Nationalisme, quand tu nous tiens !

Le nationalisme risque d’être une donnée forte des échéances électorales qui vont marquer l’année 2007 en Turquie. Bien que le décor ait changé, le contexte actuel n’est pas sans rappeler celui qui avait précédé les législatives de 1999, à l’issue desquelles on avait assisté à une forte poussée des formations politiques turques les plus nationalistes.
Ce phénomène est d’abord alimenté par plusieurs développements de l’actualité internationale. En premier lieu, l’évolution survenue dans le Nord-Irak, au cours des derniers mois, inquiète les Turcs au plus haut point. L’autonomisation de la gestion pétrolière de la région par le gouvernement irakien et la question du référendum de Kirkouk laissent, jour après jour, transparaître une indépendance de fait du Kurdistan irakien. Cette question a été au cœur des déplacements récents effectués à Washington, successivement par Abdullah Gül, le Ministre des Affaires étrangères et par Yasar Büyükanit, le chef d’Etat major. Mais si l’importance accordée par le gouvernement américain à ces visites n’a pas échappé à la sagacité des observateurs turcs, c’est aussi parce qu’en second lieu, ces dernières ont été consacrées à un autre sujet d’inquiétude croissante pour Ankara : le vote à répétition de résolutions ou de dispositions législatives sur la question arménienne par des parlements occidentaux. On se souvient des réactions provoquées par l’adoption, le 12 octobre dernier, de la proposition de loi française pénalisant la négation du génocide. Depuis, le Congrès argentin a voté une résolution sur le sujet tandis que la Diète polonaise l’inscrivait à son ordre du jour. Mais, surtout, le nouveau Congrès américain s’est saisi, à son tour, de l’affaire et l’administration Bush, en dépit des engagements qu’elle a pris à l’égard du gouvernement turc, aura, semble-t-il, bien du mal à empêcher le vote d’une nouvelle résolution, dès le printemps 2007. Que fera cette fois-ci la Turquie ? Cet événement tombe d’autant plus mal, qu’en dernier lieu, depuis la fin de l’année passée, les relations de la Turquie avec l’Europe traversent une mauvaise passe avec la question de la reconnaissance de Chypre et le gel partiel des négociations d’adhésion. Le climat morose généré par ces difficultés suscite de surcroît le développement d’un euro-scepticisme qui tend à devenir majoritaire au sein de l’opinion publique turque, alors même que Recep Tayyip Erdogan avait fait de l’intégration européenne, son cheval de bataille.
Sur ces sujets brûlants, le gouvernement actuel hésite manifestement entre l’ouverture que lui recommandent ses conseillers les plus libéraux et le reflex nationaliste qui a la faveur de ses partisans les plus réalistes. Ouvert, le gouvernement l’a été notamment sur la question chypriote où il a finalement proposé de rendre un port et un aéroport accessible aux chypriotes grecs, prenant ses partenaires européens à contre-pied par cette offre inattendue mais s’attirant en Turquie les foudres des militaires, de l’opposition et des milieux nationalistes. En revanche, ce même gouvernement a surpris en adoptant des positions plus nationalistes et plus téméraires que celles de l’armée sur l’autonomisation politique rampante du Kurdistan irakien et le problème de Kirkouk. Quant aux nouveaux développements du dossier arménien, ils n’ont pour l’instant pas provoqué de réactions autres que les habituelles mises en garde aux pays concernés. Mais les commentateurs turcs les plus avertis pensent qu’avec l’entrée en lice des Etats-Unis, la voie sera cette fois très étroite pour le gouvernement et ils le pressent de prendre une initiative conséquente dans le sillage de celle qu’il avait lancée, il y a deux ans, en proposant la création d’un comité d’experts indépendants pour examiner les faits.
La position gouvernementale est d’autant plus inconfortable que, sur le plan interne, l’assassinat du journaliste d’origine arménienne Hrant Dink et les rebondissements de l’enquête qui a suivi ont encore envenimé la situation. Après avoir vigoureusement condamné ce meurtre, les ténors du gouvernement ont donné l’impression de faire des concessions au nationalisme en boudant les obsèques du rédacteur en chef d’Agos et en se démarquant du fameux mot d’ordre, « nous sommes tous des Arméniens ! », qui avait marqué la manifestation accompagnant la cérémonie funèbre. Pourtant, les prises de position virulentes du MHP qui tente actuellement de chasser sur les terres de l’AKP et la relance de la querelle sur l’existence de « l’Etat profond », notamment après la publication des images d’une bande vidéo laissant voir le meurtrier de Hrant Dink poser en héros dans un commissariat de Samsun, ont amené le premier ministre à sortir de sa réserve.
Quelques jours après avoir reconnu l’existence de « l’Etat profond » et les périls que ce phénomène faisait courir à la démocratie, il a, dans une longue intervention à l’Assemblée, opportunément rappelé ce qu’était un Etat de droit et expliqué que l’on ne pouvait tolérer les activités et attitudes d’individus qui, sous prétexte de sauver la patrie, violent allègrement la loi et commettent les pires crimes.
Tant sur les questions internationales que sur les dossiers nationaux, le gouvernement va donc devoir louvoyer pour ménager une Turquie profonde qui, déçue par les développements récents de l’actualité, peut être tentée par un repli sur elle-même en se laissant gagner par les sirènes d’un islamo-nationalisme en pleine recrudescence. Toutefois, il est probable que ce dilemme entre la respectabilité qui sied à un leader qui aspire à voir son pays entrer dans l’Union Européenne et les comportements de campagne volontiers populistes et nationalistes concernera la plupart des formations politiques qui s’affronteront à l’occasion des prochaines élections législatives.



Citer ce billet
Jean Marcou (2007, 19 février). Nationalisme, quand tu nous tiens ! Observatoire de la vie politique turque. Consulté le 31 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sm8g

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search