Ali Babacan en Grèce

Le voyage officiel qu’a effectué Ali Babacan, le ministre turc des Affaires étrangères, confirme le fort activisme diplomatique actuel de la Turquie. Ce pays, à la politique étrangère naguère si prudente, surtout dans ses relations avec ses voisins est décidément, ces derniers jours, sur tous les fronts. Après avoir tenu une place remarquée, dans la préparation de la conférence d’Annapolis, et vu son Président aller jouer les modérateurs au Pakistan, la Turquie a donc relancé un dialogue avec la Grèce, ouvert depuis plus de 7 ans déjà, lors de ce qu’on avait appelé, à l’époque, «la diplomatie des tremblements de terre».

En août 1999, en effet, le tremblement de terre qui secoue Izmit et qui est ressenti jusqu’aux faubourgs d’Istanbul, cause la mort de 27 000 personnes et provoque un mouvement de solidarité des Grecs, qui envoient des secours. Un mois plus tard, la Grèce, frappée à son tour par un séisme, voit arriver des sauveteurs turcs. Profitant de cette occasion de rapprochement, créée par les circonstances et l’émotion provoquée, les ministres sociaux-démocrates des Affaires étrangères de l’époque, Georges Papandréou et Ismail Cem, décident d’en finir avec le nationalisme sectaire qui avait dominé les relations gréco-turques dans les décennies antérieures. La Grèce, par ailleurs, ayant levé son veto à la candidature turque à l’UE, en décembre 1999, une coopération économique, culturelle, touristique, environnementale s’engage, et se traduit par la signature de plus d’une vingtaine de traités bilatéraux. Les alternances politiques ultérieures dans les deux pays (notamment l’arrivée de l’AKP au pouvoir en Turquie, en 2002, et celle de la «Nouvelle Démocratie» en Grèce, en 2004) n’ont pas affecté le réchauffement des relations entre Athènes et Ankara. De nombreuses initiatives culturelles, artistiques ou intellectuelles ont permis aux sociétés civiles grecque et turque de nouer des relations suivies. La Grèce a même mis à disposition de la Turquie un groupe spécial d’experts chargé d’offrir à l’administration turque un savoir-faire en matière de questions européennes, en particulier pour la reprise de «l’acquis communautaire». Le tourisme a connu un développement spectaculaire : près d’un demi-million de touristes grecs visitent désormais, chaque année, la Turquie….

Si ce voyage en Grèce, au cours duquel Ali Babacan a rencontré son homologue, Dora Bakoyannis, mais aussi le Président de la République, Karolos Papoulias et le premier ministre, Costas Karamanlis, a confirmé les bonnes relations existant actuellement entre Athènes et Ankara, ainsi que le soutien de la Grèce à la candidature turque à l’UE, il a surtout été marqué par la signature d’accords militaires qui prévoient pour la première fois dans l’histoire, la mise sur pied d’une force armée commune gréco-turque dans le cadre de l’OTAN.

Rappelant que les deux pays venaient de reconduire au pouvoir leurs gouvernements respectifs (la Turquie, en juillet 2007, et la Grèce, en septembre 2007) pour une nouvelle législature et que cela constituait une chance à saisir, Dora Bakoyannis a souligné « qu’une nouvelle ère s’ouvrait dans les relations bilatérales gréco-turques. » Ali Babacan a confirmé, pour sa part, l’importance des accords militaires signés en insistant sur la solidité de la relation actuelle entre Athènes et Ankara. Un belle réussite, en effet, quand on se souvient qu’en 1996, la Grèce et la Turquie étaient passées à deux doigts d’un conflit armé, pour un différent sur l’appartenance d’un îlot rocheux inhabité du Dodécanèse !
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.