Candidature de la Turquie à l’Europe : « Sarko » critiqué par les Américains, « Ségo » toujours sans opinion…

Le 14 janvier 2007, lors du congrès de l’UMP, qui l’a officiellement investi candidat du parti pour les présidentielles, avec 98,1 % des mandats, Nicolas Sarkozy a réitéré son opposition à la l’entrée de la Turquie dans l’UE.

«Je demeurerai toute ma vie un européen convaincu. Mais je veux avoir la liberté de dire que l’Europe doit se doter de frontières, que tous les pays du monde n’ont pas vocation à intégrer l’Europe à commencer par la Turquie. A s’élargir sans limites on prend le risque de détruire l’union politique européenne, je ne l’accepterai pas »

Cette attitude a été vivement critiquée deux jours plus tard par Robert Wexler, le nouveau président de la sous-commission chargée de l’Europe au Congrès des Etats-Unis :

« Je ne suis absolument pas d’accord avec lui. Sa conclusion semble un peu malhonnête intellectuellement. L’Union a fixé des critères d’adhésion, et a invité la Turquie à ouvrir des négociations. Quand M. Sarkozy dit que même si la Turquie remplit tous les standards, elle ne pourra pas rentrer, c’est une position inacceptable. Ce sont des propos de campagne qui ne sont pas constructifs. En Allemagne, Mme Merkel a dit qu’elle respectait le processus, même si elle n’est pas en faveur de l’adhésion. ».

Après la visite controversée qu’il avait fait à Georges Bush au cours de l’été dernier, on avait cru comprendre que l’une des priorités du candidat de l’UMP en matière de politique étrangère était l’amélioration des relations franco-américaines, en panne depuis l’affaire irakienne. Si jamais il était élu, la candidature turque, qui revêt pour les Américains une importance stratégique non négligeable, pourrait devenir une pomme de discorde gênante entre Paris et Washington au moment même où la France se retrouve quelque peu isolée au sein de l’Union Européenne tant sur la question turque que sur celle de la relance de l’adoption de la Constitution.
Ségolène Royal, pour sa part, a répondu aux questions de la journaliste Defne Barak dans une interview publiée par le quotidien «Hürriyet » (28 janvier 2007). Elle a expliqué qu’elle n’avait pas d’objection de principe à la candidature de la Turquie mais que l’Europe devait marquer une pause avant de se lancer dans un nouvel élargissement. Est-ce oui ou est-ce non ? Est-ce oui, est-ce non ? Comprenne qui pourra…


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Arretons de tergiverser.La turquie ne doit pas entrer en Europe car LA TURQUIE N’EST PAS UN PAYS EUROPEEN.M.Erdogan a tenu des propos très tendancieux à ce propos.M.Erdogan a dit, je cite:\Nos mosquées sont nos casernes, nos musulmans sont nos soldats, nos minarets sont nos baillonnettes\.Cela se passe de commentaires.Si vous faites entrer la turquie dans l’Europe, ce sera la fin de l’Europe.70 millions de turcs débarqueront en Europe.C’est ce que vous voulez?La turquie a toujours voulu envahir l’Europe.La turquie a occupé la Bulgarie pendant 5 siècles( du XIVè au XIXè siècle).La Bulgarie soigne encore ses blessures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.