Evren, le régionaliste


Les dernières déclarations sur les régions du Général Kenan Evren, ancien président de la République (1982-1989) et « leader » du coup d’Etat du 12 septembre 1980, font grand bruit actuellement. Évoquant l’avenir de l’Etat turc, le 1er mars dernier, il a souhaité, en effet, la mise en place d’un système territorial basé sur l’existence de 8 régions (« Eyalet ») qui auraient à leur tête un gouverneur élu et qui contrôleraient leurs propres ressources financières. Cette proposition reprend, en fait, un projet découlant du décret N°71 de 1982 créant des préfectures régionales auxquelles étaient transférées la plupart des compétences d’Ankara. Ce décret, qui prévoyait aussi concrètement la création de 8 régions (Ankara, Istanbul, Izmir Adana, Trabzon, Erzurum, Eskişehir et Diyarbakır), fut néanmoins rapidement annulé par la loi N°3036 du 11 juillet 1984.
Les arguments du Général Evren pour promouvoir ce système régional sont d’ordre essentiellement technique et renvoient à la lourdeur de la bureaucratie centralisée et aux difficultés qu’Ankara rencontre en permanence pour impulser des politiques au niveau local. Les réformes conduites jusqu’à présent, notamment celles ayant abouti en 2004 à la création d’Agences de développement régional, ont en fait surtout cherché à répondre aux exigences découlant du processus d’intégration européenne en ne prenant pas toujours en compte les besoins propres de la Turquie.
Les déclarations du Général Evren ont pris, toutefois, immédiatement une dimension politique car elles interviennent dans un contexte particulièrement tendu consécutif aux remous provoqués en Turquie par la situation dans le Nord-Irak et par l’affaire de Kirkuk. Il est certes assez surprenant de voir ce Général défendre un tel point de vue alors même qu’à l’époque où il était au pouvoir, il avait fait peu de cas des libertés publiques en prohibant notamment la diffusion de la langue et de la culture kurdes. Les propos de l’ancien président dénotent sans doute une prise de conscience des problèmes démocratiques et territoriaux qui sont actuellement ceux de la Turquie mais ils ont entraîné par ailleurs une levée de boucliers de la plupart des ténors de la classe politique turque qui estiment que la conduite d’une telle réforme régionale dans le contexte actuel est trop précipitée pour ne pas dire dangereuse. Dès lors, les seuls soutiens rencontrés par cette proposition inattendue proviennent, à l’heure actuelle, des milieux kurdes, en particulier du DTP (Parti pour une société démocratique) dont l’un des élus veut déjà voir en Kenan Evren, le Général de Gaulle de la Turquie !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.