Polémique « institutionnalo-personnelle » au sommet de l’Etat


Le Secrétariat général de l’Etat-major vient de confirmer le caractère « institutionnel » des propos récemment tenus par le Général Büyükanıt sur l’éventualité d’une rencontre entre le gouvernement turc et les autorités kurdes d’Irak. Cette déclaration constitue un nouvel épisode de la « guerre des petites phrases » que se livrent, depuis plusieurs mois, le gouvernement, d’une part, et les plus hautes autorité militaires et étatiques, d’autre part. Elle relance plus généralement les polémiques sur la place de l’armée dans le système politique turc.

Alors que le 11 février dernier, le Premier Ministre avait estimé qu’« une rencontre avec les groupes kurdes d’Irak serait envisageable », le 16 février, le chef de l’Etat-major, Yasar Büyükanit, qui se trouvait en visite officielle aux Etats-Unis, avait fait savoir qu’il était tout à fait hors de question d’engager un quelconque dialogue avec des leaders kurdes irakiens. Mercredi 28 février, lors de l’émission « Egrisi Dogrusu » diffusé par CNN-Türk, le Premier Ministre avait réagi aux propos du Général Büyükanıt en déclarant qu’ils ne pouvaient être que l’expression d’une position « personnelle » . Le Secrétariat de l’Etat-major vient donc de lui répondre que cette position est bien celle de l’institution militaire dans son ensemble !

Cette partie de ping-pong, au sommet de l’Etat, entre le Premier ministre et le chef de l’Etat-major a immédiatement suscité de multiples réactions. Tandis que le Ministre des affaires étrangères, Abdullah Gül, exprimait son soutien au Premier ministre en jugeant que l’on devait négocier « même avec l’ennemi », le Président de la République Ahmet Necdet Sezer a apporté son soutien aux positions de l’Etat-major en considérant qu’il était inconcevable que Massoud Barzani, le leader du Parti Kurde Démocratique d’Irak, puisse venir en visite officielle en Turquie.

Les réactions rapides du Président de la République et du chef de l’Etat-major trahissent en réalité les craintes de plus en plus vives de l’establishment politico-militaire quant à l’idée d’un « Etat kurde indépendant» que Massoud Barzani tente actuellement de banaliser. L’alliance (improbable au demeurant) entre ce dernier et le leader de l’Union Patriotique du Kurdistan, Jalal Talabani (auquel Recep Tayyip Erdogan vient de transmettre ses vœux de bon rétablissement), le soutien apporté par les Etats-Unis à cette alliance et la conjoncture géopolitique actuelle sont autant d’éléments inquiétants pour l’Etat-major. L’évocation d’un dialogue avec les Kurdes irakiens par le gouvernement Erdogan tombe donc bien mal. Et, bien que le Premier ministre ait qualifié par ailleurs d’ « erreur » la récente déclaration de Condoleezza Rice sur les « frontières du Kurdistan », l’attitude gouvernementale est loin de plaire à l’Etat-major qui n’hésite pas à le faire savoir et reste ainsi politiquement très actif alors même que ses prérogatives ont été sensiblement réduites depuis la réforme du Conseil national de sécurité de juillet 2003.

Cette situation dans laquelle on voit s’affronter un gouvernement AKP soucieux de réduire le rôle politique de l’Etat-major et une autorité militaire très sourcilleuse sur la question kurde n’est certes pas nouvelle. Mais elle illustre bien un problème politique central que Recep Tayyip Erdogan a ouvertement soulevé lors de l’émission « Egrisi Dogrusu » du 28 février et qui porte sur la compatibilité entre l’Etat de droit et ces interventions « institutionnelles » de l’Etat major qui amène l’armée à agir comme un pouvoir politique à part entière. On est ainsi au coeur de ce qui fait encore la spécificité du système politique turc où, comme l’explique le politiste Levent Ünsaldi, dans un récent ouvrage intitulé « Le militaire et le politique », l’armée a la « prétention de détenir un privilège exclusif d’autorité pour tout ce qui concerne les intérêts vitaux de la nation ».
Emel Kaba


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.