Pas de surprise lors du 1er tour de l’élection présidentielle


Comme prévu, Abdullah Gül n’a pas été élu, lors du 1er tour de l’élection présidentielle qui a commencé à 15 heures, le 20 août 2007, dans l’hémicycle de la Grande Assemblée Nationale de Turquie. Crédité de 341 voix, le candidat de l’AKP n’a été soutenu que par son propre parti, tandis que le candidat nationaliste du MHP, Sabahattin Çakmakoğlu obtenait 70 voix et le candidat du DSP (gauche démocratique) Hüseyin Tayfun İçli, 13 voix. 23 députés, probablement des indépendants ou des Kurdes du Parti pour une société démocratique (DTP), ont voté « blanc » et un vote a été invalidé. Les députés kémalistes du CHP ont à nouveau boycotté le scrutin mais dans la mesure où ils ne sont plus que 99 dans le nouveau parlement, cela n’a pas suffi pour empêcher que le quorum de présence nécessaire de 367 députés soit atteint.

Ce résultat n’est pas une surprise puisque, pour que Gül puisse obtenir la majorité des deux tiers lui permettant d’être élu dès le premier tour (article 102 de la Constitution), il aurait fallu qu’il parvienne à rallier non seulement les indépendants et les Kurdes (qui ne présentaient pas de candidats) mais aussi à « débaucher » des députés des autres partis présentant des candidats (MHP, DSP). À cette fin, le candidat de l’AKP n’avait pas ménagé sa peine, ces derniers jours, rendant visite non seulement aux formations politiques impliquées dans l’élection mais aussi aux syndicats, aux organisations patronales et plus généralement aux ONG représentatives des différents courants de la société civile. L’idée du candidat de l’AKP était, en l’occurrence, d’apparaître comme un candidat de rassemblement et son espoir était bien sûr de convaincre une trentaine de parlementaires indécis de franchir le pas et de voter pour lui.Une élection au premier tour d’Abdullah Gül aurait sans doute accentué la rupture politique qui est en cours depuis les élections législatives.

Pourtant, il semble bien que les jeux étaient faits depuis un certain temps déjà. Dès les lendemains des élections législatives, si la plupart des formations représentées au Parlement (à l’exception du CHP) avaient décidé de ne pas bloquer le processus démocratique en participant au premier tour, elles ne souhaitaient pas pour autant se rallier purement et simplement à la candidature du Ministre des Affaires étrangères. Il est donc probable que le deuxième tour, qui devrait se dérouler, vendredi 24 août, débouchera sur le même résultat et que l’élection de Gül sera acquise au 3ème tour (prévu pour le 28 août) à la majorité absolue.

Pour l’heure, c’est l’épouse d’Abdullah Gül et Sophia Loren qui disputent la une de la presse quotidienne au futur président. Hayrünnisa Gül pourrait, en effet, porter un voile inspiré de ceux étrennés par la célèbre artiste italienne dans les années 60. Il est sûr que le délai nécessaire à l’élection finale de son mari lui laisse actuellement tout le temps pour mettre la dernière touche à la préparation de sa tenue vestimentaire. Le couturier viennois d’origine turque, Atil Kutoğlu, vient d’être chargé de redessiner l’ensemble de la garde robe de la future première dame du pays. Il faut que cette tenue puisse convenir « à tous, aux plus modernes comme aux plus conservateurs », a expliqué le créateur. Une tâche difficile ! Car, en l’occurrence, il ne s’agira pas de séduire quelques parlementaires récalcitrants mais également les tenants les plus rigides de « l’establishment », en particulier le Chef d’Etat major, le Général Yasar Büyükanit qui, tout en refusant de commenter récemment la candidature d’Abdullah Gül, a laissé entendre que les militaires pourraient désormais réserver leur participation aux réceptions officielles qui se tiendront à Çankaya… «Kolay Gelsin, Sayın Kutoğlu !»
JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 21 mars 2012

    […] sa candidature et la coiffure de sa femme furent en 2007 l’objet de l’ire des pachas (cf. notre édition du 21 août 2007), a déclaré que ce genre de procès aurait sans doute un effet salutaire de «dissuasion», et […]

  2. 12 novembre 2013

    […] A la fin du mois d’octobre dernier, le 29, très précisément, la Turquie a fêté le 90e anniversaire de la République et, en d’autres temps, l’événement aurait probablement été l’occasion de plus fastueuses réjouissances. Je me souviens en particulier des festivités du 75e anniversaire et du blason officiel de cette célébration, apposé ostensiblement sur de nombreux bâtiments publics, que l’on retrouve parfois encore sur certains d’entre eux… Autres temps, autres mœurs ! L’histoire retiendra d’abord de cette fin octobre 2013, que l’on vit apparaître le foulard sur les bancs de la Grande Assemblée Nationale. Alors même que l’annonce en avait été faite depuis plusieurs jours et que l’on attendait de le voir pour le croire, le 31 octobre dernier, 4 députées de l’AKP sont finalement entrées, la tête couverte, dans l’hémicycle parlementaire, rejointes bientôt par une cinquième. «L’audace» a exorcisé l’expulsion en 1999 de la députée islamiste du Fazilet Partisi, Merve Kavakçı par le premier ministre, Bülent Ecevit, qui à l’époque avait affirmé qu’il avait évité à son pays une nouvelle intervention militaire, en rappelant qu’on ne défiait pas l’Etat impunément ! Pourtant, bien que les leaders des principaux partis politiques aient évité d’être présents dans les travées de l’assemblée au jour J, l’affaire a finalement tourné au non-événement, car toutes les formations politiques se sont réjouies à des degrés divers bien entendu que le port du foulard ait été ainsi dépossédé de sa valeur symbolique et des polémiques qui l’accompagnaient depuis près de trois décennies. Le premier ministre s’est félicité de la fin de «pratiques discriminatoires», le chef de l’opposition kémaliste a fait valoir que le foulard ne pourrait plus être désormais instrumentalisé à des fins politiques et le président de la République a remercié l’un et l’autre d’avoir contribué par leur modération à la pacification d’un débat qui l’avait concerné personnellement. On se souvient notamment que le foulard de son épouse était apparu en 2007 comme l’un des principaux obstacles à sa course à la présidence (cf. notre édition du 21 août 2007). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.