Nouvelles hésitations françaises à l’égard de la candidature turque

Les revirements de position du nouveau gouvernement français s’enchaînent et font craindre une remise en cause de l’issue de la candidature turque. En effet, après avoir annoncé à plusieurs reprises son opposition catégorique à la poursuite des négociations en vue de l’adhésion de la Turquie, le Président français Nicolas Sarkozy a, comme l’on sait, modéré son attitude.

Le chef de l’Etat privilégie en fait la résolution de la crise institutionnelle pour relancer l’Europe. Son objectif est de rassembler les 27 autour de son projet de Traité simplifié afin de surmonter la paralysie engendrée par les “non” français et néerlandais au traité constitutionnel. Dans une optique de compromis, Nicolas Sarkozy adopte ainsi une attitude plus souple et plus consensuelle, quant à sa stratégie européenne actuelle. En dépit des promesses faites lors de la campagne électorale, il a rapidement fait savoir que l’ouverture de trois nouveaux chapitres de négociations prévus avec la Turquie ne sera pas bloquée par la France, lors du sommet européen du 26 juin, ultime défi pour la Présidence allemande.

Cependant, le gouvernement français a informé ses partenaires européens qu’il émettrait “une réserve politique” concernant l’ouverture du Chapitre sur l’Union Economique et Monétaire (UEM). Jean-Pierre Jouyet, secrétaire d’Etat aux affaires européennes, tente de justifier ce nouveau rebondissement. L’introduction de la monnaie unique présuppose d’être membre de l’Union Européenne. Or, le gouvernement français projette de réorienter les négociations dans le sens d’un partenariat privilégié avec la Turquie. Selon Paris, discuter de l’Euro ne semble donc pas opportun dans l’état actuel du processus d’intégration. Cette réserve (voire ce véto) pourrait être, le cas échéant, appuyée par Chypre, très réservée sur l’entrée de la Turquie dans l’Union.

Ces nouvelles déclarations provoquent de multiples réactions dans les milieux européens. Le 13 juin le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Joaquin Almunia, a répété que

«dans le chapitre Union économique et monétaire, de la part de la Commission, il n’y a pas, ni dans le cas de la Turquie, ni dans d’autres cas, de difficulté majeure”.

D’autre part, Bruxelles a rappelé que le lancement d’un tel chapitre restait tout à fait cohérent car les négociations avec Ankara ont toujours pour objectif principal… l’adhésion de la Turquie.

Cécile Nourigat


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.