L’armée n’est pas une grande muette !


Invité du Séminaire sur la Turquie contemporaine, à l’IFEA, jeudi 1er mars, Ahmet Insel a abordé la question délicate et particulièrement d’actualité de la place de l’armée dans le système politique turc. Professeur à la Sorbonne et coordonnateur du consortium de l’Université de Galatasaray, Ahmet Insel s’intéresse depuis longtemps à ce sujet sur lequel il a publié à plusieurs reprises.
Pour lui, le premier constat qui ressort d’une analyse de l’Histoire des débuts de la République, c’est que l’armée exerce, à cette époque-là, une pression beaucoup moins importante sur le système politique qu’elle ne le fera par la suite. Il faut dire que les deux chefs militaires, héros de la guerre d’indépendance (Mustafa Kemal et Ismet Inönü) viennent alors de créer le nouvel État-nation et en ont pris les rênes. L’armée peut ainsi se considérer comme l’âme fondatrice de la République mais les nouveaux maîtres de celle-ci n’en imposent pas moins d’emblée une stricte séparation du militaire et du politique. Pendant toute la période du parti unique, jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’armée est donc soumise au pouvoir civil. Certes, on note certaines interventions militaires en matière civile, notamment à la fin de la période kémaliste ou pendant la présidence Inönü mais, pour Ahmet Insel, elles concernent des affaires techniques et ne peuvent être interprétées comme de réelles tentatives d’immixtion de l’armée dans les affaires politiques. En réalité, c’est le passage à la démocratie qui va dérégler cet équilibre. On sait, aujourd’hui, que les militaires n’ont pas vu d’un très bon œil l’instauration du multipartisme, en 1946, et qu’ils iront jusqu’à proposer à Ismet Inönü leur appui pour lui permettre de rester au pouvoir en dépit de sa lourde défaite aux législatives de 1950.
Il n’est donc pas étonnant que le torchon brûle dès l’arrivée du parti démocrate au pouvoir. Rapidement, explique Ahmet Insel, l’hostilité des militaires se cristallise autour d’un certain nombre de rancœurs. Il y a tout d’abord ces propos très humiliants tenus par Menderes pendant la première législature démocrate à l’égard de l’armée où il la qualifiait d’institution « ringarde » que des cadres de réserve commanderaient probablement mieux que des officiers d’active. Il y a encore la question du rétablissement de la prière en arabe, pourtant décidée par Ismet Inönü, mais qui devient rapidement le symbole de la « contre-révolution » en marche pour des militaires qui n’ont jamais oublié l’incident de Menemen, cette émeute islamiste de 1930, près d’Izmir, au cours de laquelle un derviche en transe avait décapité le jeune lieutenant Kübilay qui avait voulu défendre la laïcité. Il y enfin l’affaire du Général Muglali qui, dans les années 40, avait exécuté sans jugement une trentaine de Kurdes et que les démocrates vont juger a posteriori, en 1956, avant qu’il ne finisse par mourir en prison.
Mais, souligne Ahmet Insel, à ces misères politiques, s’ajoute aussi la misère économique. La décennie démocrate favorise l’ascension de nouvelles couches sociales d’entrepreneurs et de commerçants au détriment des fonctionnaires et des militaires dont le niveau de vie s’affaiblit. Cela va conduire directement au coup d’Etat de 1960. Cette intervention militaire est d’abord le fait de jeunes officiers, influencés par le modèle nassérien, qui ont une vision très « développementiste » de l’avenir de la Turquie. Heureusement, Ismet Inönü va peser de tout son poids pour atténuer les effets du coup d’Etat, il parvient à empêcher la plupart des exécutions capitales (à l’exception notable de celles de Menderes et de deux de ses anciens ministres). À l’issue du procès des membres du gouvernement, il s’emploie aussi à ce que le pouvoir soit rapidement rendu aux civils. Cela ne va pas sans mal, car l’opposition au coup d’Etat est influente. L’adoption de la nouvelle Constitution par référendum est laborieuse et les héritiers des démocrates (Adalet Partisi – Parti de la Justice) font un très bon score, en 1961, avant de l’emporter et de revenir au pouvoir, en 1965.
Rapidement, rappelle Ahmet Insel, les militaires ont le sentiment que ce qu’il appelle leur « révolution » a été trahie mais ils ont désormais pris conscience de leur force. À cette époque, on est donc un peu dans une logique sud-américaine. L’armée commence à devenir une puissance autonome politiquement avec la création du Conseil National de Sécurité (CNS) mais aussi économiquement avec la constitution d’un complexe militaro-industriel autour du fameux fond de pensions « Oyak » qui contrôle aujourd’hui, entre autres, les usines Renault de Turquie. Dès la fin des années 60, prenant acte du climat d’instabilité politique et sociale qui s’est installé, l’armée prépare une nouvelle intervention. Celle-ci n’arrive qu’en 1971 sous une forme beaucoup plus « soft » que la précédente puisque les militaires se contentent de remplacer le gouvernement Demirel par un gouvernement de sages mais ils en profitent pour réviser profondément la Constitution de 1961. À l’issue du retour de la vie politique à la normale, la victoire du CHP aux législatives de 1973, qui aurait dû les satisfaire, les inquiète. En effet, s’étant démarqué de ses fondateurs, l’ancien parti unique kémaliste s’est gauchisé sous la houlette de son nouveau leader charismatique, Bülent Ecevit. Et, alors même que la Turquie bascule par la suite dans une forme de guerre civile larvée, on évoque l’existence d’une « contre-guérilla » animée en sous-main par des éléments militaires sur le modèle du «Gladio » qui, en Italie, s’emploie à la même époque à barrer la route aux communistes. En septembre 1980, l’armée intervient à nouveau. Que s’est-il passé ? Certains disent que l’armée aurait laissé la situation se dégrader pour pouvoir mieux légitimer son intervention mais, pour Ahmet Insel, cette opinion est discutable. En tout cas, il est très surprenant qu’il n’y ait eu finalement aucune résistance à ce coup d’État.
Quoi qu’il en soit, la nouvelle Constitution renforce le rôle de l’armée qui, avec le CNS, devient une sorte d’État dans l’État. Concrètement les militaires s’isolent du reste de la société. Ils ont leurs propres logements, des réseaux particuliers de vie sociale et même leurs magasins coopératifs. Pour Ahmet Insel, le seul facteur qui empêche l’armée de devenir une caste totalement fermée réside dans le maintien d’un recrutement ouvert des officiers par un vrai concours. Le CNS, en revanche, devient une sorte de « gouvernement de l’intérieur » avec ses directions et ses fonctionnaires. On mesurera l’efficacité de ce dispositif lors du processus enclenché le 28 février 1997 qui aboutira au départ du gouvernement Erbakan quelques mois plus tard. Ce qu’on a appelé par la suite « coup d’Etat post-moderne » montre en fait le savoir faire acquis par l’armée en matière d’intervention dans les sphères civiles.
Depuis l’accélération du processus d’intégration européenne, de nombreuses réformes sont intervenues. Le CNS notamment a été profondément transformé et la plupart de ses directions dissoutes. Que peut encore faire l’armée aujourd’hui ? Pour Ahmet Insel, il faut bien voir qu’elle continue à être cette institution fermée qui a sa logique propre. Les nominations à la tête de l’État major obéissent notamment à des stratégies qui sont pensées près d’une décennie à l’avance. La fidélité des officiers au laïcisme est en permanence surveillée, ce qui entraîne chaque année des épurations sévères. L’armée reste une institution qui ne fait pas que défendre les frontières de ce pays mais qui reste mobilisée contre ce qu’elle appelle « les ennemis intérieurs ». Une terminologie qui, on le sait, a pu désigner tour à tour des communistes, des séparatistes, des réactionnaires ou des islamistes. Mais, le phénomène contemporain le plus intéressant est que l’Etat major ne cesse de se faire entendre. Il s’exprime beaucoup notamment en matière de politique étrangère et parfois avant même que le gouvernement ne le fasse. « Non vraiment, conclut Ahmet Insel, l’armée turque n’est pas une grande muette et ses propos demeurent en fait des prises de position que le pouvoir civil ne peut ignorer ! » Cette présence des militaires dans le champ politique reste l’une des spécificités majeures du système politique turc contemporain.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Evripu dit :

    Dernière interférence de l’armée dans le politique, l’appréciation sur le projet Erdogan d’ouvrir un port sur l’ensemble des ports et aéroports anatoliens à la République de Chypre : quand l’armée sort des casernes on n’est déjà plus en démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.