Élections à domicile !


Surprise ce matin au bas de l’ascenseur… un bureau de vote s’est installé dans mon immeuble ! Décidément en Turquie, le célèbre « paket servis » qui permet de recevoir chez soi ses courses ou son repas peut concerner aussi, pour un politologue, les élections législatives qui se déroulent aujourd’hui !

Dans le hall d’entrée, où deux policiers sont en faction, une affiche indique la direction d’un local où se déroulent, depuis 7h30 et jusqu’à 17h ce soir, les opérations électorales. De nombreux électeurs se pressent déjà : grand-mère éprouvée par la chaleur estivale, jeune homme sortant de la piscine de la cité avoisinante en tenue de sport ou mère de famille pressée d’aller rejoindre les siens. Nous sommes, en fait, dans l’un des nombreux bureaux de vote de la 2ème circonscription d’Istanbul où 700 électeurs sont inscrits. Dans cette circonscription, 21 députés sont à élire, 11 listes ont été présentées par des partis (AKP, BTP, CHP, DP, GP, HYP, IP, LDP, MHP, SP, TKP) et il y a 42 candidats indépendants. Dans cette circonscription des personnalités importantes se présentent pour de grands partis (comme Egemen Bagis pour l’AKP), pour des formations marginales (comme Doğu Perinçek pour le Parti des travailleurs, IP) ou en tant que « bağımsız » (« indépendants », comme Baskın Oran).

Le bureau de vote est tenu par deux officiers municipaux flanqués de deux observateurs représentant respectivement le CHP et l’AKP. Les électeurs signent d’abord une liste électorale sous l’œil de ces observateurs. Il leur est remis ensuite le bulletin de vote et une enveloppe jaune comportant un tampon officiel. Le bulletin est en fait une grande feuille comprenant les 11 listes de candidats des partis (affublées des logos de ceux-ci) et les 42 noms des candidats indépendants. Chaque liste ou chaque nom d’indépendant est surmonté d’un rond blanc destiné à recevoir, le cas échéant, un tampon ancré qui exprimera le choix de l’électeur en lui permettant d’apposer la mention « Evet » (« Oui »). Une fois en possession de cette liste et, parfois après s’être fait rappelé les modalités du scrutin, l’électeur reçoit des mains de l’un des officiers municipaux le fameux tampon encré qui va lui permettre d’exprimer son choix sur la liste. Il ne doit bien sûr apposer ce tampon qu’une seule fois sur le bulletin, sous peine de nullité du vote. Pour ce faire, il se rend dans un isoloir de fortune, consistant essentiellement en un panneau de carton, et en ressort pour glisser son bulletin de vote dans une urne en bois. À l’issue du vote, l’un des officiers municipaux appose sur l’index gauche de l’électeur une petite marque d’encre indélébile qui prouve définitivement qu’il a bien voté. Bon dimanche électoral !
JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Christa dit :

    bien interessant M. Marcou!Christine Jacob

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search