L’esquisse d’un consensus…


Ce n’était encore jamais arrivé depuis le début de la crise politique provoquée en Turquie par l’annulation du premier tour de l’élection présidentielle : l’esquisse d’un consensus se dessine. En effet, il y a quelques jours, Recep Tayyip Erdoğan a évoqué l’idée d’un choix consensuel du Président de la République, à l’issue des élections législatives anticipées qui doivent se tenir le 22 juillet prochain. Cette proposition n’a surpris qu’à moitié, car elle fait écho aux dissensions apparues au sein de l’AKP à propos du devenir de la candidature d’Abdullah Gül. Ce dernier n’a cessé de rappeler au cours de la campagne électorale qu’il restait « le » candidat de l’AKP à la présidence, une attitude que Bülent Arinç, a jugé sévèrement en l’estimant totalement inappropriée eu égard aux changements intervenus depuis l’annulation du premier tour de la présidentielle. Sans abonder dans le sens de l’actuel président AKP du Parlement et déclarer la candidature de son ministre des affaires étrangères dépassée, Tayyip Erdoğan a néanmoins estimé, il y a déjà une quinzaine de jours, que, la situation ayant changé, le parti serait à nouveau amené à statuer sur les candidatures à la présidentielle. Il semble donc bien que le leader de l’AKP soit en train de tourner définitivement la page de la crise présidentielle d’avril dernier pour se concentrer sur l’impératif du moment : faire le meilleur score possible lors des prochaines législatives. Il suffit pour s’en convaincre de constater que ces trois dernières semaines, la campagne de l’AKP a changé. Partie de mots d’ordre presque vengeurs appelant à surmonter les blocages de la crise par un double vote populaire, celui des législatives et celui du referendum, cette campagne est devenue au fil des jours celle d’un Premier Ministre, s’appuyant avant tout sur son bilan pour convaincre ses électeurs de lui redonner une majorité pour gouverner pendant la législature qui s’annonce. L’AKP semble avoir compris que, même si son score en pourcentage progresse, il n’atteindra probablement pas la fameuse majorité des 2/3 (367 députés) qui lui permettrait de désigner seul le Président. La riposte à l’affront du 27 avril n’est donc plus à l’ordre du jour et l’urgence de l’adoption du « paquet constitutionnel » s’éloigne. D’ailleurs, Recep Tayyip Erdoğan travaille sur un projet de constitution civile dont il devrait dévoiler bientôt les grandes lignes…

Dès lors, qu’adviendra-t-il du « paquet constitutionnel » ? Après le rejet des recours du Président de la République et du CHP devant la Cour constitutionnelle, la procédure s’est poursuivie et le Bureau suprême des élections a programmé la tenue du référendum sur la réforme constitutionnelle, le 21 octobre prochain. Toutefois, une polémique fait rage actuellement entre les experts sur la régularité juridique du maintien de la réforme en question dont on sait que la pièce maîtresse est l’élection du président de la République au suffrage universel direct. Les constitutionnalistes proches du CHP estiment, en effet, que la fin de la législature sans tenue du référendum rendra le projet caduc tandis que experts proches de l’AKP défendent le point de vue inverse.

En réalité, tout va dépendre bien sûr des résultats du 22 juillet, mais il est probable que, si à l’issue de ces élections, l’AKP n’a pas une majorité des 2/3 et qu’un président de consensus est finalement élu, l’idée d’une réforme de son élection, qui ne s’appliquerait au bout du compte que dans 7 ans, aurait de fortes chances d’être abandonnée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.