Istanbul, capitale éphémère de la mer Noire


Le 25 juin dernier, Istanbul a accueilli le quinzième sommet annuel de l’organisation de Coopération Economique de la Mer Noire (CEMN). Chaque Etat membre y était représenté par son chef d’Etat ou de gouvernement, à l’exception de l’Arménie qui avait choisi de n’envoyer que son ministre des Affaires étrangères. Il s’agissait d’un sommet symbolique puisqu’il intervenait quinze ans jour pour jour après la réunion des chefs d’Etat des onze pays fondateurs qui lancèrent le processus qui devait aboutir à la création de cette organisation. Au départ, simple forum informel regroupant les six pays riverains de la mer Noire (Turquie, Bulgarie, Roumanie, Ukraine, Russie et Géorgie) ainsi que d’autres pays proches (Grèce, Albanie, Moldavie, Arménie et Azerbaïdjan), la CEMN ne s’est véritablement transformée en organisation régionale qu’après la ratification de sa Charte en 1999. En 2001, elle s’est élargie à la Yougoslavie (devenue maintenant la seule Serbie depuis l’indépendance du Monténégro). Elle dispose aujourd’hui de plusieurs institutions : un secrétariat permanent, une assemblée parlementaire, une banque de développement, un centre d’affaires, un centre d’études statistiques ainsi qu’un centre de recherche.
La Turquie qui a été à l’initiative de cette organisation, pendant la présidence de Turgut Özal, en 1992, a toujours bénéficié d’une position privilégiée en son sein. Symboliquement, le secrétariat permanent et l’Assemblée parlementaire ont tous les deux leurs bureaux sur les rives du Bosphore (Istiniye pour le premier et Besiktas pour la seconde). Un centre de commerce de la CEMN devrait voir le jour à Bursa.
Dans cette région minée par des “conflits gelés”, la coopération, essentiellement économique, n’atteint une dimension politique que dans la mesure où elle favorise la construction de liens de confiance entre les différents Etats. La CEMN a été conçue, d’une part, avec comme objectif premier, la libre-circulation des biens et des personnes, mais aussi, d’autre part, avec l’idée de promouvoir une coopération dans des domaines aussi variés que l’énergie, les transports, les télécommunications, l’agriculture, l’environnement, la lutte contre le terrorisme et le crime organisé. Un autre objectif, dont l’importance se confirme de plus en plus, est le rapprochement avec l’Union Européenne (UE).

Renforcement de la coopération, réformes et rapprochement avec l’UE

Le sommet de juin dernier a repris à son compte la plupart de ces objectifs. Conformément aux grandes orientations de la présidence turque actuelle, il s’est ainsi surtout concentré sur les questions de coopération en matière de transport, d’énergie et de commerce, tout en se déclarant très attentif aux problèmes environnementaux et aux initiatives de lutte contre le terrorrisme et le crime organisé.
Les participants ont fait savoir qu’ils étaient décidés à concrétiser au plus vite les deux grands projets d’infrastructures de transport : d’une part, les “autoroutes de la mer” (c’est-à-dire la création ou le renforcement des liaisons maritimes entre les ports de la zone tant pour le transport du fret que pour celui des passagers), d’autre part, la “boucle autoroutière” (c’est-à-dire le gigantesque projet d’autoroute de 7500 km qui doit longer l’ensemble du littoral de la mer Noire).
Le président russe Vladimir Poutine a rappelé son désir de coordonner les stratégies des Etats membres en matière énergétique et de les rapprocher en bâtissant un véritable réseau en la matière. Ce faisant, on peut penser qu’il cherchait surtout à contrer la stratégie énergétique de l’UE qui est à la recherche d’une diversification de ses fournisseurs et de ses routes d’approvisionnement. Cette stratégie, on le sait, vise entre autres à briser le quasi-monopole de la Russie tant en matière de pétrole que de gaz naturel.
Bien que la Turquie insiste depuis longtemps pour que des efforts soient faits en termes de libération des échanges économiques, le sommet s’est contenté de rappeler qu’il était très attaché à cet objectif mais qu’il fallait attendre que tous les membres de la CEMN aient intégré l’Organisation Mondiale du Commerce pour pouvoir véritablement avancer.
Le sommet a honoré ses promesses quant à l’objectif si cher à la Turquie de rapprochement institutionnel avec l’UE. Cette dernière jouit désormais d’un statut d’observateur permanent au sein de la CEMN. Ce nouveau statut de l’UE fait écho à la réponse de la Commission européenne aux “avances” répétées de la CEMN qui a pris, en avril dernier, la forme d’une communication intitulée “Black Sea Synergy”. La Commission y reconnaît que la CEMN a un rôle à jouer dans le cadre de sa “politique de voisinage” (“Neighbourhood Policy”). L’UE était représentée par Günter Verheugen, vice-président de la Commission. La France, qui a, elle aussi, rang d’observateur, était représentée par Jean-Christophe Peaucelle, son Consul général à Istanbul. À l’instar des sommets précédents, le Quai d’Orsay, plutôt que de confier le suivi des affaires relatives à la CEMN à une personne ou à un service spécifique, avait donc choisi de dépêcher son diplomate le plus proche. C’est peut-être le signe que l’importance de cette organisation n’est pas encore totalement acquise pour la diplomatie française. Or, la géopolitique de la région est en train de changer puisque trois pays de l’UE (Grèce, Bulgarie et Roumanie) sont désormais membres de la CEMN et, si demain la Bulgarie et la Roumanie devaient faire partie de l’espace Schengen, la France se retrouverait en quelque sorte riveraine de la mer Noire…
À l’issue du sommet, Léonidas Chrysanthopoulos, secrétaire général de la CEMN, s’est réjoui que cette rencontre ait confirmé l’inflexion de l’organisation vers une « approche par projets » Cette nouvelle approche dans la gestion des projets de coopération est une des mesures censées donner une impulsion renouvelée à cette organisation un temps moribonde. Elle consiste à définir comme règle de fonctionnement une approche privilégiant la coopération sectorielle et visant des objectifs atteignables, à plus ou moins court terme. Les participants ont par ailleurs réitéré leur soutien à l’idée d’un processus de réforme qui doterait l’organisation de plus de pouvoirs contraignants vis-à-vis des Etats membres dans les secteurs jugés prioritaires.

Laborieuses tentatives de réconciliation et jeux d’alliances

Kosovo, Haut-Karabagh, Ossétie du Sud, Abkhazie, Tchétchénie, Transnistrie… Il peut sembler étonnant que dans une région minée par des “conflits gelés” à l’actualité néanmoins plus que brûlante, la déclaration finale du sommet se borne à “souligner le besoin de les régler le plus rapidement possible, en se fondant sur les normes et principes du droit international” (traduction de l’auteur). Malgré les demandes ukrainiennes dans ce sens, réitérées au cours de la rencontre, il n’est pas question, pour certains pays et en particulier pour la Russie, que la CEMN endosse une fonction politique de règlement de ce type de conflits, qui constituent pourtant autant de freins à la coopération régionale.
Les lueurs d’espoir ne sont pas venues de la Serbie ou de l’Albanie, qui ont toutes deux choisi de camper sur leurs positions à propos du Kosovo. Ni de l’Azerbaïdjan qui, comme à son habitude, a demandé à l’Arménie de mettre fin à son occupation du Haut-Karabagh. L’attention s’est plutôt concentrée sur un événement assez exceptionnel : la rencontre entre Abdullah Gül, le ministre des Affaires étrangères turcs et son homologue arménien, en marge du sommet. Le chef de la diplomatie arménienne, Vartan Oskanian, a demandé à la Turquie de rouvrir sa frontière (fermée depuis 1993 suite à la guerre dans le Haut-Karabagh) afin d’entamer un dialogue et de renouer des liens diplomatiques entre leurs deux pays. Quant aux responsables russes et géorgiens, ils ont nié les rumeurs journalistiques d’une avancée dans l’affaire de l’Ossétie du Sud, région géorgienne que Moscou soutient dans sa lutte séparatiste.
Le sommet a aussi été l’ocasion de rappeler que la zone de la mer Noire est une arène où s’affrontent des puissances régionales voire mondiales. Il semblerait à ce propos que, lors du sommet, la Turquie et la Russie aient fait converger leurs positions pour contrer les volontés américaines d’étendre leur influence en mer Noire. La Russie ne souhaite pas voir les Etats-Unis pénétrer trop en avant dans ses anciennes dépendances que sa diplomatie considère comme son “étranger proche”. Quant aux Turcs ils considèrent que les projets américains d’une flotte sous commandement de l’OTAN, qui patrouillerait sur la mer Noire ne répondent a aucun besoin réel puisqu’il existe déja deux structures multinationales de forces navales dans la zone. Ankara craint surtout que les Américains ne tentent d’assouplir à leur profit le régime issu de la convention de Montreux (1936) auquel la République turque reste très attachée. En effet, tout en confiant la souveraineté des Détroits (Bosphore et Dardanelles) à la Turquie, celui-ci interdit, entre autres restrictions, aux forces navales d’un pays non-riverain de séjourner plus de 21 jours sur la mer Noire. Cette inquiétude convergeante de Moscou et d’Ankara quant à la présence américaine en mer Noire explique la constitution, pendant le sommet, d’un front commun turco-russe, qui s’en est pris à la Roumanie. Forte de son nouveau statut de membre de l’UE, la Roumanie entend jouer de plus en plus un rôle de puissance régionale. Signataire du traité de l’Atlantique Nord, elle est surtout perçue désormais comme le cheval de Troie de Washington, qui soutient son initiative de Forum de la mer Noire, un réseau informel qui regroupe les pays de la CEMN à l’exception de ses deux membres les plus à l’Ouest, la Serbie et l’Albanie. Bien que cette nouvelle instance soit, pour les Turcs, une organisation rivale de la CEMN, Bucarest a insisté jusqu’au dernier moment pour qu’il en soit fait mention dans la déclaration du sommet anniversaire, avant de finalement de renoncer à cette exigence sous la pression conjointe de Moscou et d’Ankara.
La prochaine rencontre d’envergure se tiendra à Ankara cette fois-ci : il s’agira de la dix-septième réunion des ministres des Affaires étrangères, prévue pour le 25 octobre. Pour plus suivre l’évolution de cette organisation en plein essor, ne manquez pas de consulter le site web de la CEMN : www.bsec-organization.org .

Alban des Grottes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.