Quel avenir pour le projet d’Union Méditerranéenne ?


Le 23 octobre 2007, lors d’une réunion à Tanger pendant la visite officielle qu’il a effectuée au Maroc, Nicolas Sarkozy a relancé sa proposition d’Union Méditerranéenne. Ce projet, cher au Président, qui vise à renforcer la coopération dans les domaines politiques, culturels, économiques, sécuritaires et environnementaux et à terme, à créer des institutions communes, ferait de la Méditerranée « la plus vaste zone de co-développement du monde ».

Mais, c’est surtout la signification de cette initiative pour la candidature de la Turquie qui nous intéresse ici. En effet, même si elle n’est pas la seule, la question turque est apparue jusqu’à présent comme la principale motivation de Nicolas Sarkozy dans la promotion de ce projet. La position du Président, qui a souvent défendu l’idée d’une Union méditerranéenne, pendant la campagne présidentielle, est assez claire et explicite : compromis idéal, une telle opération permettrait aussi l’établissement d’un partenariat privilégié entre l’Union Européenne et la Turquie, tout en évitant l’adhésion d’un pays qui, selon lui, « n’a pas sa place en Europe ». Dans cette même perspective, le Ministre des Affaires étrangères français Bernard Kouchner a évoqué, lors de sa rencontre avec son homologue turc début octobre, la « nécessité » de « travailler ensemble sur le nouveau chapitre de l’Union Méditerranéenne ».

Il est néanmoins intéressant de voir que, pour la première fois, le Président Sarkozy s’est attaché, au Maroc, à dissocier ce projet de la candidature de la Turquie. Il y a là sans doute une attitude qui vise à crédibiliser l’Union méditerranéenne, tout en cherchant à atténuer les tensions qu’elle a provoquées avec l’Union Européenne et la Turquie.

La recherche d’une option alternative à une adhésion de la Turquie reste néanmoins toujours en ligne de mire alors même que les relations franco-turques traversent une période difficile. S’ajoutant à la polémique de 2006, consécutive à la loi pénalisant « la négation du génocide perpétré contre les Arméniens en 1915», les élections présidentielles françaises ont vu triompher un candidat ouvertement hostile à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne, alors même qu’en 2005, une révision de la Constitution française avait vu l’avènement d’un article 88-5, qui impose un référendum pour chaque nouvelle adhésion. Et s’il est actuellement question en France d’abroger cet article, l’UMP hésite encore et ne cache pas que ses réserves en la matière sont liées à la nécessité de maintenir à flot l’ « épouvantail turc ».

Peu réceptif à la proposition d’Union méditerranéenne, le Premier Ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, avait déjà déclaré, en mai dernier, que « tout pays qui a commencé des négociations avec l’Union Européenne doit les poursuivre » et qu’ « il ne (pouvait) pas y avoir d’alternative à une adhésion ». Ajoutons à cela la rivalité entre la Turquie et les pays du sud méditerranéen, arabes pour la plupart, et le risque que ce nouveau projet profite surtout à l’Union Européenne, et on imagine aisément le sentiment d’humiliation que pourrait ressentir la Turquie, candidate au statut d’Etat membre à part entière, depuis 1987. Le changement de discours du Président Sarkozy, s’employant à présenter son projet dans toute son amplitude, en évitant qu’il ne soit réduit qu’à la seule nécessité de trouver une parade à la candidature turque, rappelle également que le Chef de l’Etat français avait déjà nuancé sa position cet été, en acceptant la reprise des négociations entre la Turquie et l’Union Européenne (tout en maintenant son opposition à 5 des 35 chapitres).

Alors, ce projet d’Union méditerranéenne a-t-il de l’avenir ou n’est-il qu’une coquille vide, permettant au Président de venir sur le devant de la scène illustrer, une fois de plus, sa célèbre stratégie de la « rupture » ? Il est difficile de répondre actuellement. Les réactions de l’Union Européenne et surtout de la Turquie se font attendre et, quoiqu’il en soit, se sont fait voler la vedette par la question kurde après les attentats du PKK. Cependant, les diplomates européens se sont déclarés sceptiques dans leur ensemble, d’une part parce qu’ils considèrent qu’une Union méditerranéenne comme alternative à l’adhésion de la Turquie serait inopportune, à l’heure où des négociations d’adhésion sont déjà engagées, d’autre part parce que le caractère vague de ce projet n’est pas sans rappeler le très décevant partenariat euro-méditerranéen, initié par la Conférence de Barcelone, en 1995. Dans le climat incertain, qui caractérise actuellement les relations entre la Turquie et l’Union Européenne, certains craignent que la proposition de partenariat privilégié de Nicolas Sarkozy finisse par convaincre d’autres États européens peu favorables à l’idée d’une adhésion turque. Car, si l’Union Européenne a salué positivement la victoire de l’AKP, en juillet dernier, les sujets de divergences entre Bruxelles et Ankara ne manquent pas, depuis qu’en 2005, la Turquie a cessé les réformes de grandes ampleurs qu’elle avait commencées à entreprendre antérieurement. Pourtant, le fait que le dernier rapport européen d’évaluation de la candidature turque ménage Ankara dans un contexte actuellement tendu, montre bien que, pour Bruxelles et jusqu’à nouvel ordre, la candidature à une adhésion pleine et entière de ce pays reste d’actualité, au moins à moyen ou long terme.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.