Fin du procès des auteurs des attentats de 2003 à Istanbul


En novembre 2003, deux synagogues avaient été frappées à Istanbul par des attaques suicide à la voiture piégée avant que le Consulat du Royaume-Uni et une succursale de la HSBC soient à leur tour la cible du même genre d’agression, quelques jours plus tard. Ces attaques avaient fait au total plus de 60 morts dont le Consul britannique. Revendiquées par une cellule turque d’Al Qaïda, elles étaient apparues alors comme partie intégrante de la vengeance promise par Oussama Ben Laden aux pays alliés des Etats-Unis.
Le long procès qui s’est terminé, vendredi 16 février 2007, à Besiktas, par la condamnation à la prison à vie de 7 des 74 personnes qui étaient inculpées (41 autres se voyant infliger des peines d’emprisonnement de durée variable), n’a pas permis de faire toute la lumière sur cette affaire et en particulier de comprendre les mobiles et la structuration du réseau islamiste qui en avait été le cerveau. Marqué par de nombreux incidents de procédure, ce procès s’est focalisé sur un Syrien, Luai Al-Saqa, que les autorités britanniques soupçonnent par ailleurs d’être impliqué dans l’enlèvement de l’ingénieur Kenneth Bigley en Irak, en 2004, et sur un turc, Harun Ilhan, qui a justifié ses actes par un rejet radical du régime kémaliste.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.