Mare Nostrum !


Dans un discours prononcé le 7 février dernier à Toulon, le candidat de l’UMP, Nicolas Sarkozy, a estimé que la France devait prendre, avec les autres pays méditerranéens de l’UE (l’Italie, l’Espagne, la Grèce et Chypre), l’initiative de proposer la création d’une Union méditerranéenne sur le modèle de l’Union européenne créée il y a un peu plus d’un demi-siècle. Plaidant pour le « pardon » et la « réconciliation » des deux rives de la Méditerranée, afin de cesser « de ressasser le passé et les vieilles haines », il a expliqué que cette Union aurait vocation à « travailler étroitement » avec l’UE et à avoir un jour des institutions communes avec elle.
Réaffirmant que la Turquie n’avait « pas sa place dans l’Union Européenne », il a voulu montrer qu’il y avait là une solution enviable pour elle. “C’est la grande ambition commune que je proposerai à la Turquie : être le pivot d’une nouvelle alliance, d’une nouvelle Union méditerranéenne”, a-t-il notamment déclaré.
La nouvelle Union Méditerranéenne, tout d’abord, pourrait organiser des rencontres régulières de chefs de gouvernement sur le modèle du G8. Elle aurait, d’autre part, un Conseil de la Méditerranée et un système de sécurité collective. Elle reposerait, enfin, sur quatre piliers : la régulation de l’immigration, la préservation de l’environnement, le co-développement et la coopération contre le crime organisé.
Toutefois, eu égard aux difficultés rencontrées par le partenariat euro-méditerranéen qui, lancé en 1995, lors de la conférence de Barcelone, a bien du mal à trouver aujourd’hui un second souffle, il n’est pas sûr que le projet du candidat de l’UMP parvienne à séduire tant la Turquie que le monde arabe.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search