Sera-t-il finalement candidat ?


Il y a dix ans jour pour jour, le 28 février 1997, l’armée turque, par le biais d’une recommandation du Conseil National de Sécurité (CNS), lançait le processus qui allait aboutir à la démission, quatre mois plus tard, du gouvernement de coalition dirigé par le leader islamiste du Refah Partisi, Necmettin Erbakan. Soutenu par les milieux d’affaires, les institutions laïques et une large partie de la presse et des médias de cette époque, ce type d’intervention inédite évita à l’Armée de sortir de ses casernes à l’instar de ce qu’elle avait fait en 1960 ou en 1980 et lui permit d’agir plus en souplesse encore qu’en 1971 où, sans faire à proprement parler un coup d’État, elle avait elle-même congédié le gouvernement en proclamant la loi martiale et en procédant à une révision importante de la Constitution. En fait, ce que l’on a pris l’habitude d’appeler « coup d’État post-moderne » a été la démonstration même du fonctionnement des garde-fous sécuritaires mis en place par la Constitution de 1982 pour permettre aux forces armées, acteur politique à part entière, de couvrir «constitutionnellement » leur intervention pour assurer « le salut » du système.
Dix ans après, certes, la Turquie a changé. Dans le contexte de l’ouverture des négociations d’adhésion à l’Union européenne, des réformes constitutionnelles et législatives ont commencé à démilitariser le système politique. Le statut du CNS a été notamment réformé. Ce conseil est devenu théoriquement une institution consultative dont le gouvernement n’est plus tenu de suivre obligatoirement les remontrances. L’islamisme turc, quant à lui, a procédé à son « aggiornamento ». La principale formation politique qui en assume aujourd’hui l’héritage, l’AKP, a largement remporté les élections législatives de 2002 et son leader, Recep Tayyip Erdoğan, actuellement Premier ministre, dispose au Parlement d’une majorité qui pourrait aisément l’élire Président de la République, en remplacement d’Ahmet Necdet Sezer qui arrive au terme de son mandat.
Après le coup d’État post-moderne, le post-islamisme connaîtra-t-il sa revanche ? En réalité, alors que les présidentielles et les législatives se profilent à l’horizon, la question qui est aujourd’hui posée est de savoir si Recep Tayyip Erdoğan osera se présenter à une élection présidentielle dont il serait alors sûr du résultat.
Les derniers mois de l’année 2006 ont donné lieu à une première guerre des nerfs faite des petites phrases des uns et des autres, des projets prêtés à l’État-major et des analyses des commentateurs « avertis ». Ce nouveau développement montre en fait comment l’armée continue à hanter politiquement le système en dépit de la démilitarisation constitutionnelle réalisée au cours des dernières années. Il n’est plus question de faire un coup d’État ou un coup de palais, ni même d’oser un coup post-moderne, après l’intervention directe et l’intervention soft voici venu le temps de la dissuasion d’État où les acteurs politiques doivent avoir intériorisé les limites du système pour ne pas se laisser aller à les transgresser.
Depuis le début de l’année 2007, un nouveau scénario paraît avoir gagné la faveur des pronostics. Recep Tayyip Erdoğan ne serait finalement pas candidat. Une telle option a d’ailleurs été ouvertement développée récemment par le Président AKP de la Grande Assemblée Nationale, Bülent Arinç. La justification première de cette stratégie tourne principalement autour du constat que le régime politique turc est un régime parlementaire où la dynamique du pouvoir est impulsée par le chef de gouvernement. Dès lors, au moment où le débat politique commence à se tendre dans la perspective des législatives à venir, il paraît logique qu’un chef de gouvernement reste à la tête de ses troupes pour défendre son bilan et promouvoir son programme pour la législature à venir. En se détournant de Cankaya, le Premier ministre sortant se met en position de conserver la haute main sur sa majorité parlementaire, d’y faire taire les possibles divisions et de demeurer l’homme fort du système tout en neutralisant la présidence pour y négocier avec l’establishment politico-militaire la désignation d’une personnalité neutre qui serait moins gênante que l’actuel président. Mais, par un tel projet, le gouvernement maintient aussi les équilibres existants et écarte définitivement la menace de l’intervention militaire. Cette stratégie de la sagesse aurait gagné l’appui des milieux d’affaires, notamment celui de la petite industrie et du petit commerce anatoliens qui comptent parmi les premiers soutiens de l’AKP mais qui ne souhaitent pas pour autant engager un bras de fer avec l’État. Il n’est donc pas sûr que Recep Tayyip Erdoğan prenne les mêmes risques que ses prédécesseurs (Turgut Özal et Süleyman Demirel) qui après avoir opté pour la présidence avaient vu leurs partis dépérir et se marginaliser.
Possible et rationnel, le scénario de la non-candidature n’est pourtant pas certain. Les bruits et les postures des dernières semaines le confirment également. Car enfin pourquoi donc le leader de l’AKP, ce militant dans l’âme, sorti à la force du poignet d’un quartier populaire d’Istanbul, s’interdirait-il de s’asseoir dans le fauteuil d’Atatürk ? Bien que la Turquie soit devenue, depuis son passage à la démocratie, une république parlementaire, la présidence demeure un aboutissement symbolique prestigieux qui de surcroît n’est pas une fonction dépourvue de tout pouvoir. Reste à savoir bien sûr quelle sera la réaction de l’armée face à ce qui constitue pour elle un véritable cauchemar. Il ne faut pourtant pas oublier qu’en Turquie les interventions militaires ont toujours pris place dans un contexte de crise et répondu par là-même à une certaine attente de l’opinion publique. Or, une telle situation n’existe pas pour l’instant. Certes, les enquêtes d’opinion révèlent qu’une majorité de Turcs ne souhaitent pas une présidence Erdoğan, mais il est peu probable qu’une intervention militaire même sous une forme soft puisse apparaître aujourd’hui comme légitime. Et ce, surtout, si après l’élection de son leader à la présidence, la majorité actuelle opte pour l’organisation d’élections anticipées et se voit reconduite aux affaires, faisant par là même avaliser son choix présidentiel par le peuple… Dès lors même que la menace paraît moins crédible, il est normal que la dissuasion perde de son efficacité et que la tentation puisse devenir plus forte…
En réalité, le choix que fera Recep Tayyip Erdoğan nous renseignera sur le degré de mutation du régime sécuritaire réformé. Si le leader de l’AKP décide de rester Premier ministre, il optera pour la poursuite de la stratégie consensuelle qui a été la sienne depuis le début avec l’idée probablement de la transcender par un renforcement de sa suprématie parlementaire et par des transformations sociétales substantielles. Si au contraire, il se laisse tenter par la Présidence, alors un nouveau stade sera sans doute franchi dans les mutations politiques en cours et il sera temps de faire… d’autres pronostics.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.