Les couloirs énergétiques, un nouvel atout pour la Turquie dans ses négociations d’adhésion avec l’Union Européenne.


L’élaboration d’une politique européenne de l’énergie était à l’origine du projet européen avec les traités CECA de 1951 et EURATOM de 1957. Cette politique européenne demeure incontournable à l’heure où la sécurité énergétique en matière d’approvisionnement dont dépend également la stabilité économique est un enjeu majeur pour les pays membres de l’UE. Le 10 janvier 2007, la Commission européenne a présenté le « paquet-énergie » qui vise à instituer un marché intérieur européen de l’énergie, à garantir la sécurité de l’approvisionnement énergétique, à réduire l’émission des gaz à effet de serre, à développer les technologies énergétiques, à reconsidérer l’avenir du nucléaire et à mener enfin une politique internationale énergétique commune. L’UE est à l’origine de plusieurs programmes et partenariats ayant pour but la mise en place de ces politiques énergétiques tels que le réseau énergétique transeuropéen, le projet de boucle gazière d’Europe du Sud ou encore « Inogate ». Ces programmes répondent à la demande énergétique grandissante de l’UE et doivent lui permettre de diversifier ses fournisseurs en hydrocarbures. Sachant que le sol européen est pauvre en hydrocarbures, les pays membres de l’UE doivent compter sur de gros pays exportateurs pour satisfaire leurs besoins énergétiques. La Russie représente le premier fournisseur de gaz naturel (32%) et de pétrole (19,8%) de l’UE, suivie par la Norvège (20% pour le gaz naturel et 19,6% pour le pétrole) et par l’Algérie (15% pour le gaz naturel) mais l’UE est également dépendante du pétrole des pays membres de l’OPEP. Une des conditions auxquelles doit répondre l’UE, pour s’intégrer parfaitement au marché et s’assurer une sécurité géopolitique, est de diversifier ses sources d’approvisionnement et de transit afin de ne plus être dépendante en particulier de la Russie et de Gazprom, le géant gazier russe.

La crise russo-ukrainienne de 2006 a mis en lumière la position de dépendance énergétique de l’UE face à la Russie qui contrôle plus ou moins entièrement les réseaux d’approvisionnement et de transit du pétrole et du gaz naturel vers l’UE. La situation de monopole, en matière énergétique, fragilise grandement les pays importateurs et les soumet aux risques d’interruption d’approvisionnement. C’est dans cette optique sécuritaire que l’UE entend consolider ses liens avec des pays voisins tels que la Turquie. La Turquie, véritable pont entre l’Asie et l’Europe, voisine de 70% des réserves mondiales en hydrocarbures, représente peut-être pour l’UE la solution à sa dépendance énergétique face à la Russie. Reconnue officiellement apte à « candidater » à l’UE depuis le 10 décembre 1999 lors du sommet d’Helsinki, la Turquie a vu les négociations d’adhésion avec l’Europe démarrer le 3 octobre 2005. Depuis, ces négociations sont laborieuses et la situation ne s’est pas améliorée avec les positions hostiles à cette candidature prises par le nouveau président français. Malgré ces dissensions politiques, les institutions européennes veulent renforcer encore aujourd’hui leurs liens avec la Turquie dans une optique de partenariat énergétique privilégié.

Depuis 2005, la Turquie a libéralisé son marché énergétique à l’invitation de l’UE et d’institutions financières internationales telles que le Fonds Monétaire Internationale (FMI) et la Banque Mondiale (BM). Avec son économie et sa croissance dynamiques, sa position géographique exceptionnelle, ce pays est une véritable terre d’opportunités. L’UE encourage vivement la Turquie à accueillir de nouveaux réseaux de pipelines et de gazoducs et l’accompagne dans cette démarche par le biais de divers programmes et d’aides financières, notamment grâce à l’intervention de la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD). On compte parmi les réalisations achevées ou en cours des projets comme la construction des pipelines «BTC (Bakou-Tbilissi-Ceyhan)», «BTE (Bakou-Tbilissi-Erzurum)» et « Nabucco ». La particularité de ces pipelines est que tous évitent la Russie et ouvrent une nouvelle route énergétique vers l’Ouest. L’Azerbaïdjan est le premier point de départ de ces pipelines et le principal fournisseur mais d’autres pays s’annoncent comme des fournisseurs potentiels tels que l’Iran, le Kazakhstan ou le Turkménistan. Ces pipelines intéressent au premier chef la stratégie énergétique actuelle de l’UE qui veut diminuer sa dépendance à l’égard des importations de gaz naturel et de pétrole russes. Il est nécessaire de préciser ici que les besoins énergétiques de l’UE sont, à l’heure actuelle, couverts à 25% par des sources d’origine russe et que cette part devrait augmenter à l’avenir pour atteindre 40% en 2030. La Turquie représente donc une opportunité exceptionnelle pour l’UE de sécuriser ses importations en énergie en diversifiant ses sources d’approvisionnement sans devenir l’otage d’un pays en position de monopole énergétique. Ces pipelines, outre le fait qu’ils représentent des innovations technologiques majeures et qu’ils réalisent des prouesses techniques, peuvent aider l’UE à diminuer sa dépendance à l’égard la Russie ainsi qu’à mettre en place une politique énergétique commune.

L’UE est de plus en plus concernée par la vie politique et économique turque. Elle s’implique dans des projets de développement par le biais d’institutions financières comme la BEI (Banque Européenne d’Investissement) et la BERD (Banque Européenne de Reconstruction et de Développement). L’UE soutient également l’actuel gouvernement de l’AKP, dirigé par Recep Tayip Erdogan, qui a su encourager une libéralisation économique et politique. La gouvernance financière du pays reste néanmoins un problème important. Mais, c’est en tant que partenaire stable que la Turquie s’affiche aux côtés de l’UE. Consciente de son atout géographique exceptionnel et de sa capacité à s’imposer comme noyau énergétique régional majeur, la Turquie presse l’UE d’accélérer les conditions d’adhésion et plus particulièrement l’ouverture du chapitre de l’énergie. Si, au premier semestre 2007, la présidence de l’Union Européenne a souligné par la bouche d’Angela Merkel le rôle majeur d’une géostratégie européenne commune, l’actuelle présidence portugaise, dont les positions convergent avec celles de la Commission dirigée par Jose Manuel Barroso (favorable à l’entrée de la Turquie dans l’UE), souligne la nécessité de mener un débat sur le volet extérieur de la politique énergétique de l’Union. Il est certain que si la question énergétique n’a été encore que très peu mise en avant par les médias (par rapport aux questions culturelles, religieuses et sécuritaires, notamment), elle n’en est pas moins un nouvel atout maître d’Ankara dans les négociations d’adhésion avec l’UE qui vont se poursuivre dans les prochains mois.

La stratégie énergétique de l’UE d’appuyer la Turquie dans cette conversion en pays de transit d’hydrocarbures profite également à l’économie turque et au développement du pays tout entier. En effet, la construction de pipelines est source de gros investissements mais également d’importants profits et cela grâce au statut de fournisseur en hydrocarbures. Le nombre de compagnies internationales qui se sont installées en Turquie a notablement augmenté, ces dernières années, de même que les entreprises turques du secteur énergétique multiplient les partenariats avec de grandes firmes internationales telles que BP, Shell, Total, ENI… Sur le plan écologique, la construction de ces différents pipelines participent au désengorgement du Bosphore et à la réduction des risques d’accidents écologiques majeurs dus au trafic intense entre les Détroits. Si l’UE et la Turquie paraissent réciproquement gagnants, la réalité est cependant différente. L’UE n’est toujours pas parvenue à prendre une position claire et définitive sur la candidature de la Turquie tandis qu’elle peine pour l’instant à construire une politique énergétique commune à tous les pays membres, ces derniers étant encore souvent engagés dans une logique nationale d’approvisionnement et liés par des partenariats ou des alliances, si ce n’est opposés, du moins sujets à désaccord. Quant à la Turquie qui ambitionne désormais de devenir le leader régional en matière de transit et d’approvisionnement en hydrocarbures vers l’UE, elle devra néanmoins tenir compte des intérêts américains en la matière et ne pas mécontenter Moscou.
Sylvie Chemineau



Citer ce billet
Sylvie Chemineau (2007, 4 septembre). Les couloirs énergétiques, un nouvel atout pour la Turquie dans ses négociations d’adhésion avec l’Union Européenne. Observatoire de la vie politique turque. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/smau

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search