Un colloque sur les partis politiques à Izmir, prochainement…


Les 1er et 2 novembre 2007, la Faculté des Sciences économiques et administratives de l’Université « Dokuz Eylül » à Izmir, organise un colloque international consacré aux Partis politiques (« Partis politiques, ressources, limites, nouvelles approches »). Cette manifestation est organisée en coopération avec TÜBITAK (le Centre de la recherche scientifique turque), l’Ambassade de France, l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes (IFEA), le Centre Culturel Français d’Izmir et TSBD (l’Association turque des Sciences Sociales).
Loin d’être épuisé chez les politistes, ce sujet en Turquie connaît à l’heure actuelle des évolutions significatives sous l’effet notamment des mutations que nous avons vécues au cours des derniers mois. Pour en parler, l’OVIPOT a rencontré Aysen Uysal, l’initiatrice et la principale organisatrice de ce colloque.

OVIPOT : Pourquoi ce colloque francophone à Izmir sur les partis politiques ?

J’avais l’idée d’organiser un colloque sur les partis politiques depuis bien longtemps. Et cela, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, je me demandais pourquoi les enseignants turcs faisaient toujours référence à l’ouvrage de Maurice Duverger alors que celui-ci est dépassé en France. Dans ma Faculté, comme dans beaucoup d’autres, l’ouvrage de Duverger était et reste parfois la seule référence usitée. Mes collègues français eux-mêmes s’étonnaient quand ils apprenaient cette situation. Le premier objectif de ce colloque est donc de faire connaître d’autres approches aux étudiants et à certains collègues. Cela ne veut pas dire bien évidemment que tous les universitaires n’ont pas évolué dans leurs recherches sur les partis. L’organisation de ce colloque francophone justement nous permettra de montrer le chemin parcouru, depuis les analyses de Duverger, et cela même dans son propre pays d’ailleurs.
Certes, un colloque ne suffit pas. Il faut maintenant traduire des manuels sur les partis et mener des recherches nouvelles sur les formations politiques turques ou sur celles qui s’affirment notamment dans d’autres pays. En ce sens, ce colloque est un premier pas qui sera rapidement suivi par la traduction du livre de Michel Offerlé (Les partis politiques, Que sais-je ? (1987) 5ème édition, 2006) qui doit paraître, en 2008, chez « Imge Yayinlari ».
La voie est longue et les échanges théoriques et méthodologiques avec des chercheurs étrangers me paraissent, en l’occurrence, inévitables car enrichissants.

OVIPOT : Quels sont les grands axes de la réflexion proposée par ce colloque et qu’attends-tu des débats qu’ils ne manqueront pas de susciter et notamment des échanges entre spécialistes turcs et spécialistes étrangers ?

Quatre grands axes peuvent être recensés : les réseaux sociaux des partis politiques, leur organisation interne (memberships, leadership, démocratie interne, etc.), leurs ressources et leurs limites (ressources humaines, financières, contraintes juridiques, etc.) et enfin leur transformation (nouvelles approches, « désidéologisation », dépendance aux médias, etc.).
Dans une perspective comparative, ces axes contribueront à éclaircir les points communs et les différences des partis turcs et étrangers. Certaines transformations sont issues des spécificités de la conjoncture mondiale (effet néolibéral, par exemple) alors que d’autres sont spécifiques aux particularités des pays concernés (comme l’encadrement juridique, par exemple). Une fois que ces caractères distincts ou partagés auront été identifiés, j’espère que des débats et des échanges enrichissants pourront avoir lieu, entre les intervenants, voire entre ceux-ci et l’assistance.
Les exemples des pays étrangers qui seront abordés (la France, le Mexique, l’Italie et l’Indonésie) pourront aussi élargir les réflexions sur l’analyse de l’état actuel des partis politiques turcs. Enfin, les chercheurs étrangers pourront essayer de vérifier si les hypothèses théoriques et la méthodologie traditionnellement utilisées fonctionnent (ou non) dans le cas turc.

OVIPOT : Les premières formations politiques turques remontent à l’Empire ottoman, le pluralisme en Turquie existe depuis plus d’un demi-siècle, certains politistes parlent même du système politique turc comme « d’un système de partis », pourquoi, cependant, y a-t-il si peu de travaux sur les partis politiques en Turquie ?

C’est vrai qu’il y en a vraiment très peu ! Quand j’ai commencé à préparer ce colloque, pour le dire honnêtement, je n’ai rencontré que très peu de vrais spécialistes des partis en Turquie. C’est surprenant, quand on connaît la richesse des travaux existant sur le même thème dans la littérature politique française. Si on n’a pu ainsi rapidement trouver des chercheurs français, on a peiné pour identifier les chercheurs turcs susceptibles d’être invités. Certes, il y a, en Turquie, des spécialistes connus, comme Ayşe Ayata, mais au bout du compte, ils ne sont pas légions. De surcroît, alors que j’étais à la recherche de spécialistes turcs, je me suis aperçu que beaucoup des personnes rencontrées, parce qu’elles avaient abordé des questions touchant aux partis politiques dans leurs recherches, se considéraient elles-mêmes comme des spécialistes des partis. Mais, si l’on observe le cas français, on s’aperçoit qu’une spécialisation sur les partis, ce n’est pas ça ! Il faut bien voir également qu’on est en présence, dans les deux pays, de deux perceptions scientifiques différentes.
Il y a un certain nombre de raisons à cette pauvreté de la recherche sur les partis. Je veux parler ici surtout de la carence existant dans le domaine sociologique. En premier lieu, les partis sont un champ d’étude encore largement dominé par le droit. En Turquie, les partis politiques ont fait plus l’objet de recherches juridiques que de recherches politico-sociologiques (qui restent marginales). En second lieu, même quand les partis font l’objet de recherches menées par des politistes, celles-ci sont souvent conduites sous l’angle des idées et théories politiques.
La domination de ces deux manières courantes de traiter chez nous des partis s’explique sans doute par la facilité qu’il y a d’étudier les partis, dans les livres, sans avoir besoin de faire du « terrain », ce qui devient en revanche nécessaire lorsqu’on se lance dans une analyse de type sociologique. La plupart de ces travaux sont en effet fondés sur une étude des partis à partir de la législation en vigueur ou de la littérature produite par les partis eux-mêmes (comme, par exemple, leurs programmes). En absence de centres et de laboratoires de recherche, l’étude sociologique qui nécessite des financements, et le plus souvent un travail collectif, reste l’exception. Il faut néanmoins signaler que l’augmentation des projets de recherche financés par TÜBITAK (le Centre national de la recherche scientifique turque) peut contribuer, petit à petit, à la modification de cet état d’esprit.
Toutefois, à l’heure actuelle, ce sont encore des chercheurs étrangers spécialistes de la Turquie ou des chercheurs turcs passant par l’étranger (pour réaliser leur doctorat, par exemple) qui travaillent le plus souvent de façon politico-sociologique sur les partis politiques turcs. J’espère donc que notre colloque contribuera à attirer l’attention sur une situation qui doit changer et à susciter des vocations chez les jeunes chercheurs et chez les nouvelles générations.

OVIPOT : Après les bouleversements politiques que nous venons de vivre ces derniers mois en Turquie, comment vois-tu la situation des partis politiques et leur avenir ?

La perméabilité des frontières idéologiques entre les partis a été l’un des sujets les plus discutés par les universitaires, les journalistes et les divers commentateurs, lors des dernières campagnes électorales. Le nouveau discours libéral de l’AKP par opposition au discours traditionnel des partis dits sociaux-démocrates a renforcé la pertinence d’une telle réflexion. L’observation des rapides changements d’appartenance politique des candidats, en période électorale, a été également au cœur de ces discussions récentes. À mon avis, ces questions continueront à occuper une place importante sur l’agenda politique en Turquie.
Par ailleurs, un nationalisme croissant pénètre (voire menace) toutes les formations partisanes en Turquie. Ce constat me paraît très préoccupant pour l’avenir de ce pays. Le nationalisme de gauche nourrit des scénarios de complot qui ont des effets immédiats, en particulier sur la perception du monde que peuvent avoir les jeunes. Le vide politique à gauche accroît cette inquiétude. La formation d’un nouveau parti de gauche me paraît être un enjeu majeur aujourd’hui car le CHP ne semble pas capable combler le vide politique existant.
Enfin, eu égard à la place qu’occupent actuellement Deniz Baykal ou Recep Tayyip Erdoğan sur la scène politique turque, une réflexion sur « l’oligarchie des leaders » s’impose également. Les recherches sur le « leadership » sont, à mon avis, plus nécessaires que jamais.

Biographie d’Aysen Uysal
Aysen Uysal, est maître de conférences au département d’administration public de l’Université « Dokuz Eylül », à Izmir. Elle est diplômée (licence et maîtrise) de la Faculté des sciences politiques de l’Université d’Ankara (« Mülkiye »). Elle a soutenu une thèse de Science politique, intitulée « Le répertoire d’action de la politique dans la rue : les actions protestataires et leur gestion étatique en Turquie dans les années 1990 », à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Michel Offerlé, en 2005. Cette thèse est en cours de publication chez « Karthala ». Aysen Uysal est spécialiste notamment des mobilisations, des manifestations de rue, de la police et des partis politiques. Elle a récemment publié (avec Ferdan Ergut) « Tarihsel Sosyoloji. Stratejiler, Sorunsallar, Paradigmalar », chez « Tarih Vakfı Yayınları & Dipnot Yayınları » (2007).


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. JE SUIS LE SECRETAIRE GENERAL DU PARTI DEMOCRATIQUE PANAFRICAIN(PDP) ET JE PENSE QUE LE PARTENARIAT DEVRAIT ETRE UN ATOUT POUR NOS PARTIS POLITIQUES DE SE RENFORCER C’EST DANS CE CADRE QUE JE DESIRE ETRE EN RELATION AVEC LES PARTIS QUI PARTAGENT LES VALEURS DES DROITS HUMAINS ET DE LA DEMOCRATIE mon contact:07bp13555lome togo tel +2289453830

Répondre à BEDY K. TSANLEVO Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.