Baykal en eaux troubles…


Après avoir été vivement critiqué pour son refus initial de commenter les résultats des élections, Deniz Baykal, secrétaire général du CHP, a finalement décidé de s’exprimer devant la presse mardi, précisant clairement qu’il n’a aucune intention de satisfaire les électeurs du CHP qui ont réclamé sa démission immédiate après l’annonce des résultats dimanche soir :

« Je ne vois aucune situation qui nécessite une telle réaction (…) Je n’ai observé aucune demande de la sorte parmi nos militants » a-t-il déclaré facétieusement.

En dépit des manifestations républicaines de ces derniers mois, de l’alliance avec le DSP et du soutien des médias, le CHP n’a obtenu que 2 % de voix supplémentaires par rapport aux dernières élections (où il n’était pas allié au DSP) et perd 66 sièges à l’Assemblée. Les rêves de Baykal de pouvoir gouverner en coalition avec le MHP se sont envolés en fumée devant le triomphe électoral de l’AKP, et cette défaite offre à ses détracteurs au sein de son propre camp l’opportunité de le forcer -enfin- à quitter la scène. Mustafa Sarıgül, le maire populaire du district résidentiel de Şişli, et Hikmet Çetin, ancien président de l’Assemblée nationale et ex-secrétaire général du parti (il a assuré l’intérim pour Baykal en 1995), espèrent en effet depuis longtemps une réforme du CHP et tentent d’imposer un nouveau courant au sein de la gauche turque. Cet échec électoral est l’occasion de relancer leur croisade contre Baykal. Çetin a précisé ne pas être surpris par les résultats de l’élection :

« Ce succès n’est pas seulement celui de l’AKP, mais doit beaucoup aussi à l’opposition. Parce que la Turquie n’a pas d’opposition… ».

Quant à Sarıgül, il a déclaré hier devant le bâtiment de la municipalité de Şişli :

« Cette défaite a mis en évidence la nécessité d’une autocritique de la gauche turque ».

Cette opposition interne au CHP s’est réunie mardi pour commenter les résultats et, très certainement, pour essayer de renverser Deniz Baykal. A l’issue de cette réunion, Hikmet Çetin a déclaré :

« Le plus grand service que l’administration actuelle pourrait rendre à la fois au CHP et à la Turquie serait de quitter la politique une bonne fois pour toute ».

Les leaders de cette fronde devraient réussir à convoquer une assemblée extraordinaire du parti après l’élection présidentielle, et les chances de voir Baykal passer la main n’ont jamais été aussi élevées.

En ce qui concerne le DSP (Parti Démocrate de Gauche), allié au CHP pour les élections, il aurait prévu bien avant celles-ci d’établir son propre groupe parlementaire à l’Assemblée. La défaite du CHP va sans doute renforcer cette volonté de scission. Une réunion extraordinaire du DSP sera organisée, le 19 août, afin de statuer sur la durée de l’alliance avec le CHP, et il semble maintenant plus que probable que cette collaboration ne sera pas reconduite, les analystes estimant que l’intérêt du DSP sera de se tenir à l’écart des règlements de compte de la gauche et des intrigues à l’encontre de Baykal. D’autant plus que l’alliance avec le CHP n’avait de sens que si celui-ci accédait au pouvoir (Baykal avait promis deux ministères au DSP en cas de victoire).

L’autre menace planant sur Baykal pourrait venir du centre-droit. En effet, parmi les personnalités du centre-droit qui avaient rejoint les rangs du CHP par stratégie électorale, seul le beau-fils de Süleyman Demirel, Ilhan Kesici, a été élu. Et il se murmure qu’il songerait déjà à rompre avec le CHP pour prendre la tête d’une nouvelle formation de centre-droit, maintenant que la défaite du Demokrat Partisi et la démission de son leader Mehmet Ağar ouvrent un espace à combler. D’autre part, l’ancien premier ministre Mesut Yılmaz, élu en tant qu’indépendant à Rize, devrait maintenant lancer un nouveau parti pour tenter d’unir le centre-droit. Cette initiative pourrait recevoir le soutien d’une partie de l’opposition à Baykal. Celle-ci risque d’être d’autant plus forte que Baykal a choisi, sans fournir d’explication, de ne pas représenter 66 des députés CHP sortants, lors des élections de dimanche. Ces députés offensés réclament ardemment la démission de Baykal et sont déjà à la recherche d’un nouveau leader.

En outre, les Socialistes européens ont fait connaître leur désaccord avec la décision de Baykal de ne pas présenter à son parti sa démission. Ceux-ci, après l’avoir vigoureusement critiqué à plusieurs reprises sur sa rhétorique nationaliste, sur son soutien aux interventions militaires dans la vie publique ou encore sur son manque d’engagement envers les principes de la démocratie, ont appelé à sa démission quelques heures à peine après la fin des élections. Même si l’Internationale Socialiste (qui, on l’a vu, a récemment lancé une procédure de contrôle à l’encontre du CHP qui pourrait se solder à terme par son exclusion) se refuse pour le moment à prendre une décision avant le début de l’année prochaine, certains ne se cachent pas pour manifester leur désaccord. Ainsi, Hannes Swoboda, député autrichien au Parlement Européen et vice-président du groupe socialiste en son sein, a observé que le CHP avait un besoin urgent de réformes fondamentales et déploré le fait que Baykal ne laisse pas sa chance à une nouvelle génération de leaders. Quant à Cem Özdemir, député allemand d’origine turque au Parlement Européen, il a estimé que le CHP était devenu le « club privé » de Deniz Baykal et que tout commentaire sur cet état de fait serait une perte de temps… En Turquie, à l’extérieur comme à l’intérieur de son parti, et partout en Europe, la pression s’accentue sur Deniz Baykal.

Lors de l’annonce des résultats dimanche soir, des troubles survenus au siège du CHP ont nécessité l’intervention de la police. On a pu entendre les militants du CHP scander des slogans tels que « Sarıgül président ! », « Baykal, laisse ta place » ou encore « Baykal à Rhodes », allusion à l’engagement pris pendant la campagne par Deniz Baykal, amateur de natation, de nager jusqu’à l’île de Rhodes en cas de défaite. Engagement que n’ont pas manqué de lui rappeler avec amusement ses opposants depuis l’annonce des résultats…
Marine Copin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.