Erdoğan parle


Pour son premier entretien télévisé après les élections législatives du 22 juillet, Recep Tayyip Erdoğan a choisi l’émission “Arena” présentée par le célèbre journaliste Uğur Dündar pour s’exprimer sur les événements que la Turquie est en train de vivre. Afin d’éclairer les téléspectateurs, Uğur DÜNDAR s’est efforcé d’aborder méthodiquement toutes les questions en cours… Voici une sélection des passages les plus significatifs de l’émission.

La candidature d’Abdullah Gül à la Présidence

Pour ce qui est de la seconde candidature d’Abdullah Gül à la Présidence, Uğur Dündar a évoqué les critiques émises à l’encontre de l’AKP sur la décision de ne pas présenter un candidat de compromis. Selon le Premier Ministre, toutefois, l’AKP a privilégié le consensus car Abdullah Gül a rendu visite à toutes les formations politiques présentes à l’Assemblée Nationale pour avoir leur avis et engager le dialogue alors que, ni la Constitution, ni même la démocratie ne requièrent, à son avis, une telle démarche. Uğur Dündar a réagi à cet argument en disant que, même si la démocratie ne requiert pas formellement une telle exigence, elle la sous-entend. Le Premier ministre ne l’a pas contredit. Il s’est contenté d’ajouter que “la Constitution dit qu’au troisième tour 276 voix suffisent pour élire le président”, avant de conclure : “il n’y a pas besoin de compromis et d’unanimité”.

La responsabilité des politiques

Concernant l’immunité dont bénéficient les députés, Recep Tayyip Erdoğan ne s’est pas opposé à une réforme consistant à faire disparaitre le privilège judiciaire qui exonère les politiques de leur plus grand devoir : la responsabilité. Cependant, sa vision des choses est quelque peu différente de ce qu’on pourrait penser.

Si vous n’appliquez une telle réforme qu’aux hommes politiques”, a-t-il dit, “cela entraînera en Turquie la dégénérescence de la politique, le rétrécissement de son champ et finalement la perte de confiance en la politique. Une telle réforme doit concerner tout le monde, les bureaucrates, les militaires, les juges. Faisons donc tout en même temps. Car si la réforme ne concerne que les politiques alors, à ce moment là, je vous dirai “kusura bakmayın” (ne m’en veuillez pas), pour être plus clair, je ne l’entreprendrai pas”.

Le Premier Ministre sent bien l’importance de cette exemption pour l’armée qui n’est pas prête à accepter qu’on la lui retire. C’est pour cela qu’il propose aussi franchement une telle réforme réciproque car il sait qu’elle ne peut pas être à l’ordre du jour dans le contexte actuel.

La non-candidature du Premier Ministre

Uğur Dündar n’a pas manqué d’interroger Tayyip Erdoğan sur sa non-candidature à la présidentielle. Le Premier ministre a expliqué, tout d’abord, qu’il avait été sollicité par son parti au printemps, pour la première élection, mais qu’il s’était finalement désisté au profit d’Abdullah Gül. Pourquoi ce désistement ? Tayyip Erdoğan s’est justifié essentiellement en expliquant qu’il n’a pas encore terminé sa mission de leader à la tête de l’AKP et qu’il ne peut donc pas assumer une fonction qui implique de se démarquer d’un engagement politique actif. L’actuel Premier Ministre estime qu’il a “encore un long chemin à faire” et que, s’il devient Président, il ne pourra pas poursuivre l’œuvre réformatrice qu’il a entreprise. En réalité, il semble que le leader de l’AKP considère que ce n’est qu’à la tête du gouvernement qu’il peut avoir le pouvoir et l’influence qui lui sont nécessaires actuellement.

La question chypriote

Parmi les sujets sensibles, c’est surtout la question chypriote qui a été évoquée. N’en déplaise à l’Union européenne, Recep Tayyip Erdoğan reste catégorique :

“Nous n’accepterons pas une modification du statu quo actuel sans obtenir une contrepartie significative. Nous ne ferons un nouveau geste que si nous avons quelque chose en échange”.

À cette mise en garde, il a ajouté :

“Nous ne permettrons pas l’usurpation des droits du RTCN (République Turque de Chypre Nord). Toutes les avancées auxquelles nous consentirons prendront en compte les intérêts de la RTCN”.

Au cours de cet entretien, Recep Tayyip Erdoğan a voulu une fois de plus dépasser les tensions que connaît le pays depuis plusieurs mois. Mais il ne s’est pas pas privé de décocher quelques traits en direction de ses adversaires du CHP et surtout de l’armée. Cette dernière a même été directement visée, au cours de l’entretien, lorsque le Premier ministe a déclaré :

“Ne mêlons pas les Forces Armées Turques (TSK, Türk Sılahlı Kuvvetleri) à la politique. Si ce sont elles qui font de la politique alors à quoi servons-nous ?”


Vous aimerez aussi...