Le réveil de la question kurde


Ces derniers jours, les unes de la presse quotidienne ne parlent plus que d’eux, «nos martyrs !». 15 soldats turcs ont en effet été tués par le PKK, au cours du week-end dernier, dans le Sud-Est anatolien, 13 d’entre eux, membre d’une unité de commandos ayant notamment été victimes d’une embuscade dans la province de Şırnak. La nouvelle a fait écho en Turquie au mitraillage d’un minibus dans la même province, qui à la fin du mois de septembre avait causé la mort de 12 personnes (dont des femmes et des enfants) et qui était apparu comme le plus grave attentat contre des civils, dans cette région, depuis 1995.

Ce réveil de la violence a frappé de stupeur l’opinion publique et surprend au moment où de nouvelles perspectives de règlement politique venaient d’apparaître avec l’élection de 20 députés kurdes, lors des dernières législatives. On se souvient que la poignée de main entre le leader des nationalistes du MHP, Devlet Bahçeli, et le leader des Kurdes du DTP Ahmet Türk, lors de la cérémonie de prestations de serment des députés à la Grande Assemblée nationale, le 4 août 2007, avait été saluée par les médias. Le retour de représentants kurdes au Parlement rappelait néanmoins qu’il y a 15 ans, leur précédente expérience dans cette enceinte s’était fort mal terminée. La prise de parole en kurde qu’ils avaient tentée, lors de la même cérémonie, s’était soldée, en effet, par l’inculpation et la lourde condamnation de 4 d’entre eux, dont Leyla Zana, qui ne sera libérée qu’en 2004, dans le contexte des réformes réalisées par la Turquie pour ouvrir des négociations d’adhésion avec l’Union Européenne. Cette libération et ces réformes ont été pourtant le signe d’une évolution. En dépit des restrictions constitutionnelles et des dissolutions successives dont elle a été l’objet, une formation politique kurde a pu s’imposer, au fil des ans, dans des instances officielles comme les municipalités du Sud-Est depuis plusieurs élections locales ou comme le parlement national depuis l’été dernier, avec la présence du DTP. Le développement de l’édition et de publications en kurde a été également particulièrement vif au cours des dernières années en Turquie. Mais si la question kurde n’est plus vraiment taboue désormais, ces nouvelles violences montrent qu’elle n’est pas réglée pour autant. Il y a sans doute plusieurs explications à cela.

En premier lieu, l’espoir d’une solution politique avec le développement de la démocratie et de l’Etat de droit en Turquie a peut-être pour effet de radicaliser l’action du PKK dont les militants trouvent plus difficilement qu’auparavant un soutien auprès des populations du Sud-Est. Ces dernières, rappelons-le, ont presque autant voté pour l’AKP que pour le DTP aux dernières élections. Abdullah Öcalan (alias Apo), le leader du PKK, une organisation classée parmi les organisations terroristes aux Etats-Unis et en Europe, a condamné la démarche politique du DTP. Toujours détenu sur l’île d’Imrali, depuis sa condamnation à la prison à vie, il entend bien ne pas être oublié et rester un acteur incontournable du dossier.

En second lieu, la question kurde est fortement instrumentalisée par les différents protagonistes de la vie politique turque. On l’a bien vu, cet été, lors de la crise présidentielle et de la campagne pour les législatives. L’establishment kémaliste, en particulier, n’a cessé d’accuser le gouvernement et l’AKP de faiblesse et de demander une intervention militaire dans le Nord de l’Irak où les activistes du PKK trouvent refuge. Depuis le mitraillage de civils à Şırnak, le gouvernement est de nouveau sous pression et mis en demeure de réagir.

En dernier lieu, ce problème a une dimension internationale non négligeable qui le rend encore plus complexe. Depuis la Guerre du Golfe de 1990/91, les Turcs reprochent aux Américains d’avoir laissé se développer dans le nord de l’Irak une région kurde quasi-indépendante. Ce sentiment est encore plus fort depuis l’intervention américaine de 2003 et il est la source d’un fort anti-américanisme en Turquie. La diplomatie turque, quant à elle, redoute la partition de l’Irak, qui pourrait survenir à l’issue d’un départ des Américains. C’est ce qui l’a amenée à prendre position contre l’organisation d’un référendum à Kirkouk dont l’issue probable (le rattachement de la ville et de ses champs pétrolifères à l’Irak du Nord) risquerait de renforcer la région kurde autonome irakienne. Accusant Ankara d’ingérence, le président de cette région, Massoud Barzani avait menacé Ankara, en avril dernier, de déstabiliser les régions kurdes de Turquie. Cette attitude avait provoqué la colère de l’armée et de la presse turques qui avaient sommé Washington et Bagdad de réagir. Depuis la situation paraissait s’être stabilisée puisque des négociations entre Ankara et Bagdad avaient même débouché, le 28 septembre 2007, sur un accord mutuel avec Bagdad pour lutter contre le terrorisme. Cet accord n’autorisait pas cependant l’armée turque à poursuivre les membres du PKK de l’autre côté de la frontière. L’hypothèse d’une intervention militaire turque est à nouveau avancée pour faire réagir Washington et accroît l’antagonisme turco-américain au moment même où une loi sur le génocide arménien est examinée par le Congrès, ce qui a amené, il y a 2 jours, le Président Gül à adresser une lettre de mise en garde à George Bush, évoquant même de possibles sanctions. Pour l’heure, le Conseil suprême de lutte contre le terrorisme s’est réuni et le gouvernement a demandé au Parlement d’autoriser une intervention militaire en Irak. Toutefois, beaucoup de voix d’experts se font aussi entendre pour mettre en doute l’efficacité d’une telle opération.
En tout état de cause, les interactions permanentes entre les dimensions kurde, turque et internationale de la question kurde risquent malheureusement de gêner encore un certain temps la perspective d’une solution politique durable.
JM


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Legleg dit :

    En ce qui concerne la fusillade du mini-bus, il me parrait improbable qu’elle soit le fait du PKK.Celà ressemble plus à un règlement de compte mafieux entre gardiens de village ou un coup de barbouzes.J’aurai pu croire un un coup du pkk si seulement les gardiens de village avaient étés tués

  2. OVIPOT dit :

    Il reste que des évolutions sont en cours, il suffit justement de voir que beaucoup de Kurdes ont voté comme les Turcs lors des dernières élections. On ne peut aborder la question kurde comme il y a vingt ans…

  3. Jacky dit :

    Je me demande comment 20 députés élus indépendants/DTP dans une assemblée qui en compte 550 peuvent faire apparaître “de nouvelles perspectives de règlement politique” a fortiori cette poignée de main par une partie d’entre eux (plutôt acquise à Öcalan) avec un fasciste avéré comme Bahçeli.Je voudrais rappeler aussi que la prise de parole en kurde n’avait pas été tentée, elle avait été réalisée. Elle ne s’était pas soldée par l’incarcération mais par la fission du SHP de l’époque et du HEP refondu un peu plus tard en DEP. L’incarcération qui date de 1993, c’était pour leur activité général contre, dixit la Cour constitutionnelle, l’unité indivisible de l’État ou Devletin bölünmez bütünlüğü – une expression névrotique qui apparaît 14 fois dans la Constitution turque actuelle.Enfin, concernant la « question kurde », si le rapport de suivi de la Commission européenne 2005 pouvait facilement être traité d’optimiste ou de laxiste, le rapport de 2006 est beaucoup plus pertinent :L’approche de la Turquie en matière de « droits des minorités » n’a pas évolué. Aucun progrès n’a été accompli pour poursuivre l’alignement des pratiques turques sur les normes internationales et communautaires. (Partie 4, chapitre 23)Cette fois-là, les réformes poudres aux yeux ont eu moins d’effet.Concernant la publication en langue kurde, qui n’est pas en soi un phénomène nouveau bien sûr, de la même manière que sa censure n’a jamais cessé, la question parlementaire, posée en juin dernier par la députée européenne d’origine yézidie, Feleknas Uca (GUE/GNL) au Parlement européen sur la dissolution du Conseil municipal de Sur et du renvoi de son maire, Abdullah Demirbaş, pour avoir publier des prospectus multilingues (dont le kurde et le syriaque) par décision du Conseil d’État turc et sur proposition du ministre de l’Intérieur, est significative et intéressante.La « question kurde » reste éminemment taboue, de la même manière que l’euphémisme “Sud-Est” continue à s’utiliser plus aisément que “Kurdistan”… et pas qu’en turc…Concernant l’incident de Sırnak, des proches des civils assassinés ont dit à un député DTP qu’ils connaîtraient les meurtriers et que ce ne serait pas le PKK. Après Semdinli, Hrant Dink et beaucoup d’autres affaires plus ou moins médiatisées, on se pose beaucoup de questions en effet sur les responsables.Comme dans les autres cas, on peut raisonnablement penser qu’il s’agit de non-terroristes qui ne doivent pas figurer sur la liste de l’Union européenne et de Washington et ce, bien sûr, même si enfants et civils innocents ont perdu la vie.

Répondre à OVIPOT Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.