Et de sept !


Un de nos lecteurs nous l’a tout de suite signalé, Muhsin Yazıcıoğlu, le leader du BBP (Büyük Birlik Partisi – Parti de la Grande Union) élu « bagimsiz » à Sivas vient de réintégrer sa formation d’origine. Il y a donc un septième parti représenté au Parlement.

Parti d’extrême droite ultranationaliste et religieux, le BBP a été impliqué dans l’enquête sur l’assassinat de Hrant Dink puisque plusieurs des responsables de sa Section de Trabzon (provisoirement fermée) ont été arrêtés et auditionnés. Il s’appuie notamment sur une idéologie fortement inspirée par la synthèse turco-islamiste et largement dominée par une victimisation permanente pointant du doigt les « menaces » qui mettraient en péril la Turquie contemporaine. Au premier rang des « menaces » dénoncées, figurent notamment les minorités chrétiennes, en particulier les Arméniens. L’organisation de jeunesse de ce parti, les « Alperen Oçaklari », s’était illustrée au moment de la visite du Pape à Istanbul, en décembre 2006, en entrant par surprise dans le musée de Sainte-Sophie pour y faire symboliquement la prière.

Avec cette nouvelle affiliation partisane, la composition de la Grande Assemblée Nationale, qui s’apprête à élire son Président, est donc la suivante : 341 AKP, 99 CHP, 70 MHP, 20 DTP, 13 DSP, 1 ÖDP, 1 BBP, 4 Indépendants, 1 siège vacant. Toutefois, seuls quatre groupes parlementaires (AKP, CHP, MHP, DTP) ont pu être constitués à ce jour puisque, selon la Constitution (art. 95), il faut au moins 20 députés pour former un tel groupe.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Tom dit :

    Si on voulait faire du mauvais esprit, on dirait qu’on a interdit des partis et mis leurs dirigeants en prison ou inéligibles pour beaucoup moins que ça… enfin bon, il est tout seul..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.