La querelle du voile à l’Université : vers une relance des conflits latents


Rendant la première mouture de la Constitution civile que l’AKP entend proposer prochainement à la discussion pour remplacer la Constitution de 1982, la «Commission Özbudun» avait finalement prudemment refusé de prendre une décision sur la levée de l’interdiction du port du voile dans les Universités, en en laissant le privilège au Premier Ministre en personne. Recep Tayyip Erdoğan a fait connaître, depuis, sa réponse dans une interview au «Financial Times», le 19 septembre 2007.

«Le droit à l’enseignement supérieur ne peut pas être restreint en raison de la tenue que porte une jeune femme», a-t-il expliqué, «un tel problème n’existe pas dans les sociétés occidentales, mais il y a un problème en Turquie et je crois que ceux qui sont en politique ont pour premier devoir de le résoudre».

Presque simultanément, le Président de la République, Abdullah Gül, avait abondé dans le même sens en expliquant qu’il fallait “voir ce problème sous l’angle des libertés individuelles” et qu’il était préférable, “pour les femmes qui se couvrent, d’aller à l’Université plutôt que de rester à la maison et d’être exclues de toute vie sociale”. Ces prises de position ont sorti le débat politique turc de la torpeur consensuelle post-présidentielle dans lequel il paraissait progressivement sombrer. Surpris par cette nouvelle audace, nombre de commentateurs ont vu dans les déclarations du Président et du Premier ministre une maladresse propre à relancer les suspicions contre le gouvernement et à raviver les affrontements politiques entre laïques et religieux, qui ont marqué les derniers mois. Rusen Çakir, journaliste au quotidien Vatan et spécialiste de longue date de la mouvance islamiste en Turquie, a estimé qu’il s’agissait «d’une grave erreur stratégique» de Tayyip Erdoğan et qu’elle allait avoir «des conséquences négatives» en relançant un conflit très symbolique.

S’il n’est pas sûr qu’il y ait eu là maladresse, il est certain que la question du port du voile dans les universités est, depuis déjà près de 25 ans, l’un des symboles les plus forts du conflit qui oppose les laïques à la mouvance islamiste. Ce n’est pas la Constitution de 1982 qui a banni le voile dans les universités mais la jurisprudence, en particulier celle de la Cour constitutionnelle. Aucune loi en effet n’interdit expressément le port du voile en Turquie mais, en 1983, le Conseil d’Etat examinant un recours d’étudiantes exclues de leur université en raison de leur coiffure estime que, si l’on peut tolérer que, dans les campagnes, des femmes «frustes» puissent se couvrir sous la pression de la tradition, on ne peut accepter que des jeunes filles instruites aient, elles, en toute conscience, la même attitude. Car alors, estime la juridiction administrative suprême, il est clair qu’elles se dressent contre la laïcité et qu’elles s’attaquent aux fondements mêmes de la République. Cette décision du Conseil d’Etat est très importante car elle fait bien ressortir le raisonnement laïciste qui est derrière l’aversion du voile, ressenti comme un symbole à la fois d’ignorance et de fanatisme. Par la suite, le gouvernement de l’ANAP, fortement pénétré, comme l’on sait, par des tendances d’inspiration religieuse, essaye, à la fin des années 80 et aux débuts des années 90, d’assouplir la norme législative dans un sens favorable à l’admission de fait du port du turban dans les universités. Peine perdue ! À deux reprises, en 1989 et en 1991, la Cour constitutionnelle confirme l’interdiction du port du voile dans les Universités, en estimant que des signes distinctifs d’appartenance religieuse ne peuvent se manifester dans une enceinte scientifique laïque.

Ces décisions de la Cour constitutionnelle ont donné en fait à l’interdiction du voile dans les universités la valeur d’une norme constitutionnelle qui ne peut être infirmée désormais que par une nouvelle décision de la Cour constitutionnelle ou par une révision écrite de la Constitution abolissant l’interdiction du voile. De là, aujourd’hui, la volonté de certains de voir cette abolition inscrite dans la Constitution en cours d’élaboration. La Cour Européenne des Droits de l’Homme a eu certes l’occasion, dans une décision du 10 novembre 2005 (Leyla Şahin contre Turquie), de dire que l’interdiction du voile, dans le contexte de la laïcité turque, ne violait pas la liberté de conscience et de religion. Mais, cette décision ne fait pas pour autant une obligation, de l’interdiction du voile dans les universités turques. Quoi qu’il en soit, pour la jurisprudence laïciste turque, le port du voile est en fait assimilé à un comportement obscurantiste islamiste et c’est pour cela qu’il ne peut avoir droit de cité dans une enceinte universitaire qui est, par excellence, en Turquie, le creuset des valeurs modernistes que vénèrent les élites sécularisées.

Mais, il faut bien voir qu’entre temps, la querelle du voile en Turquie a pris une dimension politique exacerbée. En 1999, lors de la première séance du Parlement après les élections législatives, une députée du «Fazilet Partisi» (parti islamiste qui avait succédé au «Refah Partisi») fait scandale en tentant de pénétrer dans l’hémicycle, la tête couverte. En 2002, lors de la campagne pour les élections législatives, l’AKP fait de la levée de l’interdiction du voile dans l’enseignement supérieur l’une de ses promesses phare qu’il s’empresse d’oublier, une fois au gouvernement, dans l’espoir de permettre aux esprits de se calmer. Pourtant, l’affaire du turban ne manque pas de rebondir lorsqu’en octobre 2003, c’est-à-dire lors de la première célébration de la fête nationale après la victoire de l’AKP, le très laïque Président Sezer refuse d’inviter les femmes de ministres qui sont voilées dans sa résidence de Çankaya, à Ankara. Dès lors, la querelle symbolique qui, depuis vingt ans, avait été contenue dans les sphères académiques, gagne les sommets de l’Etat. Pour les laïques, la résidence du Président de la République devient une sorte de sanctuaire qu’il faut préserver à tout prix. Alors que se profile la fin du mandat d’Ahmet Necdet Sezer, l’idée que Recep Tayyip Erdoğan puisse la « souiller » en y pénétrant avec son épouse voilée, devient le cauchemar de «l’establishment laïque» qui n’aura de cesse d’empêcher l’élection d’un candidat de l’AKP dont la compagne a la tête couverte.

La candidature d’Abdullah Gül, dont l’épouse voilée a intenté un procès à la Turquie devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme contre son exclusion de l’Université d’Istanbul, déclenche ainsi une crise ouverte qui s’achève par un triomphe de l’AKP avec les législatives de juillet 2007. Dès lors, la voie est libre pour le ministre des Affaires étrangères dont l’élection à la Présidence est facilement acquise, fin août, alors même que c’est plutôt la coiffure de son épouse qui polarise désormais l’attention des commentateurs. Pourtant, les récits rocambolesques des démarches entreprises par Madame Gül, auprès d’un couturier viennois d’origine turque, pour rendre tolérable l’objet sacrilège, ont fini par donner à l’affaire une tournure moins dramatique qui prête presque à sourire. Dans les semaines qui ont précédé la tenue des législatives, l’AKP s’est d’ailleurs employé à déminer le terrain en s’abstenant de faire, comme en 2002, de la levée de l’interdiction du voile dans les universités, un cheval de bataille de sa campagne électorale. La volonté du Premier Ministre de faire aboutir cette réforme en l’incluant dans le projet de Constitution civile montre, toutefois, que le parti majoritaire a décidé de repasser à l’offensive contre «l’establishment». Cette nouvelle détermination ne ménage pas non plus le YÖK (direction centrale des universités) et les Recteurs qui, ennemis tenaces du gouvernement, sont en l’occurrence les premiers visés.

La décision du gouvernement tendant à autoriser le voile dans les universités est ainsi susceptible de raviver les tensions qui ont marqué la crise politique présidentielle en Turquie mais il n’est pas sûr qu’elle soit le fait d’une maladresse. Depuis le début de la crise présidentielle, l’AKP a remarquablement manœuvré en maniant tour à tour une détermination sans faille (première présidentielle, lancement du «paquet constitutionnel») et un art éprouvé du redéploiement stratégique consensuel (élections législatives, seconde présidentielle). Après les échecs qu’il a infligés, à plusieurs reprises, à «l’establishment» ces derniers mois, le gouvernement pourrait bien faire de la Constitution civile l’échiquier d’une partie à laquelle il entend mettre fin par un coup de maître.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.