Erdogan cherche à reprendre la main sur l’Irak du Nord


Alors même que le secrétaire général de l’OTAN en visite officielle à Ankara appelait la Turquie à la modération, Recep Tayyip Erdoğan s’est employé à reprendre la main sur la question de l’Irak du Nord. Lors d’une réunion au sommet des principales autorités civiles et militaires, le 12 juin 2007, le Premier Ministre a dit très clairement qu’il n’y aurait pas d’incursion de l’armée turque en territoire irakien pour réduire les camps du PKK. Pour lui la lutte contre le terrorisme doit d’abord se dérouler en Turquie même, car a-t-il dit « s’il n’y a guère que 500 terroristes en Irak du Nord, il y en a probablement 5000 en Turquie ».
De toute évidence, dans la déclaration qu’il a faite à l’issue de ce sommet, Recep Tayyip Erdoğan a voulu couper court aux déclarations qui, venant de multiples horizons depuis plusieurs semaines et en de multiples occasions, ont cherché à mettre son gouvernement en porte-à-faux sur la questions kurde tout en exacerbant les réactions nationalistes que les attentats du PKK pouvaient susciter. Il s’est donc soucié de se poser en chef de gouvernement responsable et insensible aux vociférations multiples dont lui et son gouvernement sont l’objet. Cela a été particulièrement clair lorsqu’il s’est interrogé sur les conséquences non seulement politiques et militaires mais aussi économiques que pourrait avoir une intervention de l’armée turque en Irak. « Peut-on dire que l’économie et nos positions sur les marchés n’ont pas d’importance pour notre sécurité ? », a-t-il déclaré, répondant indirectement à la TÜSIAD qui avait dit récemment que sur la question de l’Irak du Nord, c’est la sécurité qui devait primer sur l’économie.
De façon plus polémique, le Premier Ministre s’en est pris aussi aux généraux à la retraite qui ne cessent de s’exprimer sur l’Irak. Pour lui, ce comportement essaye de créer une atmosphère négative dans la société à l’encontre de l’action de son gouvernement et ces militaires retraités excèdent manifestement la liberté de ton dont ils disposent vis-à-vis des médias. Par ailleurs, Recep Tayyip Erdoğan a vivement regretté les débordements politiques nationalistes dont les obsèques des militaires, récemment victimes d’activistes kurdes, ont été le théâtre. Pour lui les auteurs de ces débordements (principalement des militants du MHP)

« n’étaient là ni pour accomplir un devoir religieux ni pour manifester un sentiment humain. Ils avaient un objectif autre bien particulier. Cela n’est pas correct au regard tant des usages qui sont ceux d’un enterrement que de la mémoire des martyrs eux-mêmes ».

Appelant à la création d’une plateforme rassemblant les partis politiques, les syndicats et les organisations non-gouvernementales contre le terrorisme, le Premier Ministre a cherché à rassurer le pays sur l’ambiance qui est, à l’heure actuelle, celle des sommets de l’Etat. Par les contacts réguliers qu’il a avec la Présidence de la République et l’armée, il a assuré que le fonctionnement des pouvoirs publics était régulièrement assuré et donc en mesure de faire face à la situation.
En réalité, les déclarations faites hier par le Premier Ministre sont un moment significatif de plus dans le conflit qui oppose le gouvernement de l’AKP à « l’establishment politico-militaire ». Le chef de gouvernement entend bien sortir du piège que lui tend l’armée depuis que le chef d’Etat major, lors d’une conférence de presse le 12 avril dernier, a déclaré que la décision d’une intervention militaire en Irak était du ressort du gouvernement. En somme, en disant ouvertement ce que tout le monde pense d’ailleurs tout bas, à savoir qu’une intervention militaire turque serait une erreur et ne résoudrait pas le problème du terrorisme, Tayyip Erdoğan assume la tête haute une position que ses adversaires voudraient lui voir défendre le profil bas. Cette attitude lui permet en outre de rappeler, face aux incursions politiques permanentes de l’armée en la matière, que la politique étrangère relève de l’appréciation du seul gouvernement civil. Certes, le Premier Ministre prend le risque heurter le sentiment nationaliste blessé consécutif aux attentats terroristes mais il pourrait bien rencontrer aussi l’assentiment d’une majorité silencieuse, peu convaincue par l’efficacité et l’opportunité d’une intervention militaire dans le guêpier qu’est à l’heure actuelle l’Irak du Nord…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.