Un sixième parti au Parlement


Il s’agit d’un exercice traditionnel au lendemain d’une élection générale en Turquie : des députés élus sous les couleurs d’un parti changent d’étiquette, voire en prenne une, si ce sont des élus indépendants. L’exercice peut se poursuivre d’ailleurs tout au long d’une législature. Cela explique, par exemple, que, dans le dernier Parlement, des partis comme l’ANAP ou le DYP, qui n’avaient eu aucun élu aux élections de novembre 2002, aient pu avoir quelques représentants…

Toutefois, au cours des dernières législatives, ce jeu des chaises musicales est devenue une véritable stratégie mise en œuvre pour permettre à certains partis de contourner la fameuse « barre » des 10% au niveau national qui est nécessaire pour obtenir une représentation au Parlement. Ainsi, lors du scrutin du 22 juillet 2007, seules trois formations avaient franchi ce barrage : l’AKP (Adalet ve Kalkinma Partisi – Parti de la Justice et du développement), le CHP (Cumhuriyet Halk Partisi – Parti Républicain du Peuple) et le MHP (Milliyetçi Hareket Partisi – Parti du Mouvement Nationaliste). Mais, au sein des candidats indépendants élus, 20 « indépendants-dépendants » ont rallié, comme cela était prévisible, le parti kurde DTP (Demokratik Toplum Partisi – Le Parti pour une société démocratique) et ont pu former un groupe, tandis que 13 parlementaires issus du DSP (Demokratik Sol Parti – Parti de la Gauche démocratique), élus sur les listes du CHP à la suite d’une alliance électorale conclue entre les deux partis, ont rejoint leur formation d’origine. Avec ces deux nouvelles affiliations partisanes, le nouveau Parlement dénombrait ainsi 5 formations politiques en son sein. Désormais, l’assemblée en compte une sixième puisque le député indépendant, Ufuk Uras, a annoncé son ralliement à l’ÖDP (Özgürlük ve Dayanışma Partisi – Parti de la Liberté et de la Solidarité).

Là, encore cette nouvelle n’est pas réellement une surprise puisque ce parlementaire, élu dans la première circonscription d’Istanbul, est en fait l’ancien président de l’ÖDP dont il avait démissionné avant les élections pour pouvoir se présenter comme candidat indépendant. Ce ralliement est ainsi, pour lui, le point d’orgue d’un processus qui a porté ses fruits. Ufuk Uras expliquait d’ailleurs avant les élections : « Nous aurions dû adopter cette stratégie depuis des années ». Il entendait par là : se faire élire en tant qu’indépendant et réintégrer ensuite son parti, permettant ainsi à celui-ci d’avoir une représentation au Parlement aussi modeste soit-elle. Pourtant, l’élection de ce professeur d’économie de 48 ans, vieux routier de l’extrême gauche turque, s’explique aussi et surtout par le fait que, dans sa circonscription, il a obtenu le précieux soutien des Kurdes du DTP. Cela, à la différence de Baskın Oran, un autre indépendant, candidat dans la 2ème circonscription d’Istanbul, qui avait défrayé la chronique et polarisé l’attention des médias, mais qui avait vu le DTP présenter un candidat contre lui, un contretemps qui a probablement été fatal à cet universitaire connu pour avoir rendu un rapport controversé sur les minorités. Ce rapport, en effet, lui avait valu d’être inculpé sur la base de l’article 301 alors même qu’il avait été réalisé à la demande du gouvernement.

En tout état de cause, au terme de cette ultime affiliation, ce nouveau Parlement, où plus de 80% des électeurs qui ont voté le 22 juillet sont représentés, se colore encore un peu plus. Il compte actuellement 549 députés (un député du MHP étant décédé accidentellement au lendemain des élections) qui se répartissent comme suit : 341 AKP, 99 CHP, 70 MHP, 20 DTP, 13 DSP, 1 ÖDP, 5 Indépendants.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Dédé dit :

    Ca fait même 7 puisqu’il y a aussi le chef de file du BBP élu bagimsiz à Sivas qui a repris l’étiquette de son parti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.