A propos des relations turco-iraniennes et de la question nucléaire


La publication, en novembre 2007, aux Etats-Unis, du rapport de la NIE (National Intelligence Estimate), qui met en doute la poursuite par l’Iran d’un programme nucléaire militaire, a été accueillie par un mélange de soulagement et de méfiance de la communauté internationale. Une chose est sûre, la République islamique, au moins pour l’instant, bénéficie d’un événement inattendu, qui tend à la « dédiaboliser » en Occident, tout en continuant à nourrir, dans le monde musulman, son image de pays tenant tête aux Etats-Unis. Pourtant, la publication de ce rapport est aussi l’occasion de faire le point sur les relations turco-iraniennes, qui connaissent, depuis quelques années, une embellie certaine, bien qu’elles ne manquent pas, au demeurant, de contradictions et d’ambivalences.

A priori, le rapport de la NIE ne peut avoir qu’un effet positif sur la relation turco-iranienne, ce qui incite à penser que la Turquie sera, elle aussi, gagnante dans cette affaire. En effet, bien que cette relation ait surtout reposé sur des avancées concrètes, comme la signature de multiples contrats concernant, entre autres, la coopération énergétique, le commerce et les réseaux de transports, le dossier nucléaire était une ombre majeure en l’occurrence, car l’éventuelle acquisition de l’arme atomique par l’Iran constituait, en tout état de cause, une menace pour la Turquie et une source de tension inquiétante à ses frontières. La publication de ce rapport, affirmant « avec une forte certitude » que l’Iran a mis un terme, depuis 2003, aux aspects suspects de son programme nucléaire, vient donc, comme l’ont dit des représentants du gouvernement turc, « donner davantage de cohérence » à la politique que la Turquie a développée envers ce pays et la rendre beaucoup plus acceptable, aux yeux de la communauté internationale.

Sur le fond, la relation turco-iranienne est actuellement guidée par d’indéniables intérêts communs. Ceux-ci ont, d’abord, une dimension économique, notamment pour l’Iran qui subit des sanctions internationales de plus en plus lourdes, mais ils concernent également et surtout les questions énergétiques. Sur le plan énergétique, en effet, si cette coopération est fondamentale pour la Turquie (en raison de ses besoins croissants et de la position stratégique charnière qu’elle occupe désormais), elle est vitale pour l’Iran qui doit impérativement exporter sa production pétrolière et gazière, pour assurer ses équilibres économiques.

Enfin, on doit observer que les intérêts de la Turquie et l’Iran convergent largement sur le dossier irakien. Les deux pays sont, en effet, très hostiles à une partition de l’Irak. Pour les Turcs, une région kurde trop autonome peut présenter le risque de l’irrédentisme. Pour les Iraniens, un démembrement de l’Irak, même progressif, peut remettre en cause les équilibres politiques qui se sont créés, ces dernières années, et qui ont vu la majorité chiite prendre une position dominante dans ce pays, ce qui permet également au gouvernement iranien d’y exercer une influence importante. Quoi qu’il en soit, l’Iran a intérêt à une stabilisation rapide de l’Irak, qui pourrait permettre un retrait américain. Enfin, la Turquie et l’Iran sont sur des positions voisines d’hostilité à l’égard des revendications autonomistes kurdes, et des activités de mouvements armés comme le PKK.

Toutefois, cette première appréciation positive des effets, que pourrait avoir rapport de la NIE sur les relations turco-iraniennes, doit être nuancée. D’abord, comme on l’a déjà vu par le passé, les négociations de l’Iran avec la communauté internationale, sur le dossier nucléaire, sont susceptibles de connaître de nouveaux rebondissements. Par ailleurs, il faut aussi prendre une juste mesure du développement des relations entre les gouvernements turc et iranien. Car, si le nombre des contrats signés et le volume des échanges commerciaux va indéniablement croissant, on remarquera néanmoins que la relation entre les deux pays ne se fait qu’en fonction d’intérêts purement matériels. Or, une telle convergence n’atteste pas forcément de la volonté d’établir une relation plus durable. On doit, en particulier, accueillir avec prudence l’argument donnant au rapprochement turco-iranien une dimension idéologique, qui est actuellement développé en Turquie par les milieux kémalistes, inquiets des conséquences de la politique iranienne menée par le gouvernement de l’AKP. À ces réserves, il faut ajouter le fait que les deux pays ont indéniablement des bases diplomatiques, qui sont divergentes. La Turquie, qui cherche à équilibrer ses relations extérieures et à se poser en médiateur, entretient des relations étroites avec les Etats-Unis et Israël, comme vient le confirmer la deuxième visite de G.Bush, à Ankara, en moins de trois mois. La position de l’Iran, elle, paraît bien différente, pour ne pas dire, sur certains points, en complète opposition.

Lucidité et prudence envers la question nucléaire et les relations turco-iraniennes doivent donc rester de mise, mais on peut tout de même penser que, si un assouplissement de la politique étrangère de l’Iran s’amorce, ce pays aura, sans nul doute, intérêt à renforcer sa relation avec la Turquie. En effet, une médiation turque dans un dialogue entre l’Iran et les Etats-Unis n’est pas à exclure. Ce scénario renforcerait la position stratégique régionale de la Turquie et pourrait permettre, par ailleurs, à l’Iran de sortir d’un isolement économique et politique, qui paraît à terme difficilement viable.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 5 septembre 2017

    […] visant à rompre l’isolement iranien sur la question du nucléaire (voir nos éditions des 20 janvier 2008, 8 avril 2010, 15 décembre 2011 et 21 janvier 2013), Recep Tayyip Erdoğan recevait de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *