Le «Diyanet » sur la sellette

En ce mois de Ramadan, force est de constater que le Président de la Direction des Affaires religieuses («Diyanet»), Ali Bardakoglu réapparaît sur le devant de la scène médiatique turque. Il a notamment participé, le 16 septembre 2007, à l’émission «Dogruya Dogru» sur la chaîne «ATV» qui a lieu le dimanche matin. Cette émission a d’abord été l’occasion pour lui de parler de questions religieuses concernant le mois Ramadan et plus généralement de l’islam . Mais, à la fin de l’émission, l’animatrice qui l’interrogeait n’a pas résisté à l’envie de lui demander son avis sur les débats qui entourent actuellement le projet de constitution civile.

Questionné notamment sur la pertinence de la suppression des cours obligatoires de religion à l’école (notre édition du 23 septembre 2007), Ali Bardakoglu a précisé qu’il ne fallait pas confondre « cours de religion » et «cours de culture religieuse» en rappelant que les cours donnés actuellement dans les écoles turques sont des cours de «culture religieuse». C’est la raison pour laquelle, il a déclaré qu’il était contre la suppression de ces cours qu’il estime indispensables pour permettre aux jeunes de comprendre le fait religieux, tant en Turquie, que dans le monde. Le Président du «Diyanet» a même affirmé qu’il considérait ce cours de culture religieuse comme une nécessité intellectuelle en regrettant par ailleurs que la question de l’éducation religieuse n’ait pas été encore correctement traitée en Turquie. Ali Bardakoglu a déploré notamment qu’en dehors de ces cours obligatoires, l’éducation religieuse à proprement parler soit inexistante dans ce pays, bien que le «Diyanet » ouvre des cours d’été pour les enfants qui le souhaitent.

Mais, au-delà de l’affaire des cours de religion à l’école, qui pose par ailleurs un problème, on le sait, parce que loin d’être des cours de culture religieuse, ils se transforment le plus souvent en cours d’instruction religieuse sunnite hanéfite (notre édition du 23 septembre 2007), Ali Bardakoglu s’est exprimé sur le statut même du «Diyanet». Revendiquant une véritable autonomie pour «Diyanet», il a estimé que cette institution administrative, intégrée à la hiérarchie de l’Etat, était libre en revanche sur le plan religieux… C’est pourquoi, il a souhaité que le «Diyanet» puisse obtenir un statut juridique le rendant autonome à l’égard de tout pouvoir et lui donnant une liberté d’appréciation totale sur les questions religieuses.

Dans son édition du 23 Septembre 2007, le très kémaliste quotidien «Cumhuriyet» rend compte d’un entretien qu’il a eu, lui aussi, avec le Président du «Diyanet». Revenant à nouveau sur le débat relatif à la nouvelle constitution en des termes sensiblement similaires à ceux qui avaient prévalu lors de l’émission sur «ATV», Ali Bardakoglu a été notamment interrogé sur la levée de l’interdiction du voile dans les universités (cf. notre édition du 24 septembre 2007). En l’occurrence, le Président du «Diyanet » a préféré « botter en touche » en estimant que ce problème, qui a pourtant une dimension religieuse indiscutable, devait être tranché par les hommes politiques, n’hésitant pas à affirmer en particulier :

«Etant donné qu’on est en présence d’un sujet politique, laissons-le à l’appréciation des hommes politiques…».

Par ailleurs, il a également répondu à des questions renvoyant à une polémique en cours et que l’on peut résumer comme suit : «La Turquie est-elle en train de devenir la Malaisie ?». Ali Bardakoglu a estimé qu’une telle polémique n’avait pas lieu d’être car, selon lui, en Anatolie profonde, le peuple n’a jamais été tenté par une religiosité excessive, avant de conclure :

«Vivre ensemble avec les autres religions est vraiment notre mode de vie. Nous avons accepté la République et la laïcité avant tous les autres pays musulmans. À cet égard, la Turquie ne ressemble pas aux autres pays musulmans !».


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. OVIPOT dit :

    Toujours est-il que même « Radikal » l’utilise puisqu’il a titré il y a deux jours à la une : « Nous ne sommes pas la Malaisie » pour annoncer que, selon un sondage, le port du voile aurait légèrement baissé en Turquie !

  2. Sarmad dit :

    Je ne comprends pas la peur de l’exemple malais ,tres pauvre à l’origine ce pays est devenu en deux decennies un dragon economique à la pointe de la technologie et de la modernité et c’est aussi un pays musulman tolerant ou l’importante minorité chinoise est tres dynamique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.