Abdullah Gül au Caire


Le Ministre des Affaires étrangères turc, Abdullah Gül, s’est rendu au Caire, les 3 et 4 mars derniers, pour participer à une réunion de la Ligue arabe à laquelle il était convié comme représentant d’un Etat frontalier de l’Irak. Le premier jour, Abdullah Gül a rencontré son homologue égyptien, Ali Aboul Gheit, auquel il a fait part de sa volonté de renforcer les liens économiques entre les deux pays, notamment, grâce à l’accord de libre échange qui a été signé récemment entre la Turquie et l’Egypte. Il s’est ensuite entretenu avec le Secrétaire général de la Ligue Arabe, Amr Moussa, pour, d’une part, discuter des relations entre la Turquie et le monde arabe et, d’autre part, revenir sur l’actualité internationale. Au cours d’une conférence de presse commune tenue avec le Secrétaire général de la Ligue arabe, interrogé notamment sur les développements actuels de la question iranienne, Abdullah Gül a souligné que, comme en 2003, lors de l’intervention américaine en l’Irak, la Turquie n’autoriserait pas que l’on mène une attaque contre un pays voisin à partir de son territoire.

Le lendemain, lors du discours qu’il a prononcé à la réunion d’ouverture de la Ligue arabe, le Ministre turc des Affaires étrangères a expliqué à ses hôtes l’inquiétude que provoquent dans son pays les questions de Nord-Irak et de Kirkouk. « Une partition de l’Irak pourrait avoir des conséquences incalculables pour toute la Région”, a-t-il déclaré en insistant sur la nécessité d’avoir un gouvernement solide à Bagdad.  Pour Abdullah Gül, Kirkouk qui abrite des Arabes, des Turcs et des Kurdes est « un véritable microcosme irakien » et c’est la raison pour laquelle, selon lui, il est capital que le « consensus » domine le règlement de ce problème délicat. « C’est le moment de montrer notre solidarité sur l’Irak, a-t-il dit à ses homologues arabes. » Le chef de la diplomatie turque n’a cependant pas pu rencontrer, comme cela avait été initialement prévu, le Président égyptien, Hosni Moubarak, et a dû décliner sa proposition de prolonger son séjour en Egypte en raison de la tenue du Conseil des Ministres, le lendemain, à Ankara. Toutefois, Abdullah Gül a eu le plaisir d’apprendre que la Ligue arabe avait décidé de soutenir la candidature turque à un poste de membre non-permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Il est important d’observer que ce voyage intervient au moment où la question du devenir du Nord Irak, tout en étant au cœur de l’actualité de la région, attise en Turquie des polémiques entre l’Armée et le gouvernement de l’AKP. L’Egypte, pour sa part, est très inquiète de la partition de fait de l’Irak et des déséquilibres qui sont en train de s’installer au Moyen-Orient avec la crise nucléaire iranienne. Le Ministre égyptien des Affaires étrangères, Ali Aboul Gheit, a d’ailleurs estimé que les Irakiens devaient décider du sort de Kirkouk parce que « Kirkouk, a-t-il dit, une ville iraquienne après tout ! » Il est probable qu’Ankara, Le Caire et les capitales arabes modérées ont sur ces questions une communauté de points de vue à partager, ce qui ne déplaît pas, sans doute, à un ministre turc issu de la mouvance islamiste et à son gouvernement.
JM et EK


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.