco-centrée. Cela n’exclut pas la stricte division entre religion et Etat ailleurs.Est-ce que les mobilisations des citoyens turcs visaient à défendre une menace contre la démocratie ? Est-ce qu’elles sont rassurantes au vu et au su des manoeuvres de l’establishment militaire ?Là, je renvoie aux autres analyses présentes sur ce blog et j’attirerai l’attention sur le contraste qui existe entre celles-ci et l’impression donnée par cet article.Etant donné l’éducation reçue par les citoyens turcs dès le plus jeune âge, laïcisme et nationalisme se fondent complètement. Il n’y a pas un instant où éventuellement ils se rejoindraient. Ça me paraît clair.Pour quitter l’idéologie du régime fondé par les militaires, il faut soit naître dans des milieux d’opposants radicaux, soit parcourir un cheminement intellectuel personnel laborieux.Précisément, comme cela était dit précédemment, le panel politique turc se limite-t-il à deux camps ?Quid de la position des pro-kurdes, quid de la position de la gauche non-nationaliste…Est-ce que la politique néo-libérale est une exclusivité de l’AKP ?La Turquie vit sous ponctions du FMI depuis bien avant l’émergence de l’AKP.Le ministre des finances de la législature précédente était Kemal Derviş (CHP), connu pour avoir mené des réformes libérales drastiques – il a notamment été vice-président de la banque mondiale – qui ont renforcé la position des oligarques turcs.Il serait effectivement peut-être bon de ne pas sombrer dans un simplisme binaire.

  3. Bruno dit :

    Je tiens en premier lieu à louer l’existence du blog de l’OVIPOT qui tente d’offrir un point de vue dépassionné sur la Turquie et sa vie politique. Point de vue, qui plus est, cohérent (cf Baskin Oran), ce qui, en ces temps d’agitations politiques, est absolument nécessaire.Ceci étant dit, je me permets d’apporter un commentaire au présent témoignage, car il me semble empreint d’une vision toute classe-moyenne-citadine. Beaucoup, en effet, ne cesse d’affirmer que la proportion de filles et femmes voilées a augmenté en Turquie. Sur quelle base statistique s’appuient ces personnes ? L’impression ! Il faut bien prendre garde de ne pas confondre impression personnelle et objectivité. Car si les individus voilés se font plus visibles (signe d’une relative liberté), la conclusion n’en est pas forcément que leur place dans la socité turque est plus importante. L’exode rural a de surcroît considérablement modifié la donne dans les villes… origine probable du mécontentement des “vieux” citadins.Je tiens également à réagir sur l’opposition “pro-AKP” – “anti-AKP”. N’y a-t-il donc pas d’alternatif dans ce pays ? Si, et malheureusement, la voix de ceux qui refusent un bipartisme stérile (qui ne profite qu’aux professionnels de la politique) ne se fait pas assez entendre. Je suis Français et athée; je connais de nombreux Turcs et athées qui, comme moi, ont suivi avec méfiance et scepticisme les manifestations laïques des dernières semaines. La laïcité est un outil pour la démocratie, un moyen pour les personnes de protéger leurs libertés individuelles et collectives. Les rassemblements qui ont pris place dans les plus grandes villes de Turquie ont pour l’essentiel glorifier le communautarisme et le refus des particularismes.Je ne veux cependant pas sombrer dans le plus sombre des pessimismes et conclurai en rejoignant Claire Lajus sur un point important : un véritable débat s’est instauré, qui peut à lui-seul barrer la route aux tentations extrémistes et militaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.