Conservatrices et modernes !


Il y une quinzaine d’années, la sociologue Nilüfer Göle avait révélé, enquêtes à l’appui, dans son célèbre ouvrage, « Musulmanes et modernes », que les militantes du Parti « Refah » n’étaient pas des paysannes analphabètes vêtues de hardes mais le plus souvent des citadines éduquées et concernées au premier chef par la vie de la Cité. Or, il semble bien que l’AKP ait encore fait mouche sur le terrain de l’engagement des femmes en politique, lors des dernières élections législatives.

En effet, l’une des caractéristiques du nouveau parlement sera d’être beaucoup plus féminin que le précédent (deux fois plus de femmes) car 50 femmes (toutes non voilées, le port du voile étant interdit au sein de la Grande Assemblée Nationale de Turquie) ont été élues dimanche 22 juillet (contre 24 en 2002). Cette augmentation sensible est due en particulier à la décision de l’AKP d’accueillir sur ses listes un nombre important de femmes en position d’être élues. Ainsi, la nouvelle assemblée comportera 30 députées de l’AKP, 10 députées du CHP, 2 députées du MHP et 8 députées indépendantes, soit 60 femmes au total.

Ce phénomène est loin d’être anodin. Les manifestations laïques d’avril-mai avaient frappé par la présence massive de jeunes femmes défilant aux cris de « ni charia, ni coup d’Etat ! ». Plusieurs observateurs avaient insisté alors sur le fait qu’il y avait là un événement important dépassant la seule mobilisation organisée par le camp laïque et les organisations kémalistes. Les leaders de l’AKP eux-mêmes, interrogés à ce propos, avaient reconnus que loin de négliger ce phénomène, ils l’étudiaient avec soin pour y apporter des réponses appropriées. La méfiance des femmes à l’égard de l’AKP avait subitement rappelé les débats de l’été 2005 sur le nouveau code pénal, au cours desquels le parti majoritaire avait créé la stupeur en tentant de faire adopter un amendement pénalisant l’adultère. Après l’élection présidentielle manquée d’avril, il apparaissait clairement qu’au sein de la société turque, l’une des principales craintes engendrée par le développement de l’influence d’une formation issue de la mouvance islamiste concernait, en fait, la situation des femmes, assez peu enviable dans la plupart des pays musulmans. Il faut bien admettre qu’en mettant en avant une nouvelle génération de militantes actives rivalisant, y compris dans leur apparence, avec les manifestantes laïques d’avril et ce, alors même qu’il abandonnait parallèlement l’idée d’abroger la loi sur l’interdiction du voile dans les Universités (qui avait pourtant été l’un de ses chevaux de bataille, en 2002), le parti de Tayyip Erdoğan a montré qu’il avait bien reçu le message et qu’il en avait tiré les conséquences.

Témoin de la campagne, la semaine dernière, à proximité d’un stand de l’AKP et du député d’Istanbul Egemen Bağış, j’ai été accosté par un militant, qui, me donnant un tract sur lequel figurait la photo d’une jeune candidate de l’AKP, tête nue et souriante, me la présenta comme son épouse en me proposant de voter pour elle. Comme je m’étonnais, un brin provocateur, de ce qu’elle ne porte pas le voile, il m’a expliqué très sérieusement et, sans ménager sa peine, que désormais, grâce à l’AKP, on pouvait tout à fait être conservatrice et moderne !

Artifice de campagne ou mutation de fond, l’avenir nous dira ce qu’il en est bien sûr, mais il y a là incontestablement une leçon de pragmatisme politique à retenir pour les formations qui se réclament de la laïcité.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.