Décès d’Erbakan, le leader historique de l’islam politique

Necmettin Erbakan, premier ministre turc de 1996 à 1997, vient de s’éteindre à l’âge de 84 ans. Fondateur et leader historique de l’islam politique en Turquie depuis plus de quarante ans, il dirigeait le parti islamiste de la Félicité et se préparait aux élections législatives du 12 juin 2011.

Son père, juge religieux (kadı), lui avait donné un prénom évocateur (Necmettin signifie «étoile de la religion» en arabe). Après des études d’ingénierie en Turquie et en Allemagne, Erbakan se lance dans une carrière universitaire et devient en 1965 professeur à l’Université d’Istanbul. Par la suite, il milite un temps au sein du Parti de la Justice de Süleyman Demirel mais il en est assez vite exclu. Sa carrière politique ne commence véritablement qu’en 1969, lorsqu’il se fait élire député indépendant dans la ville de Konya. Il fonde peu après le Parti de l’Ordre national (Milli Nizam Partisi), premier véritable parti politique se réclamant de l’islam politique, qui inaugure la longue suite de partis dits de la Vision Nationale (milli görüş) – du nom du manifeste qu’il publie en 1969. Mais cette formation est dissoute par la cour constitutionnelle après l’intervention militaire feutrée de 1971. Le retour à la légalité l’année suivante lui permet de créer un nouveau parti, le Parti du Salut National (Milli Selamet Partisi). Il obtient un bon score (12%) lors des élections législatives de 1973, ce qui l’amène peu après à devenir vice-premier ministre d’un gouvernement de coalition dirigé par le kémaliste Bülent Ecevit. Erbakan, devenu une personnalité politique influente, occupera à nouveau ce poste à deux reprises dans les années 1970, mais cette fois-ci dans les gouvernements conservateurs dits de « Front nationaliste » (Milliyetçi Cephe) de Süleyman Demirel.

À l’issue du coup d’État de 1980, son parti, comme les autres formations politiques, est dissous. Lui-même est emprisonné puis banni de la vie publique jusqu’en 1987, avec la levée de l’amendement constitutionnel interdisant toute activité aux anciens dirigeants politiques. Le Parti de la Vertu (Refah Partisi, RP) créé dès 1983, a eu du mal à percer, concurrencé par le parti de la Mère Patrie (Anavatan Partisi, ANAP) et son président Turgut Özal, qui exerçaient alors le pouvoir en se présentant à la fois comme démocrates et attachés aux valeurs de l’islam. Il faut attendre la percée électorale du Refah lors des municipales de 1989 pour voir Necmettin Erbakan retrouver l’influence qui avait pu être la sienne antérieurement. Il ne va pas tarder d’ailleurs à la dépasser. En effet, son parti devient le premier parti lors des élections locales de 1994 – remportant les mairies d’Istanbul et d’Ankara ; puis lors des législatives de 1995 (21,5% des voix), ce qui amène Erbakan à devenir le premier chef de gouvernement islamiste de la République laïque quelques mois plus tard. À la tête d’un gouvernement de coalition, il cohabite difficilement avec le DYP de Tansu Çiller. Le leader islamiste ne parvient pas à convaincre et devient bientôt la cible de remontrances émises par l’armée via le Conseil National de Sécurité qui finit par lui adresser une sévère mise en garde le 28 février 1997, le mettant en demeure de respecter le principe de laïcité mais aussi de mettre en œuvre toute une série de mesures visant à éradiquer la «réaction» religieuse. C’est le «coup d’État post-moderne». Quelques mois plus tard, Necmettin Erbakan est contraint de démissionner. En 1998, son parti est dissous par la Cour constitutionnelle.

Malgré son interdiction de vie politique, le «hoca» (professeur, terme à connotation religieuse) reste le mentor du parti successeur, le Fazilet (Parti de la Vertu). Mais il est contesté dans son propre camp par une frange plus modernisatrice conduite par le premier ministre actuel, Recep Tayyip Erdoğan. Ce dernier lui reproche son manque de réalisme, prône le respect de la démocratie et soutient la candidature turque à l’Union Européenne. Le Fazilet Partisi connaît un net recul (15% des voix) lors des législatives de 1999 et est dissous à son tour en 2001. Necmettin Erbakan, dont s’est alors séparé son opposition réformatrice (qui fonde l’AKP), crée de son côté le Saadet Partisi (Parti de la Félicité) ; est alors consacrée la scission historique au sein de la mouvance islamiste turque, entre une aile idéologique se voulant la gardienne du temple et une aile réaliste se présentant comme conservatrice mais démocrate.

Lors des élections législatives de novembre 2002, le Saadet Partisi subit un échec cuisant (à peine 2,5% des voix) alors même que le nouveau parti rival de Tayyip Erdoğan remporte une victoire sans précédent et forme le nouveau gouvernement. Dès lors, le Saadet Partisi doit renoncer à obtenir une représentation parlementaire et occupe une place relativement marginale dans la vie politique, bien qu’il obtienne des scores un peu meilleurs aux élections locales et remporte quelques municipalités relativement petites. Le parti se fait remarquer principalement par les manifestations parfois impressionnantes qu’il organise, contre les caricatures du Prophète, contre l’opération militaire « Plomb durci » lancée par Israël dans la bande de Gaza ou encore lors de l’attaque du bateau humanitaire Mavi Marmara par les forces israéliennes en mai 2010.

En 2002, Necmettin Erbakan est condamné à deux et quatre mois de prison (sanction commuée en assignation à résidence par Abdullah Gül) pour falsification de documents et détournement de fonds au sein du parti du Refah. Il a cependant pu présider le Saadet Partisi en 2003-2004 et y est resté très influent. Ainsi, en 2010, les velléités de son dirigeant Numan Kurtulmuş de tourner la page de l’ère Erbakan en éliminant les proches de celui-ci de la direction du parti, se sont heurtés à une très vive résistance qui ont mené à un congrès extraordinaire, en octobre 2010. C’est un Necmettin Erbakan fortement diminué qui a été réélu à la tête du parti à la quasi-unanimité des voix. Pour les législatives du 12 juin 2011, il envisageait de conclure une alliance avec le petit Parti de Turquie (Türkiye Partisi) dirigé par Abdüllatif Şener afin de peser plus lourd dans l’échiquier politique. A moins de quatre mois des scrutins, le Saadet Partisi doit désormais se trouver un nouveau leader qui aura la lourde tâche de faire concourir un parti qui n’a jamais franchi la barre des 5%.

En attendant, des milliers de personnes se sont rassemblées pour assister à son enterrement. Le président Abdullah Gül et le premier ministre Recep Tayyip Erdoğan se sont recueillis devant sa dépouille, tout comme de nombreux ministres en poste et haut-fonctionnaires. Des représentants venus de Tunisie, d’Egypte, d’Inde, du Pakistan, du Koweït, de Jordanie, d’Indonésie, du Maroc, du Soudan ou encore de Bosnie-Herzégovine ont fait le déplacement jusqu’à Istanbul pour assister à la cérémonie. L’Etat-major a même envoyé une couronne… Dans les rues du quartier de Fatih, une foule composée presque exclusivement d’hommes s’amassait pour suivre le cortège funèbre. Certains portant l’écharpe aux couleurs du Saadet partisi et à l’effigie de Necmettin Erbakan, d’autres allant jusqu’à pleurer le défunt, tous scandant des slogans et prières telles que «Allah Akbar», «La Ilaha Illa Allah» ou encore «Mucahid Erbakan». Postées sur les abords des avenues et devant les fenêtres des étages des bâtiments, quelques femmes, très souvent voilées, assistaient aussi aux funérailles…

<object width= »640″ height= »506″ classid= »clsid:D27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000″><param value= »true » name= »allowfullscreen »/><param value= »always » name= »allowscriptaccess »/><param value= »high » name= »quality »/><param value= »true » name= »cachebusting »/><param value= »#000000″ name= »bgcolor »/><param name= »movie » value= »https://www.archive.org/flow/flowplayer.commercial-3.2.1.swf » /><param value= »config={‘key’:’#$aa4baff94a9bdcafce8′,’playlist’:[‘format=Thumbnail?.jpg’,{‘autoPlay’:false,’url’:’EnterrementDErbakan_512kb.mp4′}],’clip’:{‘autoPlay’:true,’baseUrl’:’https://www.archive.org/download/EnterrementDeNecmettinErbakan/’,’scaling’:’fit’,’provider’:’h264streaming’},’canvas’:{‘backgroundColor’:’#000000′,’backgroundGradient’:’none’},’plugins’:{‘controls’:{‘playlist’:false,’fullscreen’:true,’height’:26,’backgroundColor’:’#000000′,’autoHide’:{‘fullscreenOnly’:true}},’h264streaming’:{‘url’:’https://www.archive.org/flow/flowplayer.pseudostreaming-3.2.1.swf’}},’contextMenu’:[{},’-‘,’Flowplayer v3.2.1’]} » name= »flashvars »/><embed src= »https://www.archive.org/flow/flowplayer.commercial-3.2.1.swf » type= »application/x-shockwave-flash » width= »640″ height= »506″ allowfullscreen= »true » allowscriptaccess= »always » cachebusting= »true » bgcolor= »#000000″ quality= »high » flashvars= »config={‘key’:’#$aa4baff94a9bdcafce8′,’playlist’:[‘format=Thumbnail?.jpg’,{‘autoPlay’:false,’url’:’EnterrementDErbakan_512kb.mp4′}],’clip’:{‘autoPlay’:true,’baseUrl’:’https://www.archive.org/download/EnterrementDeNecmettinErbakan/’,’scaling’:’fit’,’provider’:’h264streaming’},’canvas’:{‘backgroundColor’:’#000000′,’backgroundGradient’:’none’},’plugins’:{‘controls’:{‘playlist’:false,’fullscreen’:true,’height’:26,’backgroundColor’:’#000000′,’autoHide’:{‘fullscreenOnly’:true}},’h264streaming’:{‘url’:’https://www.archive.org/flow/flowplayer.pseudostreaming-3.2.1.swf’}},’contextMenu’:[{},’-‘,’Flowplayer v3.2.1’]} »> </embed></object>

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Sami Kilic dit :

    Etes-vous sûre que son père était un « cadi » ? Je le croyais magistrat de cours d’assises.

  1. 3 juin 2013

    […] que le 18 juillet 1997 elle avait envoyé ses chars dans la rue pour pousser le premier ministre Erbakan à la démission. La difficulté pour la Turquie de peser militairement sur le conflit syrien et la passivité […]

  2. 3 juin 2013

    […] que le 18 juillet 1997 elle avait envoyé ses chars dans la rue pour pousser le premier ministre Erbakan à la démission. La difficulté pour la Turquie de peser militairement sur le conflit syrien et la passivité […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *