Un peu moins de femmes voilées en Turquie

Un sondage réalisé pour l’émission de télévision «le 32e jour» vient de révéler que le nombre des femmes voilées aurait baissé, au cours des 4 dernières années en Turquie…D’après cette enquête, menée entre le 21 et le 22 septembre 2007, dans 38 départements et 128 communes par la Société de sondages «A&G» (http://www.agarastirma.com.tr), à partir d’un échantillon de 1863 personnes, âgées de plus de 18 ans (dont 924 femmes), la proportion de femmes voilées serait passée de 64,2% (contre 35,8% non voilées), en 2003, à 61,4% (contre 38,6% non voilées), aujourd’hui.

Le sondage fait apparaître une corrélation (déjà observée antérieurement) entre la zone de résidence, le niveau d’instruction et les choix politiques des sondés. Les proportions de femmes voilées et de femmes non voilées sont presqu’en équilibre sur la Marmara et dans les régions égéenne et méditerranéenne. Mais, dès que l’on va vers l’Est et sur la Mer Noire, plus des deux tiers des femmes portent un foulard. Et ces dernières sont 84,6% en Anatolie du Sud-Est. Selon ce sondage, également plus le niveau d’éducation est faible et plus le port du voile augmente. Elles sont 11,3% à se couvrir lorsqu’elles sont diplômées de l’Université, 24,5% quand elles sortent du Lycée, 56,1% quand elles sont allées jusqu’au collège, 79,7% quand elles n’ont fréquenté que l’École primaire et 90,8% quand elles sont sans diplôme. Le port du voile varie, enfin, avec les options politiques (mesurées en l’occurrence sur la base des résultats des législatives anticipées du 22 juillet 2007). C’est chez les électrices du « Saadet Partisi » (islamistes) que la proportion est la plus forte (100%), viennent ensuite celles du parti kurde DTP (83,3%), de l’AKP (79,8%), du MHP (52,5%) et du CHP (19,3%).

Au-delà de cette analyse classique, l’enquête sonde les personnes interrogées sur des sujets plus sensibles et plus liés à l’actualité, notamment sur la question de l’interdiction du voile à l’Université qui devrait être levée pour 73,7% d’entre elles ou sur la décision de la CEDH du 10 novembre 2005 (notre édition du 24 septembre 2007) qui est jugée « erronée » par 62,6% des sondés. Quant au voile de la première dame du pays, Hayrunnisa Gül, seules 26,3% des personnes concernées par l’enquête ne l’acceptent pas. Toutefois, celles-ci sont 37,6% à préférer que les épouses voilées du Président de la République et du Premier Ministre n’accompagnent pas leurs époux dans les manifestations officielles.

Le sondage révèle encore une légère baisse dans la pratique des prières quotidiennes (seuls notamment 29,3% des sondés les font de manière régulière contre 31,6% en 2003). Il devient plus intéressant encore lorsqu’il montre que 77, 8% des personnes interrogées n’ont pas utilisé le mot « turban » (à connotation très religieuse) pour désigner la coiffure en cause ! Il reste certes à savoir maintenant comment les femmes concernées se voilent. Si l’on en juge par les nouvelles formes de «voilage» apparus, ces derniers temps dans les rues d’Istanbul (turban porté avec les avant-bras nus et avec une jupe laissant voir le mollet, ce qui serait inconcevable dans la plupart des capitales arabes, cf.notre photo), une éventuelle enquête sur le sujet, pour difficile qu’elle soit à mettre en œuvre, risquerait de révéler de bien des surprises. Le dévoilage ne commence peut-être en effet pas forcément par le haut !

Les quotidiens turcs, dont beaucoup ont commenté le sondage à la une, en sont restés, pourtant, à des considérations plus politiques. Beaucoup d’éditorialistes libéraux se disent « rassurés », d’autres, plus incisifs, comme Ali Bayramoglu (dans «Yeni Safak») saisissent l’occasion pour dire que ce sondage va une fois de plus détruire l’argumentaire de ceux qui s’emploient à faire du voile un épouvantail intégriste propre à dissuader la démocratisation et l’ouverture en cours. «Radikal» a, pour sa part, rebondi sur les polémiques qui agitent actuellement les médias turques (notre édition du 28 septembre 2007), en titrant : «Les femmes voilées ont diminué. Nous ne sommes pas la Malaisie !», ce qui ne manquera pas de désoler un peu plus l’un de nos lecteurs qui estime que la Malaisie n’est en réalité pas du tout le repoussoir qu’elle est devenue depuis quelques jours dans la presse turque. Mais nous sommes là dans les arcanes du débat politique interne plus que dans une analyse sociologique comparative méticuleuse…Les résultats du sondage incitent d’ailleurs au retour à des enjeux politiques plus immédiats puisqu’ils révèlent aussi que 45,4% des personnes interrogées devraient voter «Oui», lors du référendum du 21 octobre 2007 (paquet constitutionnel prévoyant notamment l’élection du Président de la République au suffrage universel direct), tandis que 18,5% devraient opter pour le «Non». Mais cela bien sûr est une autre histoire…


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Djo dit :

    C’est étrange se que vous voulez accentuer !!!Je suis une fille universitaire, je porte la voile et je suis bien fière, la voile et l’éducation non pas relation réel, pour porter la voile il faut avoir une bonne connaissance de notre religion et non une bonne éducation. La voile couvre nos cheveux et non nos cerveaux !!!!!!

  2. Pierre dit :

    Tres interessant mais faux. Sondage plus recent de KONDA parle de AUGMENTATION de voiles et turban.http://www.thememriblog.org/turkey/blog_personal/en/4048.htm

  3. Sami dit :

    Je rejoins Aysin: celle qui se voile en portant une jupe transparente qui lui arrive aux mollets n’a rien compris à la prescription coranique relative au voile. Le but n’est pas de se voiler pour se voiler mais pour éviter le regard malsain des hommes et lutter contre l’embrasement des sens. Comme le disent les Turcs, “yukarisi ALLAH ALLAH, asagisi, yallah yallah”.Ca ne sert à rien de cacher les cheveux lorsque’on met en valeur les autres parties du corps.

  4. OVIPOT dit :

    Tout ça me paraît très intéressant pour comprendre ce qui se passe actuellement en Turquie.

  5. Legleg dit :

    Pour répondre au 1er com, il y en a beaucoup des comme ça à Istanbul…Il y a aussi, celles qui sont voilées avec un pantalon en stretch, tee shirt manches courtes…A istanbul, j’ai remarqué que le nombre de voilées diffèrent beaucoup selon les quartiers.Dans ma belle famille, les femmes qui ont dépassé l’écolre primaire (lycée, université) refuse le voile, les autres le porte.

  6. Ayşın dit :

    Si c’est pour se voiler comme ça, autant qu’elle l’enlève. Je rêve là ! Même sa jupe est transparente. Elles font n’importe quoi ces filles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search