Recep Tayyip Erdoğan, invité d’honneur de la TÜSIAD.


Qui l’eut cru ! Recep Tayyip Erdoğan a accepté de participer, le 20 janvier 2011, à l’assemblée générale de la TÜSIAD (Türk Sanayicileri ve Işadamları Derneği, l’Association des industriels et hommes d’affaires turcs). Cette émanation du patronat turc occidentalisé, qui fête actuellement le 40e anniversaire de sa fondation, et constitue l’un des plus importants lobbies de soutien à la candidature européenne de la Turquie, avait fait du premier ministre l’invité d’honneur de son rendez-vous annuel.

La venue du leader de l’AKP n’était pourtant pas acquise. En effet, lors de la campagne ayant précédé le référendum du 12 septembre dernier, qui a permis de restructurer la hiérarchie judiciaire, une polémique avait éclaté entre le gouvernement et la TÜSIAD (cf. notre édition du 18 août 2010). Recep Tayyip Erdoğan avait critiqué le refus de l’organisation patronal de donner une consigne de vote pour le référendum. Il avait estimé notamment que cette position timorée n’était en fait qu’un aveu de l’hostilité de la TÜSIAD au projet de réforme gouvernemental. En outre, le chef du gouvernement turc avait dénoncé une attitude en contradiction avec les positions plutôt favorables exprimées par l’Union européenne à l’égard de la révision constitutionnelle proposée au référendum. Cette passe d’armes avec la TÜSIAD s’était ajoutée à un précédent clash, survenu au mois de juillet 2011, qui avait vu celle-ci, critiquer sans ménagement l’initiative démocratique kurde de l’AKP (cf. notre édition du 20 juillet 2010). Le contentieux commençait ainsi à être particulièrement lourd entre les hommes actuellement au pouvoir et une organisation qui, par ailleurs, avait activement participé au déboulonnage du premier ministre islamiste Necemettin Erbakan, en 1997, et s’était employée à dissuader Recep Tayyip Erdoğan d’être candidat à l’élection présidentielle, en 2007 (cf. notre édition du 18 avril 2007).

Il semble toutefois que le premier ministre ait accepté de passer l’éponge, pour un temps, afin de ne pas se priver de la tribune que constitue l’assemblée générale du grand patronat turc et de pouvoir envoyer quelques messages forts sur ses intentions politiques pour 2011. Le premier développement saillant de son discours a été une mise au point concernant le tabac et l’alcool. La récente directive du gouvernement restreignant la vente du tabac et de l’alcool (obligation d’avoir un lieu de vente spécifique dans les commerces, interdiction de vente de bouteilles de 20 cl, interdiction de l’alcool pendant les concerts…) a provoqué de multiples remous politiques, depuis une dizaine de jours, en Turquie. Le président de l’autorité turque de régulation de la vente des tabacs et alcools, Mehmet Küçük, a démenti toute intention idéologique sous-jascente en la matière, et affirmé qu’au travers de nouvelles propositions de limitations, l’instance qu’il préside simplement voulu protéger la jeunesse. Mais les milieux laïques ont vu, dans ces mesures, une preuve supplémentaire de la progression d’une «mentalité oppressive» qui entend encadrer les modes de vies.

Devant des hommes d’affaires turcs tout aussi habitués aux repas d’affaires arrosés que leurs homologues occidentaux, il y avait une opportunité forte de s’expliquer, que Recep Tayyip Erdoğan n’a pas manqué de saisir en déclarant : «Je peux avoir une attitude hostile à l’alcool dans ma vie personnelle et dans le cadre de ma famille. Mais, si nous sommes conservateurs, nous sommes aussi des démocrates, donc nous sommes à attentif à ne pas imposer notre point de vue à la société.» Évoquant les récentes dispositions restreignant la vente de l’alcool en les comparant à celles adoptées aux Etats-Unis ou dans d’autres pays occidentaux, le premier ministre a alors rappelé que la Constitution faisait obligation à l’autorité publique de protéger la jeunesse des méfaits de l’alcool et d’autres drogues, et il a estimé que le gouvernement n’avait fait ici que son travail.

Un autre temps fort du discours du leader de l’AKP a concerné la relance du projet de Constitution civile. Initié au lendemain des élections législatives de 2007, on sait que ce projet s’est enlisé, et qu’il n’a finalement débouché que sur une révision constitutionnelle limitée, celle qui précisément a fait l’objet du référendum du 12 septembre 2010. À l’issue du résultat positif de ce scrutin, Recep Tayyip Erdoğan a annoncé que le projet de Constitution civile serait mené à son terme, si le gouvernement de l’AKP était reconduit, à l’issue des prochaines élections législatives de juin 2011. Pour sa part, depuis le mois de septembre dernier, la TÜSIAD a mis en place un groupe de 25 experts, chargés de réfléchir à un projet de nouvelle constitution. Ce groupe ne prépare pas un texte à proprement parler, mais il doit plus exactement faire des propositions sur 5 points : le mode d’élaboration de la prochaine Constitution, les principes fondamentaux et les institutions de celle-ci au 21e siècle, les questions identitaires, la liberté de religion et la séparation des pouvoirs. Lors de l’Assemblée générale de la TÜSIAD, jeudi, Recep Tayyip Erdoğan a surtout redit sa volonté de relancer le projet de Constitution civile, en assurant que son élaboration ne mobiliserait pas seulement des experts, mais également l’ensemble de la société civile.

Le dernier passage important du discours du premier ministre a concerné le pouvoir judiciaire et les réformes qui selon lui s’imposent encore, même après la révision du 12 septembre dernier. Répondant à la présidente de la TÜSIAD, Madame Ümit Boyner, qui avait regretté que les enquêtes sur les assassinats du journaliste laïque, Uğur Mumcu, en 1993, et du journaliste turc d’origine arménienne, Hrant Dink, en 2007, soient toujours dans l’impasse, Recep Tayyip Erdoğan a déclaré qu’il n’était pas au pouvoir lorsqu’Uğur Mumcu avait été assassiné, mais que les assassins de Hrant Dink avaient été arrêtés 36 heures après leur crime. Plus généralement, faisant allusion à la récente réforme de limitation des détentions provisoires et à l’engorgement des juridictions, qui ont abouti à la libération de prévenus réputés dangereux, il a estimé qu’une réforme globale de la justice turque était nécessaire. Toujours dans le domaine juridictionnel, il n’a pas manqué enfin de regretter le récent arrêt du Conseil d’Etat, qui a annulé la décision du YÖK, autorisant le port du voile par des étudiantes candidates à des examens universitaires supérieurs. Une manière de rappeler que le port du voile à l’université devrait, une fois de plus, être l’un grand thème de campagne de l’AKP, lors des prochaines élections législatives…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.