La motion du Parlement Turc sur l’intervention en Irak du Nord : une mesure de dissuasion ?

Après les attentats de ces dernières semaines, attribués au PKK, le gouvernement s’est enfin décidé. Mercredi soir, les députés ont voté, à sa demande et à une écrasante majorité (507 voix contre 19 voix), une motion l’autorisant à conduire une opération militaire dans le Nord de l’Irak. Les médias turcs ne parlent que de ça, tout comme les politiques, qui en ont presque oublié la campagne pour le référendum constitutionnel du 21 octobre 2007 (nos éditions des 17 et 18 octobre 2007). Cette consultation électorale propose pourtant une modification importante de la Constitution en vigueur (élection du Président de la République au suffrage universel, réduction du mandat présidentiel et de celui des parlementaires…) mais c’est bien l’hypothèse d’une intervention militaire dans le Nord de l’Irak qui a polarisé toutes les attentions, ces derniers jours.

Il est vrai que la situation dans le Sud-Est a changé. Les attentats se sont multipliés ces derniers temps et semblent mettre un terme à l’accalmie relative qui avait suivi la trêve de 2004. Le discours des partisans de l’intervention militaire les présente comme la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Rappelant la violence des attentats des trois dernières semaines, pointant du doigt l’existence de camps d’entraînement du PKK au Nord de l’Irak, ils estiment que cette intervention est une nécessité à laquelle l’Etat turc est contraint pour se défendre. Selon eux, face à un gouvernement irakien «laxiste » et des Etats Unis « inconséquents », l’armée turque devrait agir « dans l’intérêt national ».

Sans vouloir entretenir un angélisme naïf à l’égard du PKK qui, rappelons le, est considéré comme une organisation terroriste par l’Union Européenne et les Etats-Unis, et dont l’implication dans de multiples trafics (d’armes et de drogues notamment) est connue, on doit reconnaître que l’idée avancée d’une nécessaire intervention dissimule mal des préoccupations politiques qui sont en fait d’ordre national : pour les militaires, un peu dans l’ombre depuis l’écrasante victoire de l’AKP, c’est un moyen de ramener la puissance protectrice de l’armée au premier plan et de retrouver une influence sur la scène politique ; pour l’AKP, qui a dû se saisir de la question, il s’agit de ne pas se laisser déborder par les initiatives et le discours nationaliste de l’Etat major, toujours influent dans la sphère politique.

Derrière le problème du PKK et de ses attentats, ce sont ainsi des enjeux politiques immédiats qui prévalent. Rappelons que cette question avait déjà été très instrumentalisée au moment de la campagne électorale de l’été dernier par les milieux nationalistes et laïques. L’enjeu dépasse donc bien la question kurde en elle-même. Car si les attentats du PKK ont bien repris de façon spectaculaire, il n’est pas sûr qu’ils signifient qu’un renforcement de cette organisation soit en cours. En effet, si l’on examine la question sur le long terme, on constate que le PKK est plutôt en perte de vitesse. Il a, semble-t-il, beaucoup plus de difficultés qu’auparavant à trouver un appui auprès des populations locales. Le vote d’une grande partie des Kurdes sur des critères non identitaires (notamment massivement pour l’AKP) lors des dernières législatives est assez révélateur des évolutions qui sont en cours. Après plus de 20 ans d’un conflit sanglant, les nouvelles générations, ont peut-être une autre approche de cette crise. Dans un contexte qui est aussi celui du développement économique et des changements de mode de vie en Turquie, les revendications radicales et les moyens employés par le PKK peinent à convaincre. La population locale est probablement plus sensible qu’auparavant à l’idée de pouvoir faire avancer ses revendications sur des bases politiques.

En dépit de cette perte d’influence, le PKK n’en est pas moins encore actif. L’embuscade du week-end dernier qui a fait 44 morts (12 au sein des forces armées turque, 32 au sein du PKK) vient encore de le montrer. Mais, la plupart des experts pensent qu’une intervention militaire turque en Irak aurait une efficacité limitée. L’Histoire et l’actualité récente en offrent d’ailleurs la preuve : les interventions de l’armée turque notamment pendant les années noires (1989 à 1995) et sa présence sur la frontière irakienne depuis 2003 n’ont pas été suivies des résultats escomptés. Une intervention en Irak pourrait, en outre, avoir des conséquences néfastes en matière de politique internationale car elle ne viendrait ni apaiser le différend actuel avec les Etats-Unis envenimé suite à l’adoption par une commission du Congrès d’une résolution qualifiant les massacres perpétrés en 1915 contre les Arméniens de « génocide », ni contribuer à l’avancement favorable des négociations avec l’Union européenne. Un mois seulement avant la publication du rapport annuel de la Commission européenne sur la progression de la candidature de la Turquie, une telle opération ne semble pas des plus opportune, la question kurde étant justement l’un des points épineux du dossier. Pour les communautés kurdes, qu’elle soit de Turquie, d’Irak, de Syrie ou d’Iran, une intervention militaire turque en Irak cristalliserait de surcroît les mécontentements et les revendications.

Loin d’être une preuve de faiblesse, le recours à des moyens autres que militaires s’avèrerait sans doute moins illusoire. Les doutes émis par un certain nombre d’intellectuels et observateurs turcs à l’encontre de cette option militaire dénote sans doute qu’une évolution de l’approche de ce problème est en cours en Turquie même. De passage au Caire, Ali Babacan, le Ministre turc des Affaires étrangères a déclaré par ailleurs que la Turquie privilégiait la voie diplomatique dans cette affaire. Mais cette modération l’emportera-t-elle sur l’émotion provoquée par les attentats ? Difficile d’en être sûr dans un contexte où l’évolution de cette question dépend de multiples facteurs qui vont de l’attitude du PKK à des enjeux de politique intérieure turque, en passant par le comportement des Etats-Unis de l’Iran qui bombarde sans ménagement le Nord de l’Irak depuis deux mois…
Marie Phiquepal


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.