Annapolis et les mutations de la politique étrangère turque


Au cours des dernières semaines, deux pays, l’Egypte et la Turquie, ont joué un rôle de conciliateur et déployé une forte activité diplomatique, afin de préparer la conférence d’Annapolis (Maryland), qui doit se tenir le 27 novembre 2007 pour essayer de relancer le processus de paix israélo-palestinien, qui est dans l’impasse depuis 7 ans.

En Egypte, le Président Moubarak a reçu, la semaine dernière, la plupart des dirigeants arabes pour essayer de définir une position commune. En Turquie, la principale initiative prise a été autrement plus spectaculaire puisque le Président israélien Shimon Peres et le Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ont été accueillis solennellement, le 13 novembre 2007, au Parlement turc, où ils ont pu prononcer un discours et se sont serrés la main publiquement.

Il est assez intéressant de voir comment ces deux pays, qui peuvent dialoguer avec presque tout le monde, se posent actuellement en puissance d’équilibre dans la région : l’Egypte, qui a la confiance des Américains, en usant de sa capacité de rayonnement dans le monde arabe, d’une part, la Turquie qui fait valoir son rapport privilégié avec l’Occident, en s’appuyant sur sa relation ancienne avec l’Etat d’Israël et sur le renouveau de ses liens avec le monde arabe, d’autre part.

Pour autant, ces positions voisines n’ont pas tout à fait le même sens, eu égard à l’état des politiques étrangères des deux pays. Pour l’Egypte, qui a été une puissance régionale majeure dans les années 50/60, cette position de médiateur est aujourd’hui une position de raison, après ses échecs militaires et surtout les accords de Camp David qui l’ont coupée pour dix ans d’avec le monde arabe. Le Caire, qui a vu ses voisins arabes s’engager, à leur tour, sur la voie de négociations avec l’Etat hébreu, s’est certes replacée sur le devant de la scène diplomatique proche-orientale, après la première guerre du Golfe et le lancement du processus de paix israélo-palestinien. Mais, ce processus s’étant enlisé, le régime usé du président Moubarak peine désormais à convaincre dans son rôle de grand conciliateur. Très dépendante des Américains, à l’égard desquels sa marge de manœuvre s’est réduite comme une peau de chagrin, l’Egypte aura de plus en plus de mal à démontrer au monde arabe la crédibilité de sa position de modérateur, à plus forte raison si Annapolis est, une fois de plus, une rencontre sans lendemain.

Tout autre est, dans ce contexte, la position d’Ankara. Certes, l’ambition de jouer un rôle de conciliateur, en usant des relations multiples qui sont les siennes en Orient et en Occident, est un grand classique de la politique étrangère turque. Mais, depuis quelques mois, cette ambition a pris une dimension nouvelle qui tient à plusieurs facteurs. Les nouveaux dirigeants turcs sont beaucoup plus aptes à dialoguer avec leurs homologues du monde arabe que leurs prédécesseurs laïques et nationalistes qui regardaient l’Orient de haut. Dès lors, le renouveau des liens avec le monde arabe qu’ils ont entrepris est un renouveau durable d’autant plus solide que la voie politique turque, illustrée par les succès politiques et économiques de l’AKP, est très observée actuellement au Moyen-Orient où elle fait rêver nombre de pays dont les régimes à bout de souffle sont à la recherche d’un renouveau. Ankara dispose, en outre, d’une certaine marge de manœuvre à l’égard des Etats-Unis, ce qu’elle a prouvé en refusant de manière spectaculaire, en 2003, l’accès de son territoire aux troupes américaines ou en parlant haut et fort à Washington pendant la récente crise kurde. Enfin, la Turquie est devenue une véritable puissance économique dont les entreprises constituent désormais une force d’accompagnement diplomatique très utile. Les discours de Shimon Peres et de Mahmoud Abbas se sont ainsi accompagnés de la signature d’un accord tripartite visant à l’établissement conjoint d’une zone industrielle en Cisjordanie, sous l’égide de la TOBB (Union turque des Bourses et Chambres de commerce). Plus généralement, si l’accueil de Shimon Peres et de Mahmoud Abbas dans la même enceinte (et quelle enceinte !) à Ankara est importante et significative, c’est justement parce que la Turquie a montré en l’occurrence qu’elle pouvait prendre une initiative qu’un pays comme l’Egypte n’était pas en mesure d’assumer actuellement. Qu’Annapolis soit ou non un succès, cette position turque active de conciliateur au Moyen-Orient risque de se confirmer et de compter, dans les prochains mois.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.