Nicolas Sarkozy change de ton


La 15ème conférence des ambassadeurs, qui s’est ouverte lundi 27 août, a été marquée entre autres par de nouvelles déclarations du Président de la République sur la candidature européenne de la Turquie.

« La France ne s’opposera pas à ce que de nouveaux chapitres de la négociation entre l’UE et la Turquie soient ouverts dans les mois et les années qui viennent »,

a affirmé très concrètement Nicolas Sarkozy, confirmant par là même une inflexion de sa position sur le sujet qui n’a cessé de se manifester depuis qu’il est entré en fonction.

Comment expliquer l’évolution qui est en cours ? Il est probable que la diplomatie française ne peut plus continuer à donner libre cours à son scepticisme sur la candidature d’Ankara alors même qu’à l’issue d’une crise délicate, la Turquie vient de prouver sa maturité politique en faisant triompher la démocratie et l’esprit de réforme. La France essaye donc de rompre son isolement européen sur la question turque et le Président français espère que cette nouvelle ligne lui permettra de resserrer ses liens avec des Etats-membres qui sont majoritairement favorables à la candidature turque (en particulier avec le Portugal qui assure actuellement la Présidence de l’Union). Paris, en effet, ne veut pas être à l’origine de nouvelles discordes dans le contexte actuel marqué, on le sait, par la difficile négociation du traité simplifié qui vise à faire aboutir la réforme des institutions européennes. De plus, la candidature turque a été validée à l’unanimité des Etats-membres en octobre 2005 et on voit mal comment la France pourrait continuer éternellement à remettre en cause cet engagement sans provoquer une crise grave. Quoi qu’il en soit, l’attitude plus consensuelle du Président de la République a été bien accueillie à Bruxelles. La Commission européenne a qualifié la nouvelle approche française de “constructive” et a salué les propos du Président Sarkozy qui, pour elle, ont enfin le souci du respect des engagements pris.

Pourtant, le revirement du Chef de l’Etat n’est pas aussi net qu’il y paraît. En effet, sur le fond, le Président reste opposé à ce que la Turquie, « pays d’Asie mineure », rejoigne l’Union Européenne. Si on analyse ses derniers propos, on constate que si le Président français accepte la poursuite des négociations, il n’en pose pas moins certaines conditions en distinguant notamment entre les chapitres de négociations qui doivent être ouverts. Ainsi, ceux qui ne relèvent que d’un partenariat privilégié ne connaîtront aucune entrave tandis que ceux qui sont dans la nature d’un processus d’adhésion (comme par exemple les institutions, l’agriculture, la politique régionale, la citoyenneté européenne ou l’union monétaire, chapitre que la France a bloqué en juin 2007) risquent de faire l’objet d’une opposition française. En scindant de la sorte le processus de négociations en cours, le Président essaye de temporiser avec ses partenaires européens tout en ménageant les apparences pour rester fidèle à ses engagement électoraux. « La seconde formule (à savoir le partenariat privilégié) est celle que j’ai prônée pendant toute ma campagne électorale. Je n’ai pas changé d’avis », a encore répété le Chef de l’État. Il n’en reste pas moins que cette position devient de plus en plus ambiguë.

Le Parti Socialiste s ‘est engouffré dans la brèche en accusant le Président de la République d’avoir « retourné sa veste ». Pour Pierre Moscovici, l’opposition farouche du candidat Sarkozy n’aura été qu’une stratégie à visées électoralistes. Aujourd’hui, rattrapé par les réalités et les exigences européennes, le Président serait contraint de jouer la carte du consensus pour apaiser le courroux de ses partenaires. L’UMP, pour sa part, a réfuté tout revirement de position. Pour le nouveau secrétaire général délégué du parti majoritaire, Patrick Devedjian, les déclarations de Nicolas Sarkozy ne marquent ni un changement ni une inflexion mais simplement « un autre ton ». « Ce n’est pas une marche arrière », a-t-il déclaré en expliquant que la France s’opposait à l’adhésion, pas aux négociations dans leur ensemble. Et de poursuivre que tout dépendrait désormais des chapitres que l’on négociait et que l’’attitude de la France n’était « pas le refus d’ouvrir quelque chapitre que ce soit mais celui d’ouvrir certains chapitres qui concernent directement l’adhésion ».

Au delà de cette affaire en réalité, Paris entend soulever un problème plus global, et largement controversé, celui de la définition des frontières de l’Europe. Nicolas Sarkozy a appelé d’ailleurs, dans sa déclaration de politique étrangère devant les ambassadeurs, à mener une réflexion approfondie sur l’avenir de l’Europe par la création d’un « comité de dix ou douze sages de très haut niveau pour réfléchir à une question simple mais essentielle : quelle Europe en 2020-2030 et pour quelles missions? ». La Présidence portugaise n’a pour l’instant pas réagi concrètement à la proposition française, mais Bruxelles n’y est apparemment pas hostile…
Cécile Nourigat


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.