Les Européens réagissent en ordre dispersé à la victoire de l’AKP


Alors qu’on observe un « euroscepticisme » croissant en Turquie, les électeurs turcs ont choisi de reconduire au pouvoir l’AKP, pourtant fervent partisan du processus d’adhésion à l’Union Européenne. Recep Tayyip Erdogan compte d’ailleurs persister dans cette voie et a clairement annoncé « la poursuite du cheminement européen » de la Turquie, dés la proclamation des résultats.

Il n’est donc pas étonnant que l’Union Européenne et les États membres aient bien accueilli la large victoire de l’AKP. Bruxelles encourage notamment le nouveau gouvernement à relancer le processus de réforme.

« Le précédent gouvernement a fait des réformes substantielles ces deux dernières années et j’ai confiance que le nouveau gouvernement va se concentrer sur la relance du processus de réformes et qu’il aidera ainsi à redynamiser le processus d’adhésion à l’UE »,

a déclaré Olli Rehn, commissaire européen à l’Elargissement qui a ajouté :

« Il est essentiel que le nouveau gouvernement relance les réformes juridiques et économiques avec une détermination entière et des résultats concrets. Il est important d’améliorer les libertés fondamentales et le niveau de vie pour les citoyens turcs mais aussi pour rapprocher la Turquie de l’Union européenne. Nous avons besoin de voir des progrès concrets sur des libertés aussi fondamentales que la liberté d’expression et la liberté de culte, et j’espère qu’on en aura à présenter dans notre rapport d’étape en novembre ».

La Commission va publier, en effet, à l’automne, son rapport annuel, évaluant les progrès réalisés par la Turquie dans la perspective de l’adhésion. Il s’agit bien sûr d’un document décisif pour la poursuite des négociations.

José Manuel Barroso, pour sa part, a félicité Recep Tayyip Erdogan pour son « impressionnante victoire électorale ». Le président de la Commission européenne a rappelé que « le premier ministre s’est engagé personnellement à se rapprocher de manière durable de l’Union européenne ». Selon lui, cette victoire « survient à un moment important pour le peuple turc, alors que le pays se dirige vers des réformes politiques et économiques ». Ce point de vue est partagé par le vice-président de la Commission européenne, Franco Frattini, qui s’est déclaré satisfait du résultat « équilibré » des élections parce qu’il éloigne « le risque d’une dérive extrémiste » en Turquie.

Dans le contexte d’un refroidissement des relations franco-turques, la réaction française à la reconduction de Tayyip Erdogan a été plus modérée. Seul Denis Simonneau, porte-parole du Quai d’Orsay, s’est longuement exprimé sur le sujet pour dire :

« Ces élections interviennent à un moment important pour la Turquie qui est sur la voie des réformes politiques, économiques et sociales nécessaires à la modernisation du pays ».

Mais le responsable français a poursuivi en rappelant indirectement que l’adhésion pleine et entière de la Turquie n’est pas à l’ordre du jour pour Paris :

« Il est évidemment très important », a-t-il précisé, en effet, « que ces réformes soient poursuivies dans la perspective du partenariat privilégié que nous recherchons avec ce pays. »

L’Autriche, autre pays qui ne cache pas son hostilité à l’adhésion de la Turquie, a affiché de la même manière une position nuancée. La ministre des Affaires étrangères, Ursula Plassnik, s’est contentée de souhaiter une relance des réformes, sans faire référence à une quelconque adhésion.

« Nous souhaitons tous une Turquie moderne, dynamique, et pleine de réussite, qui vive selon les valeurs européennes et les réalise au quotidien », a-t-elle déclaré, avant d’ajouter : « le gouvernement sortant a déjà apporté sa contribution et (nous espérons) qu’elle se renforcera. »

Après le succès éclatant de l’AKP aux élections législatives anticipées du 22 juillet, les Etats défavorables à l’entrée de la Turquie vont-ils modérer leur position ? Il est vrai que l’élan de démocratie et de réformisme qui s’exprimé lors de ce scrutin ôte aux sceptiques un argument de taille mais il ne suffira probablement pas à les convaincre de la pertinence de la candidature turque.

C’est bien sûr un tout autre type de réaction qui prévaut dans les capitales européennes favorables à l’adhésion de la Turquie. Le gouvernement britannique a adopté une attitude très positive après l’annonce des résultats. Le Premier ministre Gordon Brown a confirmé son soutien à Tayyip Erdogan en lui souhaitant de « continuer à mener son programme de réformes ». Il n’a pas manqué, par ailleurs, de souligner l’importance qu’il y avait à « rapprocher l’Europe et la Turquie ». De son côté, le ministre anglais des affaires étrangères, David Miliband, a estimé « qu’il est capital que, partout en Europe, nous tendions la main au nouveau gouvernement. », car pour le chef de la diplomatie britannique, «une situation politique stable et sûre en Turquie est de notre intérêt ». Cet appel à la solidarité visait incontestablement le mouvement d’opposition à l’adhésion turque, dont la France fait désormais figure de chef de file.

La Suède, qui est également un fervent partisan de la candidature turque, n’a pas manqué de se réjouir de l’événement. Le Premier ministre suédois, Fredrik Reinfeldt, a salué la promesse du gouvernement turc de redoubler d’efforts dans la perspective de l’adhésion :

« Vu les déclarations qui ont été faites, les orientations politiques du nouveau gouvernement seront caractérisées par davantage de démocratie et la continuation des réformes politiques et économiques. Ce sont des conditions bienvenues et nécessaires pour faire face aux défis que doit relever la Turquie”.

L’attitude pro-européenne du gouvernement sortant est certes à l’origine des réformes qui ont transformé la Turquie au cours des dernières années. La reconduction de l’AKP aux commandes peut laisser penser que cet effort de réformes se poursuivra au moment même où le processus d’adhésion rencontre de sérieuses difficultés. Mais l’intégration européenne reste actuellement très controversée en Turquie. Dans la perspective des élections générales de 2007, le gouvernement d’Erdogan a même opéré, depuis 2005, une pause dans le mouvement de réformes lié au processus d’adhésion. De fait, la question européenne a finalement été peu présente au cours de la campagne électorale qui vient de se dérouler. On a pu observer notamment que la candidature et ses conséquences ont été volontairement occultées par les candidats pour ne pas s’aliéner un électorat majoritairement eurosceptique… Comment interpréter dès lors le résultat des urnes ? S’il ne s’agit sûrement pas d’un plébiscite pour l’Europe, il est sans doute le meilleur résultat que Bruxelles pouvait espérer et il pourrait donc donner un nouveau souffle, dans les prochaines semaines, à des relations turco-communautaires qui en ont bien besoin.

Cécile Nourigat


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.