Köksal Toptan plébiscité à la Présidence de la Grande Assemblée Nationale


Le député AKP de Zonguldak, Köksal Toptan, a été élu, le 9 août 2007, Président de la Grande Assemblée Nationale, le Parlement turc. Il avait été désigné la veille candidat du parti majoritaire à cette fonction mais il a aussi reçu par la suite le soutien du CHP, du DSP, du DTP et de quelques indépendants. De fait, Köksal Toptan a rassemblé 450 voix sur sa personne, ce qui lui a permis d’être élu dès le premier tour face à un candidat présenté par le MHP, Tunca Toskay, qui n’a obtenu que 74 voix.

Au terme de son article 94, en effet, la Constitution turque actuelle prévoit que, pour être élu au premier ou au deuxième tour de scrutin, un candidat doit obtenir les deux tiers des voix du Parlement qui en compte 550. Il s’agit donc d’une procédure comparable à celle qui prévaut pour l’élection du Président de la République puisque, de surcroît, au troisième tour, la majorité simple suffit et qu’un éventuel quatrième tour ne concerne que les deux candidats ayant obtenu le plus de voix au tour précédent. Curieusement en Turquie, le mandat du Président de l’Assemblée et de son bureau ne correspond pas à la durée de la législature. En fait, le Parlement élit une première fois ses instances présidentielles pour 2 ans et le cas échéant les reconduit (ou en élit d’autres) pour le reste de la législature (3 ans).

Âgé de 64 ans, originaire de la Mer noire, Köksal Toptan, qui siège au Parlement depuis 1977, est considéré comme une personnalité modérée et expérimentée. Avocat de formation, il vient du Centre droit, ayant appartenu antérieurement au Parti de la Justice (Adalet Partisi) et au Parti de la Juste Voie (Dogru Yol Partisi). Il a été ministre d’Etat du gouvernement Demirel renversé par le coup d’Etat de 1980, ministre de l’Education dans le gouvernement Demirel/Inönü, de 1991 à 1993, et ministre de la Culture dans le gouvernement de Tansu Çiller, en 1995. « Last but not least », son épouse n’est pas voilée.

Köksal Toptan succède ainsi à Bülent Arinç, une personnalité beaucoup moins consensuelle issue de la mouvance islamiste qui a été l’un des principaux protagonistes des échanges verbaux et des conflits qui ont opposé le gouvernement au « camp laïque » depuis le début de l’année 2007. Bülent Arinç avait publiquement annoncé, le 7 août 2007, qu’il ne se représentait pas.

L’élection de Köksal Toptan reflète incontestablement la volonté de consensus qu’a manifestée Recep Tayyip Erdogan depuis la fin de la campagne électorale. Elle montre aussi l’ascendant que le Premier Ministre, grand vainqueur des législatives, a pris sur son propre parti face notamment à la tendance idéologique emmenée par Bülent Arinç. Reste à savoir si cet esprit de consensus va aussi prévaloir pour l’élection du Président de la République et si le Premier Ministre pourra agir avec « son frère » Abdullah Gül, comme il vient de le faire avec Bülent Arinç.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.