Pour Amr El Choubaki, les nouveaux dirigeants politiques turcs sont plus accessibles au monde arabe que leurs prédécesseurs

Chercheur au Centre d’Etudes stratégique du journal Al Ahram au Caire, Amr El Choubaki, est un spécialiste des mouvements islamistes, en particulier, pour ce qui concerne leur rapport à la réforme et à la démocratie. Jean Marcou l’a rencontré, il y a quelques jours, dans la capitale égyptienne, pour essayer de mesurer avec lui l’impact des mutations politiques turques dans le monde arabe.

Comment la victoire de l’AKP et plus généralement les développements politiques turcs récents, ont-ils été ressentis en Egypte ?

D’une façon générale la majorité des hommes politiques égyptiens ont une impression favorable. Les nouveaux dirigeants turcs paraissent beaucoup plus proches et beaucoup plus accessibles aux Égyptiens que les élites laïques nationalistes fermées qui regardaient de haut le monde arabe. L’AKP est donc plutôt apprécié par l’opinion publique égyptienne. On observe en particulier qu’actuellement, dans la presse, beaucoup d’articles rappellent que, déjà qu’il y a 4 ans, la Turquie avait interdit l’accès de son territoire aux troupes américaines pour attaquer l’Irak. Sont observés aussi, dans ce pays musulman, les résultats économiques du gouvernement Erdogan, dont on ne manque pas de souligner les effets bénéfiques. Tout cela fait que beaucoup de gens ici se sentent en phase avec ce parti. Même les milieux libéraux et laïques estiment qu’en Turquie aujourd’hui, plus qu’à une confrontation entre l’islamisme et le laïcisme, on assiste en réalité à un débat entre deux conceptions de laïcité : l’une ouverte et tolérante, l’autre nationaliste et dogmatique.

Ces évolutions politiques turques sont-elles susceptibles de donner des idées en l’Egypte ?

Il ne faut pas aller trop vite en besogne mais il est vrai que les mutations turques sont attentivement suivies chez nous. Ce qui est intéressant, c’est qu’en Turquie, l’Etat existe véritablement et avec lui un certain nombre d’institutions : un parlement, de réelles élections, une justice constitutionnelle, des lois, une constitution… En bref, il y a des règles du jeu que l’on doit respecter. Ce qui n’est pas le cas chez nous. De surcroît, on observe qu’il y a un consensus de la classe politique sur certaines valeurs. Ainsi les islamistes turcs se sont intégrés à la structure politique et ne l’ont jamais ouvertement combattue pour essayer d’établir une République islamique. En Egypte, la quête d’un Etat véritable est une vieille histoire. Le mouvement de modernisation politique a commencé au début du XIXème siècle, à l’époque de Mohamed Ali, c’est-à-dire avant que cela ne se produise en Turquie, mais ces réformes n’ont pas véritablement produit les mêmes effets.

Comment l’expérience turque est-elle analysée par les «Frères musulmans» ?

En fait, les “Frères musulmans” n’ont jamais condamné expressément l’AKP mais ils insistent sur le fait que l’expérience en cours en Turquie n’est pas islamiste et n’a rien à voir avec leur projet à eux. Ils veulent marquer la différence entre ce qu’ils considèrent comme une expérience réformiste ouverte à la culture musulmane et ce qu’est le vrai projet islamiste qu’ils prétendent incarner. Seul le mouvement « El Wassat » d’Abou El Ela Madi (une scission au sein des «Frères musulmans» intervenue en 1995, pour laquelle l’islam politique est avant tout l’attachement à la culture et aux valeurs humaines de l’islam) apporte un soutien sans ambiguïté et, somme toute, logique au parti de Recep Tayyip Erdogan.

Comment analyse-t-on actuellement en Egypte la politique étrangère d’Ankara et les positions récentes prises par la diplomatie turque, tant vis-à-vis de la question kurde qu’en général à l’égard de ce qui se passe en Irak ?

Dans le monde arabe actuellement, on pense que les positions prises par la Turquie sont surtout liées à la question kurde, mais on apprécie qu’Ankara s’oppose à la partition de l’Irak. L’hypothèse d’une intervention de l’armée turque dans le nord de l’Irak n’est donc pas critiquée. Comme la Syrie, il y a quelques semaines, l’Égypte reconnaît à la Turquie le droit de se défendre contre le PKK. À cet égard, on peut parler de franc succès de la diplomatie turque, car c’est la première fois depuis bien longtemps qu’une intervention militaire turque n’apparaît pas au monde arabe comme une menace. Dans l’ensemble, on sent ici, en Égypte, que la politique étrangère turque est entrée dans une nouvelle ère parce qu’elle est beaucoup plus active dans la Région. Aux côtés de l’Arabie Saoudite et de l’Egypte, la Turquie apparaît ainsi désormais comme un pays important qui peut jouer un rôle utile de conciliateur. Pour autant, en dépit de cette reconnaissance, la place de la Turquie n’est pas comparable, pour le monde arabe, à celle qu’a acquise l’Iran au cours des années qui viennent de s’écouler. Téhéran est devenue, en effet, un véritable acteur du conflit irakien. Car, comme les Etats-Unis, en contrôlant un nombre important de milices chiites en Irak, l’Iran est désormais directement impliqué dans le conflit. Il n’est donc pas étonnant que le monde arabe ait tendance à en faire une puissance majeure dans la Région, ce qui n’est pas le cas pour la Turquie.

Propos recueillis par JM (Le Caire, 15 novembre 2007).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.