Ne pas fermer la Méditerranée…


Décidément le projet d’Union Méditerranéenne (UM) laisse perplexe non seulement les pays riverains du Sud mais aussi les pays membres de l’Union Européenne (UE). Le 23 octobre denier, dans un discours à Tanger, Nicolas Sarkozy a pour la première fois exposé son projet en tant que tel, sans le lier étroitement à la question de la candidature turque. Les Marocains qui ont eu la primeur de la révélation, en ont certes été flattés. Pourtant, ils ne sont pas allés au-delà des réponses courtoises faites habituellement en pareil cas. Le Président de la République doit maintenant se rendre en Algérie, mais il est peu probable que l’UM soit le thème majeur de son séjour.

En Europe, le projet n’a pas soulevé non plus l’enthousiasme de nos partenaires. Certes, les pays méditerranéens d’Europe sont toujours contents que l’on se soucie de la « Grande Bleue » mais ils attendent d’en savoir plus sur le projet français pour s’engager de façon significative. Surtout, les pays européens non méditerranéens du nord commencent à se sentir exclus, car si le projet entend bien les associer, il ne prévoit pas de les mettre au cœur du processus. Dommage ! Car lorsqu’il faudra trouver des investisseurs et des financeurs de programmes de coopération, il est probable que ces partenaires feront vraiment défaut. Tout autre est, en effet, la philosophie du partenariat euro-méditerranéen et de la politique européenne de voisinage, déjà lancée par l’UE et que l’UM prétend compléter, car ces deux processus ne se contentent pas de n’associer que les pays riverains. Ainsi, au Sud, la Jordanie qui n’a pas de côte méditerranéenne est concernée et, au Nord, les autres pays membres de l’UE ont tous leur place dans l’euromed, des États comme l’Allemagne ou la Suède n’étant pas les derniers à s’investir.

Lancé par la conférence de Barcelone, en 1995, le partenariat euromed est un processus global de coopération entre l’UE et 9 pays du Sud (l’Algérie, l’Autorité palestinienne, l’Egypte, Israël, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Syrie, la Tunisie). Ce partenariat (qui devrait bientôt accueillir aussi la Lybie) a une triple dimension : économique, politique et culturel. Sur le plan économique, d’abord, l’objectif majeur est de créer une zone de libre-échange d’ici à 2010. Sur le plan politique, ensuite, l’idée est surtout de maintenir la paix et la sécurité sur la frontière sud de l’Europe, en favorisant un règlement du conflit israélo-palestinien et en contenant les flux migratoires. Sur le plan culturel, enfin, l’ambition est de développer un dialogue des cultures et des sociétés civiles entre les deux rives de la Méditerranée. L’euromed est soutenue par les prêts de la Banque européenne d’investissement et par le programme MEDA. Le partenariat se traduit notamment par la signature d’accords d’association entre chacun des pays de sud et l’UE.

Le processus de Barcelone s’est doublé, depuis 2003, de ce qu’on appelle « la politique européenne de voisinage » (PEV ou «European Neighbourhood Policy»), qui ne concerne pas que la frontière sud-méditerranéenne de l’Europe (c’est-à-dire les 9 pays du sud concernés par l’euromed) mais aussi ses frontières est-européennes (Biélorussie, Ukraine, Moldavie) et ses frontières caucasiennes (Arménie, Azerbaïdjan et Géorgie). La PEV vise à établir une relation privilégiée avec les pays se situant dans le voisinage immédiat de l’Europe, sur la base de valeurs communes (respect des droits de l’Homme, bonne gouvernance, promotion de l’économie de marché et du développement durable…). L’idée de la PEV est d’éviter que ne se créent aux frontières de l’Europe des fossés d’incompréhension et de retard de développement entre les Etats-membres et leurs voisins immédiats qu’ils soient terrestres ou maritimes. La PEV repose sur des plans d’action bilatéraux approuvés conjointement par l’UE et chacun des voisins concernés. À l’est, la PEV n’englobe pas cependant la Russie, car les relations russo-européennes sont réglées par un accord de « partenariat privilégié ». En Méditerranée, alors que Chypre et Malte ont changé de statut depuis 1995, en devenant membres de l’UE, le partenariat euromed et la PEV ne concernent pas non plus les pays balkaniques qui ont vocation à devenir membres de l’UE. Enfin, last but not least, les deux processus ne concernent pas non plus la Turquie, parce qu’elle reconnue comme pays candidat…

En fait, pour avoir une chance d’être crédible, le projet d’UM se doit d’éviter deux écueils qui risquent de le condamner définitivement : celui d’apparaître comme la solution de rechange à la candidature turque, celui d’être restreint aux pays riverains. L’identification de l’UM au refus de la candidature turque risque fort de polariser, contre elle, nombre de pays-membres qui considèrent qu’un engagement a été pris vis-à-vis de la Turquie et qu’il doit être honoré. La limitation des frontières de la Méditerranée à ses seuls rivages peut la priver, par ailleurs, d’apports économiques et financiers déterminants. L’Union Méditerranéenne devrait en réalité se soucier d’ouvrir cette mer sur les aires qui l’entourent et qui peuvent favoriser son développement économique : l’Europe dans son ensemble, bien sûr, mais aussi les pays du Golfe, pourvoyeurs de capitaux et d’énergie, sans oublier la Mer noire dont l’organisation économique a connu une montée en puissance ces dernières années sous l’impulsion notamment de …. la Turquie.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.