Tabac : en Turquie aussi !

Le Parlement turc a adopté au début du mois de janvier une loi, qui interdit de fumer dans les administrations, les lieux de travail et même les lieux publics, comme les cafés et restaurants. Ainsi la Turquie entend se mettre au diapason de la législation européenne, qui a entrepris de bannir définitivement le tabac des lieux publics. En France, l’interdiction de fumer dans les bars, cafés, discothèques et restaurants, qui est entrée en vigueur au début de l’année 2008, est venue clore une réglementation de plus en plus répressive, inaugurée dans les années 70. En Turquie, « boostée » par l’hostilité radicale au tabac du Premier Ministre, Recep Tayyip Erdogan, la croisade anti-fumeurs est menée de façon beaucoup moins progressive, dans la tradition d’un réformisme très volontariste ! En ces temps où la « révolution du chapeau » a tendance à se perdre dans les arcanes de la mémoire collective, celle du tabac est donc annoncée ! Y compris dans les propres rangs de sa majorité parlementaire, le Premier Ministre ne cesse de le clamer haut et fort : « gare aux enfumeurs ! ».

On connaît certes l’aptitude de la Turquie, depuis la période ottomane, à répercuter, dans son ordre juridique et social, les normes européennes ambiantes. Comme le disait Faruk Bilici, dans une interview publiée par ce blog, l’attrait de la « pomme rouge » est toujours d’actualité, à plus forte raison en cette période de relance des relations turco-européennes et même si, en l’occurrence, cette dimension politiquement correcte de l’européanisation risque de ne pas être une partie de plaisir pour beaucoup de citoyens et citoyennes turcs !

Il reste à savoir si, dans ce pays, qui est le cinquième producteur de tabac au monde, cette législation pourra être appliquée aussi facilement. Une enquête a révélé récemment qu’en Turquie, la moitié du corps médical est fumeur et que la plus grande partie des agents publics, qui seront chargés de faire respecter la loi, l’est également. Mais il est vrai que le réformisme radical peut aussi produire des résultats surprenants. Il suffit d’observer la propreté des couloirs du métro pour s’en rendre compte. Il faut dire que la tentative d’y allumer une cigarette provoque une intervention immédiate des forces de sécurité.

La loi qui instaure de fortes amendes et qui a décidé finalement de supprimer les zones fumeurs dans les cafés-restaurants, a néanmoins prévu une période d’adaptation de 18 mois. Il n’en demeure pas moins qu’elle constitue un véritable défi pour une société où 40% des hommes et 20% des femmes fument !
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.