Quelles nouvelles perspectives pour le rapprochement gréco-turc ?



Le premier ministre grec, Costas Karamanlis (photo 1 : Costas Karmanlis et Recep Tayyip Erdogan), va effectuer une visite officielle en Turquie du 23 ou 25 janvier 2008. Cette visite est la première visite officielle d’un membre du gouvernement grec en Turquie depuis plus d’un demi-siècle (la dernière visite remonte au 7 mai 1959). Elle s’inscrit dans un processus plus large de rapprochement gréco-turc, amorcé au niveau intergouvernemental, depuis la fin des années 90. Si certaines questions- le dossier chypriote et la question de souveraineté sur les îles de la Mer Egée- font encore obstacle à la normalisation des relations entre les deux pays, cette visite montre qu’un pas de plus a été franchi sur le long chemin menant les deux pays vers la réconciliation. Mais, si l’étude des relations gréco-turques au niveau interétatique a fait l’objet de nombreuses analyses, et d’une littérature abondante dans le champ des relations internationales, le rôle joué par les populations civiles dans le processus de rapprochement gréco-turc reste un domaine encore relativement peu exploré.

Les populations civiles ont un rôle ambivalent dans le processus de rapprochement gréco-turc. Les positions nationalistes d’une partie de l’opinion publique des deux pays peuvent contribuer à envenimer leurs relations, en et allant à contre-courant des initiatives de rapprochement mises en place au niveau intergouvernemental. Assister à un match de football, qui oppose les deux pays, suffit pour s’en convaincre. Mais les populations civiles peuvent également constituer le ciment d’un processus de rapprochement durable. Un des exemples les plus marquants de ce phénomène est l’élan de solidarité grec qu’a provoqué le tremblement de terre, en Turquie, en 1999. Des initiatives plus pérennes ont également vu le jour, comme par exemple la mise en place, par deux journaux quotidiens grec et turc, d’un prix pour la personnalité ayant le mieux contribué au rapprochement gréco-turc ou la réunion d’historiens critiques grecs et turcs, autour de la question du nationalisme dans les livres d’histoire. Les Grecs constituent, en outre, le nombre le plus important de touristes venant visiter la Turquie chaque année. Au sein de ces acteurs non-gouvernementaux, il semble que les villes soient devenues de véritables parties-prenantes du processus de rapprochement : 44 villes grecques et turques ont été jumelées depuis 1999, une Union Internationale des Autorités Locales a été créée en Mer Egée, de plus en plus de « voyages-pèlerinages » sont organisés par les descendants de réfugiés (de l’échange de population de 1923) dans leur villes d’origine, des festivals d’amitié gréco-turque sont co-organisés chaque année (entre Güzelyurt et Nea Karvali, Dikili et Mitilène, Çesme et Kios, par exemple). Ce phénomène relativement nouveau (puisqu’il n’a pris une réelle ampleur qu’à partir des années 80) reste encore très peu exploré par les journalistes et les chercheurs. L’étude plus approfondie de ces initiatives révèle que, dans la majorité des cas, un lien hérité du passé unissait déjà les villes qui ont créé ce type de partenariat.

Les villes, à l’époque ottomane, étaient des villes multiculturelles et multiconfessionnelles, dans lesquelles les populations coexistaient de manière relativement harmonieuse. Véritables entités micro culturelles locales, ces villes étaient marquées par des spécificités régionales fortes (en termes de culture, de langue, d’identités) dépassant le clivage ethnique ou religieux entre les populations. En 1923, après le Traité de Lausanne, nombre de villes grecques et turques ont fait l’objet d’un échange de population. À cet égard, il y a plusieurs types de villes parmi celles dont l’histoire est liée à l’échange de populations : les villes qui ont connu l’échange dans les deux sens (départ et arrivée de populations qui correspond à la majorité des villes en Turquie et certaines villes de Grèce), les villes qui n’ont connu que l’exode de population et sont restées des villes « fantômes » (exemple de Kayaköy en Turquie), les villes qui ont été créées par les nouveaux arrivants (cas de nombreuses villes en Grèce portant le préfixe « Nea »). Est-ce que l’intensité des partenariats actuels mis en place entre les villes s’explique par le degré d’intégration passé des populations déplacées avec les communautés locales et leur patrie originelles ? En quoi le passé peut-il nous permettre de comprendre les liens présents qui unissent ces villes ?

Les voyages-pèlerinages des descendants de réfugiés, qui sont organisés, entre villes grecques et turques, sont directement liés à la dimension historique de ces villes. Ces voyages deviennent de plus en plus organisés et nécessitent la coopération des villes pour la réalisation de certains évènements, auxquels ils donnent lieu, comme par exemple la mise en place de festival d’amitié gréco-turque (voir photo 2 : festival d’amitié entre la vile de Güzelyurt en Cappadoce et la ville grecque de Nea Karvali organisé en Septembre 2007). Néanmoins, il est nécessaire de mentionner que ce sont majoritairement les Grecs qui se déplacent en Turquie. Coté turc, l’organisation de ces voyages est un phénomène plus récent, qui a été mis en place par la fondation du Traité de Lausanne, seulement depuis 2001. L’obtention de visas pour pouvoir aller en Grèce reste encore très onéreuse et difficile à obtenir pour les Turcs.

Cela peut donc être par nostalgie d’un passé perdu que les populations de certaines villes, touchées par l’échange de population, souhaitent retourner dans leur ville originelle. Mais l’étude plus approfondie du partenariat mis en place entre les villes de Güzelyurt (en Cappadoce) et de Nea Karvali (en Macédoine grecque), que nous avons réalisé dans le cadre du projet interuniversitaire RAMSES, en partenariat avec l’IFEA, révèle que la coopération décentralisée entre villes, qui ont fait l’échange de population, apparaît davantage comme une réelle nécessité pour le développement de chacune des villes, que comme une volonté de retour vers un passé révolu. L’échange de population a, en effet, mis les villes dans une situation problématique. Les villes, dont la population majoritaire est partie, sont devenues des villes amputées d’une partie de leur mémoire et de leur histoire. Les villes, nouvellement créées par les réfugiés, sont des villes construites rapidement et auxquelles les populations se sentent peu attachées. Ces carences peuvent être le moteur de la mise en place de partenariats pour le co-développement des villes, qui ont un intérêt social et économique réciproque à coopérer. La proximité culturelle des populations, la proximité géographique des villes et un certain intérêt économique commun peuvent, par exemple, expliquer la création de l’Union Internationale des Autorités Locales en Mer Egée. Cette union a mis en place des partenariats dans le domaine du tourisme (création d’un service de bateaux par certaines mairies turques pour relier la côte turque à l’île de Symi, par exemple), mais aussi dans le domaine environnemental (chaque année, depuis 1990, une délégation des maires se réunit pour prendre des mesures communes pour lutter contre la pollution de la mer Egée) et culturel (valorisation du patrimoine laissé par les communautés, après l’échange de population, pour développer les potentialités touristiques de chaque territoire).

Dans la perspective de l’adhésion de la Turquie, l’Union Européenne encourage fortement ce type d’initiatives. Il paraît en effet indispensable de s’appuyer sur la proximité géographique, historique et culturelle héritée du passé de certaines régions transfrontalières, pour construire les bases d’un rapprochement durable entre les communautés dépassant le cadre intergouvernemental. La commission européenne a récemment introduit deux programmes, avec des sources de financement conséquents, répondant à cet objectif : le « programme de développement pour la société civile », dont le budget s’élève à 8 millions d’euros, et « le programme de coopération inter frontalière pour encourager les initiatives de coopération décentralisée transrégionales entre la Grèce et la Turquie », dont le budget s’élève à 35 millions d’euros. Ces initiatives offrent donc de nouvelles perspectives pour le futur des différentes communautés locales, régionales et nationales des deux pays. Elles contribuent, en effet, à réinterroger l’identité des populations turques et grecques, les frontières actuelles entre les deux pays et le poids de la société civile (habitants, acteurs municipaux, départementaux et régionaux) dans le processus de rapprochement gréco-turc. Si ces initiatives locales sont confortées par les actions intergouvernementales visant au rapprochement entre les deux pays, elles contribuent néanmoins à pérenniser ces avancées diplomatiques qui restent – de par leur nature – contingentes, conjoncturelles et fortement liées à la personnalité des dirigeants.

Lisa Deheurles-Montmayeur

Doctorante en sociologie sous la direction de Jacques Barou et Yeseren Eliçin Arikan au sein du laboratoire de recherche PACTE.

More Posts


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Mirage dit :

    Merci pour vos précisions qui ont balayé les premiers doutes que j’avais pu avoir. Je profite de l’occasion pour dire un grand merci à toute l’équipe d’OVIPOT pour ses articles très compétents sur la Turquie et qui mériteraient d’être plus largement diffusés auprès du grand public français et européen.

  2. Je vous remercie tout d’abord pour l’interet que vous avez porté à cet article. Il est vrai que cette formulation peut prêter à confusion. Cette phrase pourrait en effet faire penser que les frontières entre les deux pays, qui ont été l’objet de la guerre qui les a opposés, pourraient être remises en question par ce type d’initiatives. En fait, l’idée que je souhaitais exprimer était, d’une part, que le développement de ce type d’initiatives montre que les frontières, si elles existent, ne constituent plus des murs infranchissables entre les populations. Des ponts peuvent être créés de part et d’autre de cette ligne de partage. Ensuite, en écrivant cette phrase, je pensais aux budgets de l’Union Européenne pour promouvoir des partenariats trans-frontaliers régionaux entre les deux pays. Le rapprochement gréco-turc n’est de ce fait plus seulement encouragé au niveau intergouvernemental, mais également à un niveau plus décentralisé entre les deux pays, de nature inter-régional ou inter-communal. Enfin, je faisais également implicitement référence aux perspectives d’adhésion de la Turquie à l’UE. En effet, si la Turquie rentre dans l’UE, les frontières des deux pays, sans tendre à disparaitre, seront de fait ré interrogées, puisque ces deux pays appartiendront à un ensemble supra national plus vaste.

  3. Mirage dit :

    Entièrement d’accord avec vous que ces initiatives au niveau des populations, du « petit peuple », ne peuvent être que fructueuses et conduirent à une normalisation des rapports entre le Grèce et la Turquie.Cependant, qu’entendez-vous par « elles contribuent, en effet, à réinterroger (…) les frontières actuelles entre les deux pays (..) » ? Je dois dire que cette phrase me chiffonne un peu, tout comme mes amis et parents lorrains ou alsaciens fronceraient les sourcils en lisant cette phrase dans un contexte franco-allemand. Pourriez-vous préciser votre pensée, car c’est malheureusement ce genre de phrase mal énoncée qui alimente, d’un côté comme de l’autre, les pires revendications et névroses nationalistes.

Répondre à Mirage Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.