Visite officielle de Costas Karamanlis en Turquie : un bilan mitigé



Alors même que, depuis une dizaine de jours, des affiches de l’Office du Tourisme de Grèce fleurissent sur les panneaux publicitaires d’Istanbul, pour inciter les Turcs à aller passer leurs vacances en Grèce (Yunanistan) cet été, Lisa Montmayeur nous livre une première analyse de la visite que Costas Kamanlis, le premier ministre grec, vient d’effectuer en Turquie.

Le bilan de la visite officielle, effectuée par Costas Karamanlis, en Turquie, du 23 au 25 janvier 2008, peut sembler relativement mitigé. Si l’on doit souligner le caractère historique de cette visite et les perspectives positives qu’elle ouvre, entre les deux pays, dans le processus de rapprochement gréco-turc, on observe aussi qu’elle n’a contribué que partiellement à éclaircir la position des deux acteurs sur les différents dossiers qui opposent la Grèce et la Turquie.

Cette visite du premier ministre grec a répondu à la visite officielle effectuée par Recep Tayip Erdogan, en Grèce, en 2004. Elle peut être perçue comme le point culminant de la « diplomatie du tremblement de terre », expression qui désigne le réchauffement diplomatique entre les deux pays, amorcée après les tremblements de terre de 1999. Costas Karamanlis a d’ailleurs tenu à marquer cette visite d’un signe fort en direction du peuple turc, en déposant une gerbe sur la tombe de Mustafa Kemal. Les deux hommes ont réaffirmé, lors de cette visite, leur volonté de trouver des solutions pacifiques et concertées aux différends qui opposent leurs pays, afin d’ouvrir une ère de dialogue et de paix. Costas Karamanlis a, en particulier, réaffirmé son soutien à la candidature turque à l’Union Européenne :

«L’Union européenne doit accepter la Turquie, comme membre à part entière, une fois qu’elle aura rempli ses obligations envers l’UE.»,

a déclaré, notamment le premier ministre grec. Il a également souhaité une résolution rapide du conflit chypriote tout en se disant partisan d’une réunification de l’île :

«Le temps est venu de faire tomber le dernier mur d’Europe, celui de Nicosie. La Grèce et la Turquie devraient travailler avec la population de Chypre pour restaurer son indépendance, sa souveraineté et son unité».

On peut néanmoins regretter que cette visite n’ait pas été l’occasion pour les deux hommes de prendre des positions plus tranchées ou des mesures plus concrètes sur certains dossiers. Par exemple, concernant la délimitation du plateau continental qui partage la mer Egée, M. Karamanlis a affirmé que «les moyens permettant de la régler sont le droit international et les accords internationaux». Cette opinion reste donc assez vague sur les perspectives de règlement de ce vieux conflit. En effet, étant donné que 37 réunions mixtes d’experts ont déjà été menées sur ce dossier, une solution rapide à ce différend paraît toujours compromise. Karamanlis a également encouragé la Turquie, dans les négociations qu’elle mène avec l’Union Européenne en vue de son adhésion, l’incitant notamment à développer une politique volontariste en direction des minorités religieuses, qui pourrait se traduire par la réouverture de l’école théologique «Halki» sur «l’Ile d’Heybeliada», fermée depuis 1985. Qualifiée «d’obligation sur la route de l’Union européenne» par Costas Karamanlis et de «dossier en instance de règlement » par Recep Tayyip Erdogan, la réouverture de cet établissement est encore incertaine. Les discours sont donc restés dans un registre assez incantatoire et vague, qui a évité aux deux hommes de préciser leurs pensées ou d’entrer dans le détail de certains dossiers. Est-ce par volonté de ne pas brusquer les choses, de ne pas froisser l’autre ou de ne pas s’aliéner une partie de l’opinion publique ? La question reste ouverte.

Mais, si cette visite n’a pas été l’occasion d’apporter des réponses précises sur des dossiers de fond qui opposent encore les deux pays, elle montre que les deux chefs de gouvernement ont entamé un dialogue et qu’ils ont bien la volonté de trouver des solutions pacifiques à leurs différends. L’image du premier ministre grec saluant à son arrivée d’un « merhaba » («salut» en turc) son homologue turc, qui lui a répondu par un « efharisto poli » («merci beaucoup» en grec), semble donc illustrer parfaitement le bilan de cette visite : une atmosphère amicale entre les deux pays et le début d’un dialogue indéniablement plus soutenu.

Lisa Deheurles-Montmayeur

Doctorante en sociologie sous la direction de Jacques Barou et Yeseren Eliçin Arikan au sein du laboratoire de recherche PACTE.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.