Pour Cengiz Aktar, "nous assistons à la faillite du système mis en place par le coup d’Etat du 12 septembre 1980".

Au moment même où la crise politique turque s’approfondit, Cengiz Aktar, Professeur à l’Université de Bahçesehir, spécialiste de l’intégration européenne et chroniqueur en vue dans la presse stambouliote, a répondu aux questions de Jean Marcou.

Jean Marcou : Cengiz Aktar, à un mois maintenant des élections législatives, quel bilan faites-vous des événements qui se sont déroulés en Turquie, au cours de ces dernières semaines ?

Cengiz Aktar : De ce que nous venons de vivre, je crois qu’il faut d’abord tirer une conclusion structurelle : nous assistons à la faillite du système mis en place par le coup d’Etat du 12 septembre 1980. Ce système ne correspond plus à la réalité turque qui est celle d’un pays qui a connu de grands changements depuis cette époque-là d’ailleurs. Le système qui a été mis en place alors, était un système peureux qui, comme toujours dans l’histoire de la démocratie turque, voulait d’abord prendre en compte les intérêts de l’Etat. En fait, le régime politique turc actuel n’est ni un vrai système présidentiel, ni un système semi-présidentiel, comme en France, c’est un système “quart-présidentiel”, un système présidentiel qui n’ose pas dire son nom. Le Président l’a même récemment reconnu, il a beaucoup trop de pouvoirs pour quelqu’un qui est finalement plus nommé que vraiment élu. Et cette personne qui est supposée être par excellence le représentant de l’Etat et surtout des intérêts de l’Etat peut, comme on est entrain de le voir aujourd’hui, tout bloquer et amener le pays à un état de crise qu’il va falloir gérer et que pour l’instant personne ne gère. La Turquie s’achemine ainsi, dans cet état de crise, vers des élections relativement anticipées, dirais-je, puisqu’elles n’ont été avancées que de 3 mois environ. Il y a donc, en l’occurrence, la preuve que le système est en faillite mais aussi la démonstration que les intérêts de l’État tiennent une place non négligeable dans ce pays et qu’il va falloir compter avec eux, quel que soit le résultat des élections du 22 juillet. Voilà mon bilan qui est un bilan à la fois structurel et conjoncturel. J’ajouterai qu’il est important de relever que le parti au pouvoir, l’AKP, s’est, malgré l’affichage de ses prétentions réformistes, superbement accommodé de ce système, pourtant mis en place à l’origine par une frange de la société turque qui est sensée être son pire ennemi.

JM : Certes, toutefois, vous conviendrez que, depuis les débuts de la crise actuelle, on voit jour après jour se mettre en place une opposition frontale et poindre une sorte de bipolarisation de plus en plus antagoniste. Dès lors, à votre avis comment peut se terminer une telle confrontation ?

CA : Je crois que le pire des scénarios serait que l’AKP soit en mesure de former un gouvernement à lui tout seul à l’issue des élections législatives. Un tel scénario serait en effet susceptible d’exacerber encore plus des tensions qui sont déjà latentes dans ce pays. Cela ne se terminera peut-être pas par un coup d’Etat mais il pourrait y avoir une sorte de guerre civile. Car en Turquie, il y a de la matière pour ce genre d’affrontements. L’AKP va donc devoir jouer très finement dans les prochaines semaines mais est-ce que cette formation en est capable ? Tout dépendra de ses résultats aux législatives ? Aura-t-elle une majorité absolue lui permettant de gouverner seule ou devra-t-elle former un gouvernement de coalition avec un autre parti ? Vraiment, on n’en sait rien au jour d’aujourd’hui. Tout ce que l’on peut dire, c’est que les membres de l’AKP sont, à l’heure actuelle, extrêmement arrogants, cela parce qu’ils misent sur une réaction populaire à ce qui s’est passé depuis deux mois, notamment à la suite de la crise constitutionnelle et des blocages présidentiels. Ils espèrent que le peuple, à l’occasion des législatives, va réagir en leur faveur en les plébiscitant face à l’interventionnisme de l’armée et de ce que j’appellerai « l’ancien establishment ». Je suis frappé que les membres de l’AKP soient actuellement si sûrs d’eux-mêmes. Ce n’est pas très bon dans une démocratie car il peut toujours y avoir des surprises. En tout état de cause, je ne leur souhaite pas d’avoir le pouvoir seuls parce que ce sera le début d’une confrontation très vive qu’ils n’arriveront pas à gérer.

JM : Dans cette confrontation les symboles sont-ils importants, je pense notamment à l’hypothèse de la présence d’un Président ayant une femme voilée, à Çankaya…

CA : Évidemment, l’un des thèmes favoris illustrant l’arrogance que je viens d’évoquer est l’affirmation qui, pour l’AKP, consiste à dire : «on fera élire à la présidence le candidat que l’on voudra ». Cela risque d’être encore Abdullah Gül ou Recep Tayyip Erdoğan et si l’un des deux est élu, ce sera vraiment un ticket pour l’enfer car, en face, tous démons symboliques vont resurgir.

JM : Comment expliquer cette obstination de l’AKP à conquérir la Présidence de la République alors même qu’il s’agissait plutôt un parti basé sur le compromis…

CA : En fait, on s’est rendu compte que ce parti fonctionnait surtout par à-coups tactiques et qu’il n’avait pas de réelle stratégie, sinon sa stratégie islamique qui a été mise au placard depuis belle lurette. Donc, ce parti n’est pas, à mon avis capable de pouvoir gérer la crise turque actuelle. Les leaders de l’AKP l’ont montré récemment à l’occasion de leurs déboires présidentiels. En fait, leur réformisme est un réformisme de façade. C’est le grand enseignement que l’on peut tirer, à mon avis, de l’arrêt du processus de réformes auquel on a assisté à la fin de l’année 2004. Du jour où ils ont obtenu une date pour ouvrir les négociations d’adhésion avec l’UE, le 17 décembre 2004, ils ont arrêté de travailler. Et, à partir de ce moment-là, les tares chroniques de la démocratie turque mais aussi les insuffisances de l’AKP sont réapparues au grand jour. Ce fut caricatural, du jour au lendemain, ils ont tout arrêté et le Roi s’est retrouvé nu ! C’est un enseignement majeur à tirer, que ce soit pour le fonctionnement de ce parti qui se dit réformiste, que ce soit pour le fonctionnement du système politique turc.

JM : Et en face, « l’establishment » a-t-il, pour sa part, une réelle stratégie ?

CA : Non « l’establishment » n’a aucune stratégie, en tout cas aucune stratégie nouvelle. Ce qu’il cherche avant tout c’est un retour en arrière, un retour au bon vieux temps… on ne sait plus très bien de quel temps il s’agit d’ailleurs…est-ce l’époque d’Atatürk.. est-ce celle d’Inönü… peu importe mais, vu qu’il n’a aucune stratégie par rapport à la globalisation et par rapport au changement qui est en cours dans le pays, il tient un discours politique comparable à celui d’Enver Hodja à l’époque où l’Albanie s’était coupée du monde. Il s’agit d’un discours xénophobe et isolationniste qui s’accompagne d’une sorte de repli sur soi et d’une animosité à l’égard de l’Occident (l’Union Européenne comme les Etats-Unis). Il y a enfin un fort sentiment d’insécurité dans le discours de cet « establishment » qui, à mon avis, n’a plus d’avenir politique dans ce pays.

JM : La question kurde s’est invitée récemment dans la crise politique que connaît, à l’heure actuelle, la Turquie, quelle peut être son influence ?

CA : À l’époque où l’invasion américaine s’est précisée en Irak, certains Kurdes ont pensé que le moment était venu de relancer leur vieux rêve d’un État kurde indépendant. À partir de ce moment-là, ils ont commencé à jouer plutôt la carte américaine contre la carte européenne. Dés lors, toutes les réformes réalisées dans la perspective de l’intégration européenne de la Turquie sont devenues presque caduques sous les coups conjoints, tant de « l’ancien establishment » mal disposé vis-à-vis des réformes démocratiques que d’une certaine frange de la société kurde qui s’est mise à demander tout, tout de suite, de façon à couper l’herbe sous les pieds des velléités réformatrices d’Ankara. On est ainsi aujourd’hui dans une situation où le processus réformiste est toujours là mais où il a beaucoup de mal à avancer, avec une montée en puissance du nationalisme kurde qui se traduit par des attentats mais aussi, sur le plan politique, par une tentative d’entrer dans le parlement par le biais des candidats indépendants. De mon point de vue, le problème kurde est prioritaire en Turquie. Sans une solution durable à ce problème, je ne vois pas comment la stabilité économique pourra être assurée dans ce pays. C’est pourquoi, je crois qu’il faudrait que l’on crée une sorte de ministère spécialisé pour développer les zones kurdes qui forment en quelque sorte le « Mezzogiorno » turc. Mais il faut aussi traiter ce problème de façon globale, c’est-à-dire dans toutes ses dimensions économiques, sociales, politiques, linguisitques et géographiques.

JM : Et comment voyez-vous ce qui se passe actuellement en Irak du Nord ?

CA : La Turquie a beaucoup de mal à gérer tout cela. Le scénario idéal serait, à mon avis, que la Turquie prenne sous son aile le gouvernement local du Kurdistan irakien. Or, au lieu de faire cela, tous les dirigeants turcs refusent de s’asseoir à la même table que les dirigeants kurdes d’Irak du Nord. Du coup, il est non seulement difficile de calmer le jeu mais aussi de commencer à trouver une ébauche de solution pour les Kurdes de Turquie. Ce qui est incroyable, c’est que, si la classe politique en est totalement incapable, en revanche, les milieux économiques ont déjà compris ce qu’il faut faire. Ce sont des sociétés turques qui construisent l’Irak du Nord et ce sont elles qui pourraient être, en fait, le fer de lance d’une politique qui ne demande qu’à être mise en place…

JM : Et comment expliquer d’après vous ce divorce entre le politique et l’économique ?

CA : Eh bien, il faut croire que les acteurs économiques sont beaucoup plus réalistes que la classe politique qui vit toujours sur de vieux schémas.

JM : Comment voyez-vous l’avenir des relations entre l’Union Européenne et la Turquie ?

CA : Au point où en sont les relations euro-turques, je ne vois qu’une mesure susceptible de les faire repartir et de les remettre dans le droit chemin, c’est l’annonce d’une date précise d’adhésion pour la Turquie. Pour ma part, je pense que la meilleure date serait 2023. Cela pour des raisons symboliques, parce qu’il s’agira du centenaire de la fondation de la République de Turquie, mais aussi pour des raisons réalistes car cela laisse le temps de conduire toutes les réformes qui sont encore à réaliser. En outre, avec une telle date, on est sûr de mettre à l’aise les hommes politiques européens qui peuvent se dire qu’ils auront probablement quitté la scène politique à ce moment-là. En revanche, sans une perspective solide, comme c’est le cas dans la situation actuelle où l’on a l’impression que les négociations peuvent être sans fin, je pense que l’on n’avancera plus et que le processus de négociations va pourrir petit à petit, avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer, tant pour la Turquie que pour les relations de l’UE avec son voisinage immédiat, en particulier le monde musulman.

(Propos recueillis le 19 juin 2007)


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. meh dit :

    sur l’actualité turque, bien évidemment !

  2. meh dit :

    Comme j’aprécie de trouver enfin un site/blog sérieux, touffu, différencié et instructif sur l’actualité, et ceci non seulement de la part des intervenants mais aussi et surtout de la part de la plupart des auteurs des commentaires. Quel bonheur ! Il y a de l’espoir sur Internet, maşallah !!!

  3. izmir dit :

    Concernant l’arrêt des réformes menées par l’AKP après avoir obtenu l’ouverture des négociations d’adhésion, il est clair selon moi que le but principal de l’AKP a été d’obtenir simplement une date d’adhésion. Il s’agisssait pour eux non pas d’une réelle perspective d’adhésion à long terme de la Turquie, mais d’obtenir une légitimation par l’UE afin de faire pression sur l’armée et autres institutions d’état. Ce qui apparaît de plus en plus évident lorsque avec le temps on revoit ce qui s’est passé, c’est le “cirque” incroyable autour de la loi 301 (que l’AKP il faut le rappeler a mis en place, même si cette loi remplaçait un ancien article (14) de l’ancienne constitution) qui a quasiment occupé tout l’espace des relations UE-Turquie ces deux dernières années, (avec la question chypriote). Il était tout à fait possible d’abroger cette loi, au début, dès qu’elle a montré son pouvoir de nuisance. L’enjeu nationaliste à cette époque n’était pas aussi prépondérant. Pourquoi l’AKP n’a-t’il rien fait au sujet de cette loi? Pourquoi surtout ces gesticulations: nous allons l’amender, nous n’allons pas le faire? Avec le temps on comprendra mieux ce qui s’est passé. Or ce point là qui est celui qui a le plus pesé (bien plus à mon avis que la question de Chypre) sur le retournement des opinions européennes et du soutien global de l’UE à l’adhésion de la Turquie. Et c’est le point le plus surprenant de la politique menée par l’AKP ces deux dernières années: simple incompétence, ou l’AKP a-t’il tenté d’utiliser cette loi pour mettre à l’index une partie du système d’état (voyez les juges, voyez leur résistance au changement, nous tentons de changer les choses mais nous ne pouvons pas…). Le même “jeu”, la même attitude à présent, concernant l’élection présidentielle…Mais il n’est pas certain qu’à ce jeu l’AKP gagne à la fin. La question étant bien sûr celle du soutien souhaité auprès de l’UE. L’AKP l’a obtenu jusqu’à présent. Est-ce-que ce sera encore le cas à l’avenir, et surtout est-ce-que cela sera d’un réel poids?

  4. Zabel dit :

    Pas vraiment convaincue sur “la question kurde”.Quid des autres minorités ? Aucun pb ?

  5. Jacky dit :

    Toutes les réformes réalisées […] devenues caduquesEst-ce qu’il aurait été possible de mentionner ces fameuses réformes dont on nous parle tout le temps eu égard au problème kurde ?Il faut comparer cela aux rapports issus à la fois de la Commission et du Parlement européen sur les « progrès de la Turquie en vue de son adhésion ». Il faudra quand même bien prendre acte qu’on en est toujours au statu quo et à l’Etat monolithique en Turquie sur la question des minorités.Une certaine frange de la société kurdeEncore une fois, on y aurait gagné avec plus de clarté. Qui est cette « certaine frange de la société kurde » qui semble innomable ? Le PKK et consorts, les représentants du DTP ? Cet avis ne résiste pas à l’analyse du discours de ces formations qui ont mis beaucoup d’eau dans leur vin en quelques années.Ministère spécialiséSi c’est la solution que Cengiz Aktar préconise pour « la question kurde », sur le plan politique, ce n’est franchement pas très révolutionnaire. Au contraire, il s’agirait de renforcer le centralisme au détriment de l’autonomie locale. Gouvernement d’urgence, ministère spécialisé,… : les Kurdes sont en droit d’attendre autre chose. Je vois que l’intelligentsia francophile stambouliote est encore très loin de parler de véritable décentralisation.

  1. 25 décembre 2011

    […] francophone Cengiz Aktar (ici interrogé sur un autre sujet par Jean Marcou) qui fut l’un des initiateurs de cette pétition, juge l’attitude du Parlement […]

Répondre à izmir Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.