Pour Faruk Bilici, “l’histoire ottomane est avant tout une histoire européenne”


À l’heure où la candidature turque à l’Union Européenne est contestée, souvent au nom de raisons historiques ou géographiques plus ou moins sérieuses, nous avons saisi l’occasion du passage à l’IFEA d’un historien ottomaniste et ottomanisant pour revenir en profondeur sur les liens qui unissent la Turquie à l’Europe. Faruk Bilici est actuellement Professeur à l’INALCO, l’Institut Nationale des Langues et Civilisations Orientales, mieux connu sous le nom de « Langues O ». Il a été également chercheur à l’IFEA, au début des années 90, et maître de conférences en détachement à l’Université de Marmara (Istanbul), par la suite. Il revient régulièrement en Turquie pour y conduire ses recherches et vient de traduire «Macédoine 1900 », un recueil de nouvelles d’un auteur de l’époque ottomane, Necati Cumali, qui a été publié dans la collection « Bibliothèque turque » chez « Actes Sud » (2007). Rappelons que cette collection qui est actuellement dirigée par Pierre Chuvin (le directeur de l’IFEA) et Faruk Bilici, lui-même, a été créée par feu Stéphane Yerasimos, qui fut directeur de l’IFEA de 1994 à 1999.
Nous publions ici la première partie d’une interview de Faruk Bilici, réalisée le 5 juillet dernier, à Istanbul, et consacrée essentiellement aux relations turco-européennes. La seconde partie, portant sur les relations turco-arabes sera, elle, publiée dans une prochaine édition.

La candidature turque à l’Union Européenne traverse actuellement une passe difficile. Comment, vous, qui avez une vision très large des racines historiques de la Turquie, voyez-vous les propos qui affirment aujourd’hui que la Turquie n’a pas sa place en Europe ?

Il faut d’abord parler des relations des Turcs avec l’Europe. C’est une histoire très ancienne, avant même que les Ottomans traversent les détroits pour aller en Europe. En effet, on les retrouve déjà dans les armées byzantines en tant que mercenaires, au 10e siècle. La présence turque en Europe est donc bien antérieure aux Ottomans.

Dès les débuts de l’Empire ottoman, les Turcs semblent donc déjà plutôt orientés vers l’Europe que vers l’Orient. L’Empire se développe d’abord dans les Balkans avant même de s’étendre en Anatolie…

Les Turcs sont des Centre-asiatiques et les Seldjoukides, par exemple, sont issus de la région de l’Oxus. Donc, les premiers mouvements de ces populations, qui sont essentiellement des nomades, ont lieu vers l’Occident : d’abord vers l’Iran, ensuite vers le Caucase, puis en Anatolie (la bataille de Manzikert contre les Byzantins en 1071 constitue un tournant dans le déferlement des Turcs en Anatolie). Mais cette avancée est fulgurante. Dès la fin du 11e siècle, les Turcs sont à Nicée (Iznik) et entretiennent de bonnes relations avec leurs voisins byzantins, puisque ceux-ci les invitent à garder leurs propres frontières. Les Turcs profitent de l’occasion et de la faiblesse de l’Empire byzantin pour prendre place en Anatolie et constituer très rapidement leur empire sur l’Anatolie (avec pour capitale Konya). Il faut signaler que, dès cette époque-là, les Turcs sont en relation permanente avec l’Europe par la Mer Noire et la Méditerranée. Ils entretiennent notamment des relations commerciales étroites avec les républiques italiennes de Gènes et de Venise et, à partir de ce moment, plus jamais les Turcs n’interrompront leurs relations avec l’Europe.

À quoi tient cette attirance des Turcs pour l’Europe, même après qu’ils se soient convertis à l’islam ?

C’est d’abord une attirance idéologique mais aussi économique et tout à fait politique. Idéologique, parce qu’il faut rappeler que les Musulmans eux-mêmes (Omeyyades et Abbassides) ont tenté à huit reprises de conquérir Constantinople, par mer et par terre. C’est une ville qui constitue un but politique imminent pour le monde musulman. Les Turcs n’ont fait que reprendre le flambeau de l’expansion du monde musulman après sa 1ère période (période arabe essentiellement) et ils ont entretenu cette volonté d’expansion pendant longtemps à partir « grosso modo » du 11e siècle. Les Croisades, à partir de 1095, sont menées principalement pour arrêter les Turcs dans leur lancée vers l’Ouest. En effet, l’Anatolie et, au-delà, les régions d’Europe constituent véritablement pour les Turcs les régions « d’or » qu’il faut atteindre au nom de l’ensemble du monde musulman. C’est ce que les Turcs ont nommé par la suite « kızıl elma », la « pomme rouge ». Le premier objectif désigné par cette idée de « pomme rouge », c’est Constantinople, le deuxième, Vienne, et le troisième, Rome. Pour les Turcs, en fait, l’Asie proprement dite n’a donc jamais été un but à atteindre. Ce sont les Mongols qui sont intéressés essentiellement par l’Asie, pas les Turcs.

Mais sur le plan économique, pourquoi l’Ouest ?

L’Ouest, ce sont les pâturages, les grands centres de civilisation mais aussi la sédentarisation. Car non seulement les Turcs s’adaptent très rapidement à la vie sédentaire dans les régions sur lesquelles ils règnent en maîtres, mais entreprennent en plus de développer, à leur tour, de grands centres urbains. Les Seldjoukides ont ainsi fondé de grandes villes comme Konya, Sivas, Kayseri ou Erzurum. Pour les Ottomans, les Balkans représentent la nature, l’abondance et la richesse.

Est-ce que cette histoire dont vous nous faites le récit justifie et légitime aujourd’hui une histoire turque européenne ?

En ce qui concerne les Ottomans, ce n’est pas qu’une histoire de conquête. Il faut d’abord mettre en exergue une date : 1354. À partir de 1354, en effet, les Ottomans sont sur le continent européen et, à partir de cette date, ils ne quitteront plus jamais l’Europe. C’est même tout le contraire : la partie européenne de l’Empire, la Roumélie, constitue pour les Ottomans la partie essentielle de l’Empire. C’est le véritable centre de l’Empire.

Pourquoi ?

Parce que les Ottomans sont en quelque sorte Européens avant de devenir Asiatiques : ils finiront leur avancée vers la mer Adriatique avant de revenir vers la partie anatolienne et vers l’Asie. Le monde arabe n’est devenu ottoman qu’à partir du 16e siècle. La conquête de la Syrie n’intervient qu’en 1516, celle de l’Egypte, en 1517. Les Ottomans ne reviennent vers l’Asie et le Moyen-Orient que lorsqu’ils sont bien installés en Europe. Constantinople n’a été conquise qu’en 1453, après 150 ans de coexistence avec l’Empire byzantin. Les Ottomans étaient donc déjà largement Européens dès le 15éme siècle. Ce n’est pas une simple question de conquête et de présence militaire. Il s’agit en fait d’une présence sur tous les plans, aussi bien culturel qu’économique et politique. À tel point que, pour les Ottomans, la partie européenne constitue la partie la plus prestigieuse de l’Empire. Chez les fonctionnaires par exemple, la nomination dans les provinces européennes est la promotion la plus éminente. Ainsi, avant qu’un « Pacha » devienne « Vizir » à Istanbul, il doit avoir exercé des fonctions de gouverneur en Roumélie (partie européenne de l’Empire). On ne peut pas devenir « sheik-ul islam » (chef religieux suprême après le Sultan) sans avoir exercé des fonctions de « kadı asker » (juge des armées) en Roumélie, ni Ministre des Finances sans avoir exercé les fonctions de « defterdar » de Roumélie. La Roumélie occupe le premier plan devant l’Anatolie, dans le « cursus hororum » ottoman, tout est donc hiérarchisé en fonction de l’Europe.

« L’européanité » des Ottomans est donc une réalité historique indiscutable ?

Pour un historien de l’Empire ottoman, « l’européanité » des Ottomans ne fait aucun doute. Si l’on prend l’histoire de la famille ottomane, on s’aperçoit que la plupart des sultans ont pour mère des femmes issues des territoires européens. Certes, ils ont peut-être eu tort de ne pas mieux arranger leurs mariages avec des princesses européennes, mais il n’empêche que la plupart des sultans sont élevés par des femmes d’origine européenne. Le système du « devşirme » (ramassage) qui assure le recrutement de l’administration ottomane est mis en place dans les Balkans et concerne des enfants d’origine chrétienne. Donc la quasi-totalité de l’administration ottomane est composée d’Européens. Toute la haute hiérarchie militaire et administrative est issue de familles européennes et intègre même quelques Français et Italiens. Il existe donc un véritable « lobby » européen au sein de l’Empire ottoman contre lequel aucune puissance asiatique ne peut rivaliser. Il faut rappeler également que, pour un Ottoman, la ville de Vienne n’est qu’à moins de 150 kilomètres de la frontière ottomane. On en revient à ce fameux idéal ottoman de la « pomme rouge ». Vienne est la ville à atteindre parce qu’elle se situe au cœur de l’Europe. D’où les expéditions lancées contre elle (notamment celle de Suleyman, en 1529, et celle de Mustafa Pacha, en 1683) qui se sont soldées par des échecs. Pourquoi ? Certains considèrent que les Ottomans sont arrivés, à ce moment-là, à la limite de leur « lit géographique » et qu’ils étaient trop loin de leurs « bases arrière » alors que Vienne constituait pour les Européens une limite à ne pas dépasser. Les Ottomans n’ont ainsi pas mobilisé suffisamment de moyens contre les coalitions adverses. Toutefois, la limite de leur « lit géographique » était bien en plein cœur de l’Europe.

Est-ce que la « pomme rouge » est toujours une réalité ? Est-ce qu’aujourd’hui l’Europe reste une « pomme rouge » pour les Turcs ?

Absolument ! Lorsqu’on ramène l’histoire à l’actualité, on voit par exemple que le gouvernement autrichien actuel en arrive à dire que, si les Turcs ont été chassés de Vienne en 1683, ce n’est pas pour les faire entrer en Europe par le biais des négociations d’adhésion. Or si l’idéal de la « pomme rouge » est toujours bien présent en Turquie, il se traduit aujourd’hui pacifiquement par la recherche d’une adhésion et non pas par la conduite de guerres. Cela consacre le fait que les liens entre la Turquie et l’Europe ont été encore plus étroits depuis la fin du 18e et le début du 19e siècle. Il faut souligner que 1789 correspond à la fois à l’arrivée de Selim III au pouvoir et à la Révolution française. Depuis cette date, les élites turques n’ont jamais abandonné une seule fois l’idéal de la « pomme rouge » mais, cette fois, cet idéal s’est traduit par des réformes inspirées de l’Europe, sur le plan politique ou sur le plan de la législation. Depuis l’accréditation du premier ambassadeur ottoman à Paris chargé d’envoyer un rapport sur ce qu’il observait en France, l’Europe a insufflé le progrès dans l’Empire ottoman (l’arrivée de l’imprimerie, l’ère des Tulipes, les « Tanzimat »… etc.). Il y a eu ainsi très vite une prise de conscience en somme que l’Empire ne pouvait pas se moderniser sans adopter la culture européenne. Le 19e siècle constitue un vaste chantier de réformes pour l’Empire ottoman. L’Europe, et particulièrement la France, servent de modèle. Tous les intellectuels de l’époque veulent aller à Paris, apprendre le français (la langue internationale de l’époque) et sont fascinés par la Révolution Française.

Est-ce que cette histoire fait partie de l’histoire de l’Europe, ou n’est-ce pas en fait l’éternelle histoire des Turcs qui frappent à la porte de l’Europe ?

L’histoire ottomane est avant tout une histoire européenne. Elle n’a rien à voir avec une histoire turco-turque, c’est une histoire européenne. Dans tous les conflits importants mais aussi dans toutes les grandes négociations, les Ottomans étaient partie prenante.

C’est-à-dire que les équilibres dont Europe contemporaine est le résultat ont impliqué les Turcs ?

Mais bien sûr ! Les Turcs ont été présents dans tous les domaines, aussi bien sur des points positifs que sur des points négatifs. Si on prend l’exemple de l’alliance franco-ottomane, qui remonte à François 1er, cette alliance était à prendre en compte dans tous les conflits d’une façon ou d’une autre. Le Roi de France ne pouvait tenir de négociations avec aucune puissance sans tenir compte de cette alliance avec les Ottomans. De la même manière, lorsque l’Empire germanique traitait avec le Roi de France, il était impensable qu’il ne tienne pas compte des Ottomans. Idem pour la Russie. Ceci est particulièrement valable après 1699, date à laquelle l’Empire signe un traité « européen », c’est-à-dire qu’il abandonne une partie de ses territoires à l’Autriche. La fameuse « question d’Orient », même si certains la font remonter à la fin du 18e siècle, est donc présente dès la fin du 17e siècle dans toutes les politiques européennes. Le traité de Paris, signé après la guerre de Crimée, a même voulu souligner que l’Empire ottoman fait partie du « concert des nations européennes », notamment parce que l’Europe devait être présente dans toutes les réformes ottomanes. Le concert des nations européennes, ça rappelle évidemment l’Union Européenne, ainsi la vocation européenne de la Turquie dont on parle beaucoup aujourd’hui était patente dès cette époque là.

Mais aujourd’hui justement, à votre avis, quel intérêt a l’Union Européenne à s’élargir à la Turquie ?

Sur le plan interne proprement dit, la Turquie est un marché colossal et en développement avec un pouvoir d’achat qui ne cesse d’augmenter. La Turquie est en train d’enregistrer le point de développement le plus fort des PDE (même lorsqu’elle est en crise, elle connaît une croissance permanente). C’est un marché de 73 millions de consommateurs dont près de 20 à 30 millions ont un pouvoir d’achat comparable à celui des pays européens. C’est aussi un marché de transition (on a parlé du Moyen-Orient, du Caucase et de l’Asie centrale) : beaucoup d’entreprises européennes sont présentes ici mais espèrent aussi, à partir de la Turquie, développer leurs marchés dans ces régions avoisinantes. La Turquie est un pont dans ce sens-là aussi, et c’est un atout pour nous, Européens. Sur le plan politique par ailleurs, la présence de la Turquie ajoutera à l’Europe une puissance démographique considérable, inespérée. La population turque est encore en croissance, ce qui n’est plus du tout le cas de l’Europe. Pour que l’Europe puisse devenir une puissance importante, il faut qu’elle possède une démographie respectable et la Turquie est un atout dans ce sens. Enfin, la présence de la Turquie sur le plan militaire est un atout fantastique : la Turquie amènera sur la balance une puissance de feu inespérée et inestimable pour l’Europe.

Interview réalisée, le 5 juillet, par Jean Marcou et Marine Copin. À suivre…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.