La Turquie profonde n’est pas l’Etat profond…


La classe politique turque commet peut-être une lourde erreur en se polarisant actuellement sur les risques de crispation nationaliste qui existeraient au sein de l’électorat. C’est probablement le premier enseignement d’un sondage que vient de rendre public un institut turc réputé pour son indépendance et le sérieux de ses travaux (le Metropoll Strategic and Social Research Center). Cette enquête d’opinion a été conduite dans 27 provinces auprès de plus de 2400 personnes, au début du mois de février 2007, c’est-à-dire, après l’assassinat du journaliste d’origine arménienne, Hrant Dink.
La première surprise produite par la lecture de cette enquête d’opinion est sans doute l’optimisme des Turcs qu’elle révèle. On les croyait victimes socialement de la croissance accélérée qu’a connu leur pays ces dernières années et perturbées par les tensions politiques à répétition auxquelles ils sont confrontés… eh bien, non ! Les Turcs sont heureux, près de 60% d’entre eux se déclarant satisfaits, voire très satisfaits de leur sort !
Mais les réponses aux questions touchant à l’identité et à l’Etat de droit sont encore plus étonnantes. En dépit des événements récents et des débats qu’ils ont provoqués, près de la moitié des personnes interrogées souhaitent que les relations turco-arméniennes s’améliorent et que la frontière entre les deux pays soit ouverte. Par ailleurs, seules 13% d’entre elles pensent que l’article 301 du nouveau Code pénal doit rester en l’état alors que près de 86% estiment qu’il doit être modifié voire carrément abrogé. Ceci étant, celles qui veulent simplement sa modification sont plus nombreuses (46%) que celles qui veulent sa disparition pure et simple (40%).
Les passages les plus politiques de cette enquête semblent conforter la maturité et la sagesse précédemment observées. Les Turcs (à plus de 57%) ne souhaitent pas que Recep Tayyip Erdogan devienne Président de la République mais il conserve leur confiance à l’AKP qui reste la formation préférée de près d’un tiers d’entre eux. Au sein d’une structure partisane très morcelée, seul l’AKP (30%) et le CHP (14%) parviennent à franchir la barre de 10% nécessaire pour pouvoir obtenir une représentation parlementaire, le Centre Droit (DYP et ANAP réunis) n’obtenant que 8% au total et les nationalistes du MHP que 7%. La désillusion à l’égard des partis politiques traditionnels, qui avait été la grande leçon des législatives de 2002, semble donc se confirmer puisqu’en outre près de 15% des sondés pensent ne pas aller voter ou aller voter blanc.
Dans l’ensemble donc ce sondage semble indiquer que globalement les Turcs, relativement confiants dans leur avenir, sont tout à fait capables aujourd’hui de prendre du recul par rapport à l’actualité immédiate et à ses tentations passionnelles. Attachés à l’équilibre qui s’est établi au sommet de l’Etat entre les institutions laïques et un gouvernement post-islamiste, ils souhaitent confirmer leur choix de 2002, en 2007, sans pour autant être prêts à conférer une suprématie totale à l’AKP. À bon entendeur, salut !


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. öznur dit :

    personellement, les resultats ne m’etonnent pas du tout. A mon avis, la société turque est certainement plus ouverte que les elits dirigeants ou bien que l’Etat profond ou pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.