Ils ont tué Hrant Dink !

L’assassinat du journaliste turc d’origine arménienne Hrant Dink, le 19 janvier dernier, a sorti l’actualité politique turque de la torpeur passagère qu’elle connaissait depuis les fêtes de fin d’année. Beaucoup auraient préféré un tout autre réveil. Ce drame, en effet, est venu rappeler brutalement à la Turquie les problèmes récurrents qu’elle rencontre pour stabiliser et crédibiliser sa démocratie et son Etat de droit malgré les efforts importants qu’elle a consentis ces dernières années dans la perspective de son intégration européenne. Menacé de mort en permanence, le journaliste n’avait fait l’objet d’aucune mesure de protection alors même qu’il en avait fait la demande. Cette passivité des autorités publiques a tout de suite été largement dénoncée et, l’arrestation du meurtrier et de 6 suspects, deux jours à peine après le meurtre, n’a pas calmé pour autant le malaise ambiant.

Une bien curieuse affaire

L’assassin, Ogün Samast, est âgé de 17 ans et originaire de Trabzon. Il a été reconnu sur la bande d’une vidéo-surveillance par son père qui a alerté la police. Le jeune homme ne connaissait pas Istanbul et n’avait jamais rencontré Dink. Il a été « briefé » pour la préparation de son crime et armé, semble-t-il, par Yasin Hayal, un activiste plus âgé qui, lié à des milieux islamo-nationalistes et mafieux, a déjà purgé une peine de prison de 11 mois pour avoir commis, en 2004, un attentat à la bombe contre un restaurant Mac Donald’s à Trabzon. Alors même qu’il tentait de revenir chez lui, son forfait accompli, Ogün Samast, a été arrêté, à Samsum, avec son arme et son bonnet blanc devenu emblématique depuis les premières images du meurtre diffusées par les médias. Tant lui que son complice n’ont manifesté aucun remords expliquant leur geste par leur volonté de restaurer « l’honneur de la Turquie » face à ceux qui la dénigrent et la menacent.
Mais, alors même que l’enquête s’employait à minimiser la dimension politique de cette affaire en expliquant qu’aucune organisation n’y était directement impliquée, certains responsables politiques allant même jusqu’à « ressortir » la bonne veille théorie du complot d’origine étrangère, les obsèques du journaliste, le 22 janvier 2007, ont donné lieu à une gigantesque marche de protestation dans les rues d’Istanbul. Partie du siège du journal « Agos » dont Dink était le rédacteur en chef, à Sisli, une foule de près de 100 000 personnes a rallié la place Taksim avant de traverser la Corne d’or pour se rendre dans le quartier de Kumkapı près du Patriarcat arménien, à l’Eglise Sainte-Marie, où devaient se dérouler les obsèques du journaliste. Faisant la une des journaux et suscitant de vives critiques contre le pouvoir, la classe politique et l’État, cette mobilisation de la société civile turque par son intensité a rappelé les manifestations qui avaient suivi l’accident de Susurluk en 1996. Cela tient sans doute au fait que cet événement tragique met à nouveau en relief les faiblesses et les ambiguïtés du système politique turc.

« Meurtrier 301 ! »

« Katil 301 ! ». Tout le monde aura noté qu’un des principaux mots d’ordre de la marche de protestation du 22 janvier concernait l’article 301 du nouveau code pénal adopté en juin 2005. Cet article qui a remplacé l’article 159 de l’ancien code pénal, est relatif au « dénigrement public de l’identité turque, de la République ou de la Grande Assemblée nationale turque (…), du gouvernement de la République de Turquie, des institutions judiciaires de l’Etat, des structures militaires ou sécuritaires ». Curieusement, au moment de l’adoption du Code pénal en question, le danger constitué par cette disposition comme par d’autres d’ailleurs (on pourrait parler à cet égard aussi de l’article 305 sur « les actes contraires à l’intérêt fondamental de la Nation ») est passé inaperçu. Il faut dire qu’à l’époque le débat et, en particulier les critiques de l’Union Européenne, avaient eu tendance à se concentrer sur d’autres questions. On se souvient notamment du conflit provoqué par la tentative du gouvernement Erdogan de pénaliser l’adultère.
Inséré toutefois dans le chapitre intitulé « Crimes contre les symboles de la souveraineté de l’État et contre l’honneur de ses organes », l’article 301 a immédiatement permis d’engager des poursuites contre des intellectuels accusés de porter atteinte à l’honneur de la Turquie. En effet, même s’il est spécifié que « l’expression d’une pensée à visée critique ne constitue pas un délit », les termes vagues et généraux des autres dispositions de l’article lui permettent d’être appliqué de manière arbitraire par les procureurs pour ériger en infraction des opinions critiques assimilées à un « dénigrement public » et requérir des peines qui peuvent aller de six mois à deux ou trois ans d’emprisonnement. Un tel texte est d’autant plus nocif que les milieux nationalistes (en particulier l’Union des avocats nationalistes) se sont mis à l’utiliser systématiquement pour essayer de faire condamner des journalistes, des écrivains ou des universitaires réputés pour leur engagement en faveur de la garantie des droits fondamentaux.
Ainsi, pour ses propos sur le génocide et sur l’identité arménienne dans le journal « Agos », Hrant Dink avait été poursuivi sur la base de cet article, comme d’ailleurs Zulkuf Kisanak (pour son roman « Les villages disparus » traitant de la répression de la guérilla kurde), Ohran Pamuk (pour des déclarations au Tages Anzeiger de Zürich sur les massacres d’Arméniens et de Kurdes) ou encore les professeurs Ibrahim Kaboğlu et Baskın Oran (pour un rapport sur les minorités dans leur pays). En réalité, il est clair que l’article 301 est devenu depuis 2005 un outil permettant de désigner à la vindicte et à la haine publiques ceux qui osent mettre en cause des tabous nationalistes considérés comme sacrés. L’assassinat de Hrant Dink a confirmé la réalité de cette logique implacable et le péril qu’elle fait courir aux défenseurs de la liberté d’expression en Turquie.

« Nous sommes tous des Arméniens ! »

Plus généralement, le meurtre de Dink a vu se rouvrir un débat sur les lacunes de la citoyenneté dans ce pays. Il est vrai qu’en la matière le personnage apparaissait comme un symbole qui ne dérangeait pas seulement les milieux officiels. Loin de tenir un discours identitaire, il plaidait pour le développement de la liberté d’expression et en particulier pour le droit de pouvoir évoquer toutes les périodes de l’Histoire turque, même les plus sombres. Sa condamnation pour avoir qualifié de génocide le massacre des Arméniens pendant la première guerre mondiale ne l’empêchait pas de revendiquer sa citoyenneté turque et son attachement au pays où il était né et où il vivait. Cet état d’esprit l’avait vu aussi, en octobre dernier, critiquer vertement le projet de loi français sur la pénalisation de la négation du génocide au nom de la liberté d’expression.

«C’est une imbécillité, avait-il écrit dans le quotidien Radikal, elle révèle à quel point ceux qui nuisent à la liberté d’expression en Turquie et ceux qui cherchent à lui nuire en France ont la même mentalité».

Son combat pour la réconciliation turco-arménienne l’avait en fait rendu très populaire à Istanbul où loin d’apparaître comme un minoritaire persécuté, il était devenu pour beaucoup un symbole de la défense des droits de tous les citoyens turcs. Il n’est ainsi pas étonnant que, lors de la marche qui a accompagné ses obsèques, ces derniers aient voulu lui rendre un vibrant hommage en arborant de petites pancartes noires qui proclamaient : « Hepimiz Ermini’yiz ! » (« Nous sommes tous Arméniens ! »). Le slogan fera mouche, la presse et les éditorialistes le reprenant souvent pour saluer la mémoire de leur confrère disparu et le quotidien anglophone « Turkish Daily News » allant même jusqu’à l’inscrire, en arménien, à sa une. Pourtant, il n’allait pas être apprécié par tout le monde, loin s’en faut, puisque, dans les jours qui ont suivi, une vive controverse s’est ouverte. Des critiques nationalistes n’ont pas tardé à se manifester pour s’étonner de façon faussement naïve ou de manière franchement hostile que des Turcs puissent se dire Arméniens tandis que le gouvernement cherchaient à se démarquer d’un slogan jugé excessif. En dépit de cet ultime développement malsain, la marche du 22 janvier et ce slogan qui a surpris les officiels arméniens présents, aura eu pour premier effet de relancer de façon spectaculaire le dialogue entre le deux pays, l’Arménie ayant proposé de « mettre en place des relations sans préalables » avec la Turquie qui, pour sa part, a qualifiée cette ouverture de « prudente mais positive ».

De notables absences

Révélateur des dysfonctionnements de l’Etat de droit, l’assassinat du journaliste d’Agos, l’est aussi du manque de cran de la classe politique. Au lendemain des obsèques de Hrant Dink, les grands quotidiens ont pris un malin plaisir à faire le décompte des absents de marque. Force est de constater que la plupart des acteurs majeurs de la vie politique officielle n’avait pas daigné honorer la cérémonie de leur présence. Le Président de la République (Ahmet Necdet Sezer), le premier ministre (Recep Tayyip Erdogan), le ministre des affaires des affaires étrangères (Abdullah Gül), le Président de l’Assemblée nationale (Bülent Arinç) étaient officiellement retenus par la réception de personnalités européennes. Pourtant, il est probable que ces dernières (1er ministre italien et président polonais) se seraient accommodées d’une modification de leur emploi du temps dans de telles circonstances. Plus grave, Deniz Baykal, le leader du CHP, avait lui aussi boudé la cérémonie, comme d’ailleurs, son homologue du DYP, Mehmet Agar. Seuls s’étaient déplacés des représentants de formations marginales comme Erkan Mumcu (ANAP) et Zeki Sezer (DSP) ou Murat Karayalcin (SHP).
De telles absences montrent sans doute, comme l’a abondamment expliqué la presse turque, le divorce qui peut exister entre la classe politique et la société civile de la mégapole stambouliote mais surtout et de façon plus préoccupante, elle en dit long sur le souci qu’ont eu en l’occurrence les principaux responsables politiques de ménager les susceptibilités nationalistes en période électorale. Ces derniers savent en effet qu’en dépit de son importance, la marche du 22 janvier est loin de représenter le sentiment de toute la Turquie. Pour le gouvernement occupé à sauvegarder sa majorité parlementaire dans la perspective des élections législatives qui doivent avoir lieu en fin d’année, la priorité n’est plus de séduire l’Europe mais avant tout de trouver les arguments qui permettent de remobiliser son électorat. De façon constante, on a pu relever, au cours des dernières semaines, la dérive nationaliste du discours de Recep Tayyip Erdogan, notamment sur des sujets sensibles comme celui du Kurdistan iraquien. Gêné de surcroît par les attaches islamisantes de l’auteur du crime, le premier ministre a préféré se faire discret. Quant au CHP, il a souvent surpris ces dernières années par la méfiance qu’il a affiché à l’égard des réformes d’ouverture réalisées dans la perspective de l’intégration européenne. Deniz Baykal en particulier a toujours refusé l’abrogation de l’article 301.

L’émergence d’une mouvance islamo-nationaliste

Mais quand tout est dit sur les premières leçons de cet événement, il reste à revenir sur le meurtre en lui-même. Qui a tué Hrant Dink ? Beaucoup de commentateurs ont rapidement fait le rapprochement avec d’autres crimes similaires survenus en 2006 : l’assassinat d’un prêtre catholique italien devant une église à Trabzon en février par un jeune homme de 16 ans ou le mitraillage par un jeune avocat nationaliste en mai des juges de la 2ème chambre du Conseil d’Etat connus pour leur zèle à appliquer la loi d’interdiction du foulard dans les lieux publics. Perpétré après la publication de la photo des juges en question par un journal islamiste, ce dernier attentat avait permis de mettre à jour un gang lié à des milieux islamo-nationalistes (en particulier l’Union des avocats nationalistes) et à des personnalités soupçonnées d’appartenir à l’Etat profond. Mais plutôt que de chercher la main d’une organisation précise derrière l’ensemble de ces faits, il est plus opportun de constater qu’ils révèlent la présence de plus en plus prégnante d’un nationalisme teinté d’islam turc, de victimisation et de racisme. Si l’on ajoute à tout cela les procès provoqués, sur la base de l’article 301, par l’Union des avocats nationalistes, on se rend compte de la vitalité depuis deux ans en Turquie de cette mouvance islamo-nationaliste qui agit, soit par des moyens légaux, soit par des actes terroristes ; et dont l’un des objectifs semble être pour l’heure de s’en prendre à tous ceux qu’elle considère comme des « ennemis » de la Turquie.
On peut penser que ce phénomène est le produit d’une conjoncture particulière. Depuis leur victoire de 2002, les ex-islamistes au gouvernement ont joué la carte du consensus pour entrer dans le système et y rester. Ce recentrage politique vers le conservatisme et la respectabilité a sans doute ouvert un champ d’influence et d’action à de nouvelles tendances radicalisées se réclamant d’un islam plus national. Par ailleurs, les difficultés rencontrées récemment par la Turquie dans ses relations avec l’Europe, que ce soit lors des premiers développements des négociations d’adhésion, sur la question chypriote ou à l’occasion du vote par l’Assemblée nationale française d’un projet de loi pénalisant la négation du génocide arménien, ont suscité beaucoup de désillusions et d’acrimonie. Enfin, on aurait tort de négliger dans cette affaire les effets produits par une expansion économique rapide sur une société en pleine mutation où une nouvelle génération est à la recherche de ses repères particulièrement dans des régions qui, comme celle de la Mer Noire, apparaissent comme les zones oubliées du développement économique.
Depuis l’arrestation de Ogün Samast, un grand quotidien d’Istanbul a révélé que les ventes de bonnets blancs avaient fortement augmenté, certains ayant décidé de porter ce couvre-chef en réponse à la marche du 22 janvier, tandis que, dans la nuit du 23 au 24 janvier, un homme déclarant appartenir à un groupe nationaliste et agir « pour la patrie » a pris en otage les passagers d’un navire dans le Détroit des Dardanelles…Puissent ces informations ne rester que des faits divers au moment où d’importantes échéances politiques s’annoncent et où la Turquie aurait plus que jamais besoin d’un soutien européen plus large et plus sincère.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Hadjar dit :

    Quelle sinistre affaire…C’est une très bonne idée, ce blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.