Le gouvernement s’attaque à «l’État profond»


Le 22 janvier 2008, la police turque a procédé à un coup de filet spectaculaire dans des milieux nationalistes, suspectés d’être liés à ce qu’on appelle, en Turquie, «l’Etat profond» («Derin Devlet»), un concept qui désigne ce pouvoir occulte, instrumentalisé par certains secteurs de l’Etat et des réseaux d’extrême-droite, pour s’opposer à la démocratisation. Parmi la trentaine de personnes arrêtées et mises en détention provisoire figurent, notamment, le général à la retraite, Veli Küçük, le leader d’un groupuscule d’extrême-droite, Fikri Karadağ, ainsi que les avocats nationalistes, Kemal Kerinçsiz et Fuat Turgut. Le général Veli Küçük, ex-responsable de la Gendarmerie et des services secrets, avait vu son nom mêlé à la fameuse affaire de «Susurluk», un banal accident de la circulation qui, en 1996, avait illustré la collusion entre milieux politiques, policiers, mafias, services secrets, ultranationalistes, trafiquants de drogue et contre-guérilla kurde. Fikri Karadağ est le fondateur de l’association «Kuvayi Milliye» (Forces nationales). Quant aux avocats Kerinçsiz et Turgut, ils font partie de ces activistes ultranationalistes, qui n’ont cessé, au cours des dernières années, d’intenter des procès à des intellectuels et des universitaires, sur la base de l’article 301 du Code pénal ou d’autres moyens juridiques comparables. Ils ont, en outre, défendu des personnes impliquées dans des attentats récents (mitraillage du Conseil d’Etat, en 2006, assassinat de Hrant Dink, en 2007), attribués à «l’Etat profond».

Toutefois, les personnes appréhendées formaient aussi, semble-t-il, un véritable groupe, baptisé «Egernekon» (du nom de la plaine qui serait, d’après la mythologie, le berceau des Turcs). Leur arrestation est intervenue dans le sillage d’une opération de police qui, conduite l’an dernier dans le quartier d’Ümraniye, à Istanbul, avait déjà démantelé une cache d’armes et d’explosifs. D’après ce que l’on a pu savoir, «Egernekon» projetait d’assassiner, entre autres, le Prix Nobel de littérature, Orhan Pamuk, et des leaders kurdes, comme Leyla Zana et Ahmet Türk.

Si le Premier Ministre est resté relativement laconique dans ses commentaires, en se contentant d’affirmer : « L’État travaille », la presse turque s’est faite largement écho de cette opération, depuis deux jours. Ainsi, le journal à grand tirage «Sabah» n’a pas hésité à titrer « L’Etat contre l’Etat profond » tandis que le quotidien gouvernemental «Yeni Şafak» affirmait qu’il s’agissait de la première opération d’envergure résolument menée, par des autorités publiques, contre des pratiques occultes qui ont entaché la vie politique turque, au cours des dernières décennies. Pourtant, les éditorialistes restent prudents dans leur ensemble. Rappelant la listes des méfaits attribués, depuis trente ans, à «l’Etat profond», s’interrogeant sur la nature et les objectifs des derniers attentats, notamment ceux perpétrés contre des chrétiens, beaucoup de commentateurs rappellent que les enquêtes engagées n’ont jamais vraiment abouti.

Le contexte politique général ne doit pas non plus être perdu de vue dans cette affaire. Il y a quelques jours, au moment du premier anniversaire de l’assassinat de Hrant Dink, commémoré par des milliers de personnes, le 19 janvier, dans le quartier d’Harbiye, à Istanbul, le Ministre de la Justice, Mehmet Ali Şahin, avait souhaité une enquête sérieuse sur le rôle de la police dans l’assassinat du rédacteur en chef du journal «Agos». Il est vrai qu’au moment où le gouvernement affirme sa volonté d’en finir avec un certain nombre de dispositions contraires aux droits de l’Homme, qui, comme l’article 301, sont régulièrement montrées du doigt par l’Union Européenne, une telle enquête est la bienvenue, surtout si elle s’accompagne d’une action plus large et plus déterminée encore contre « l’Etat profond ». Mais, dans la conjoncture politique actuelle du difficile débat sur la levée de l’interdiction du port du voile dans les universités (nos éditions du 17 et du 21 janvier derniers), où le gouvernement doit se garder des manœuvres du MHP et affronter l’opposition frontale des tenants de «l’establishment», ce coup de semonce contre «l’État profond», est peut-être aussi une manière pour Recep Tayyip Erdoğan de rappeler à ses détracteurs nationalistes et kémalistes, les zones d’ombre où certains de leurs émules les plus extrémistes aiment à se retrouver pour unir leurs turpitudes. Quoiqu’il en soit, le gouvernement dans cette affaire sera jugé par l’opinion publique sur ses actes. Et, il est probable que des résultats convaincants risquent, en fin de compte, d’être difficiles à obtenir.
JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 20 octobre 2011

    […] un nouveau complot, le plan « Balyoz ») et Ergenekon (cf. notre édition du 25 janvier 2008 : Le gouvernement s’attaque à « l’État profond ». et les nombreuses éditions suivantes sur le sujet), non seulement pour essayer d’en saisir le […]

  2. 7 août 2013

    […] 2008, par une première vague d’arrestation qui surprend mais suscite des espoirs (cf. notre édition du 25 janvier 2008). Le coup de filet concerne en effet des activistes ultranationalistes, entre autres : l’avocat […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.