Du bon usage du mot «Science»


Le Président de la République a finalement nommé, le 11 décembre 2007, le Professeur Yusuf Ziya Özcan, à la tête du YÖK (Yüksek Öğretim Kurulu – Conseil de l’enseignement supérieur). Ce sociologue de l’Université Technique du Moyen-orient d’Ankara, qui a été professeur invité, de 1992 à 1994, à l’Université internationale islamique de Malaisie, a pourtant une expérience administrative réduite. Il est surtout connu pour ses travaux dans sa discipline et pour être le Président du Conseil scientifique de l’institut de sondages et d’expertise dirigé par Sedat Laçiner (USAK-Uluslararası Stratejik Araştırmalar Kurumu – Société pour les recherches stratégiques internationales).

Yusuf Ziya Ozcan a déclaré qu’il n’avait jamais rencontré Abdullah Gül avant que ce dernier ne lui fasse part de sa volonté de le nommer à la tête du YÖK. Il avait néanmoins pris des positions en faveur de la levée de l’interdiction du voile dans les universités et a, d’ailleurs, dès sa nomination, confirmé cette orientation de façon induite. «Je crois que les universités doivent être des entités totalement libres, n’ayant pour seule préoccupation que la diffusion de la Science.», a en effet déclaré le nouveau président, avant de conclure :

«Les universités doivent diffuser les connaissances qui sont requises au 21ème siècle. Mon objectif est d’accroître cet impératif scientifique. Si nous réussissons tous les problèmes posés, y compris celui du foulard, seront résolus. Si les universités se concentrent sur la Science, nous n’aurons plus à être confrontés à tous les problèmes politiques que nous avons connus.»

Le nouveau président du YÖK ne s’est pas exprimé immédiatement de façon tranchée sur la question du voile. Il semble bien que son premier soucis soit, pour l’heure, de neutraliser la fonction qu’il occupe, qui, sous l’emprise de son prédécesseur, Erdoğan Teziç, avait pris une dimension politique très active. On se souvient qu’Erdoğan Teziç, jouant aussi sur sa qualité de constitutionnaliste, était intervenu dans le conflit lié au déroulement de l’élection présidentielle pour énoncer l’exigence du fameux quorum de 367 députés nécessaire pour la tenue du 1er tour. Et, si lui aussi faisait volontiers référence à la «science», c’était pour la brandir contre «l’obscurantisme» du gouvernement. Il avait ainsi souhaité avant le dépôt des candidatures pour la première élection présidentielle que le futur président soit une personnalité neutre convaincue des vertus de la démocratie, de la laïcité et « d’une science moderne ».

Il est sûr que l’ancien et le nouveau président ne se font pas la même idée de la science… Pour autant, il est moins sûr que le nouveau Président puisse tout de suite imposer ses vues car le YÖK est dirigé par un conseil de 21 membres où l’on ne dénombre que 6 membres favorables à l’AKP. Il devrait donc surtout s’employer à…. se faire oublier pour essayer de sortir le YÖK du champ politique où il s’est complu ces dernières années.
JM


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Ayşın dit :

    Il est trop proche du pouvoir. Alors qu’il ne se savait pas filmé, il a dit au Pdt de la Grande Assemblée : “Le PM et le PR m’ont demandé de ne pas trop parler au sujet de YOK”. Ils lui auraient dit en gros : “Si vous parlez trop, on est cuit”.

  2. Sarmad dit :

    Je lui souhaite un bon mandat plein de succès .Il est anormal que l’accès aux universités est très restrictif en Turquie à cela s’ajoute l’interdit aux millions de turques voilées de s’inscrire ,c’est un impératif pour un pays qui aspire au développement il faut augmenter la population instruite de niveau universitaire à plus de 25% de la population tout en améliorant la qualité de l’enseignement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.