Débat sur le voile en Turquie : état des forces en présence


La question du voile est actuellement au cœur de l’agenda politique et médiatique en Turquie. L’AKP, le parti au pouvoir, vient ainsi de proposer avec le Parti ultranationaliste du MHP d’amender la Constitution pour autoriser le port du voile à l’université. Mais que signifient au juste ce débat et cette proposition, et quelles en sont les implications ? Montée de l’islamisme, remise en cause de la laïcité, comme le disent les uns, ou respect de la liberté individuelle et démocratisation de l’enseignement, comme le prétendent les autres ? Il n’est pas toujours évident de réfléchir sereinement dans un contexte où chacun s’efforce de diaboliser l’autre.

Pour les premiers, qui sont issus, pour l’essentiel, de «l’establishment» (armée, justice, notamment), du parti kémaliste (CHP) et de son électorat, des milieux universitaires et de certaines associations de femmes, cette réforme levant l’interdiction du port du voile à l’université, est la preuve que l’AKP est en train de mettre en œuvre son fameux «agenda caché». Pour eux, autoriser le port du voile dans les universités, c’est remettre en cause la modernité et la République laïque, faire des concessions à l’islamisme, céder à la pression de certaines familles qui pourraient obliger leurs filles à se couvrir malgré elles, et favoriser une islamisation rampante de la société.

Pour les autres, principalement, le gouvernement, les électeurs de l’AKP et les libéraux qui soutiennent le parti au pouvoir, le sens de l’autorisation du port du voile dans les universités est bien différente. Selon les résultats d’un sondage, révélé récemment le «Turkish Daily News», 80% de la société turque ne serait pas hostile à la levée de l’interdiction du port du voile à l’université, même si, soulignons-le, ce pourcentage est loin d’être issu, dans son ensemble, de familles où l’on porte le voile. Pour cette tendance majoritaire de la population turque, très hétérogène, l’autorisation de porter le voile permettrait une réelle démocratisation de l’enseignement supérieur. L’université devant être un lieu intégrateur par excellence, interdire son accès en se fondant sur le port d’un voile reflétant ou non des convictions religieuses et politiques, serait, selon eux, une atteinte à la liberté individuelle. Mettant en évidence la dimension sociale de la question, ils estiment, en outre, que c’est bien l’égal accès à l’éducation qui constituerait une réelle avancée et servirait de rempart contre un conservatisme qui inquiète les kémalistes. En fait, ce débat révèle et cristallise des désaccords profonds dans la société turque. L’enjeu est donc symbolique, politique et social.

La dimension symbolique est aisément perceptible. Une partie de la population, qui suit la ligne dure du kémalisme, pour qui foulard et modernité sont antinomiques, s’inquiète d’observer que le port du voile commence à toucher les classes moyennes. Il est vrai qu’on peut voir désormais dans les rues d’Istanbul des Mercedes décapotables conduites par des femmes voilées et des affiches publicitaires vanter des foulards de luxe. Que des femmes voilées puissent constituer un modèle d’ascension sociale et atteindre un niveau élevé d’éducation, ne va pas sans inquiéter les classes aisées traditionnellement attachées à l’Etat laïque. On comprend, en outre, que le fait que la première femme de Turquie porte le «türban», depuis l’année dernière, relève du cauchemar pour ces personnes.

Mais, au-delà de son aspect social (accès à l’enseignement supérieur) et symbolique (défense d’une certaine conception de la modernité), le débat sur le voile à l’université a pris une tournure politique de plus en plus conflictuelle, ces derniers temps. Le risque de ce qui est souvent présenté comme un bras de fer entre le CHP et l’AKP, est que l’on s’ éloigne de la substance du débat et des chances d’un dialogue constructif. Du côté du CHP, comme de celui de l’AKP, une trop grande intransigeance risque de favoriser une radicalisation du conflit, et de pérenniser l’incompréhension mutuelle.On connaît le passé islamiste des chefs de file de l’AKP, mais si le CHP veut lutter contre l’islam politique, il a peut-être tout intérêt à se montrer plus souple sur la question du port du voile à l’université. Et ce d’autant plus que la plupart des pays européens, y compris un pays laïque comme la France, n’interdisent pas le voile dans leurs universités.

Quelles seront donc les conséquences exactes de la levée de cette interdiction ? Il est peu probable qu’elle provoque un raz-de-marée de voiles dans les universités. Cela dépendra néanmoins des établissements et des villes. Cette réforme, par ailleurs, sera-t-elle la première d’une longue liste visant à remettre l’islam au cœur de la société et de la politique? Là encore, on peut en douter : une grande partie de la population a soutenu l’AKP pour des motifs plus économiques que religieux. En outre, une radicalisation de ce type ne manquerait pas de provoquer la réaction hostile des milieux libéraux qui soutiennent l’AKP. Cette réaction s’ajouterait alors à la résistance du camp laïque qui, bien que minoritaire, joue toujours un rôle fondamental dans un système politique turc, où l’armée conserve une place de choix. Alors que les chances d’un consensus restent faibles et que la situation politique actuelle est tendue, la voie ne semble pas totalement libre pour l’AKP.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Ayşın dit :

    « Et ce d’autant plus que la plupart des pays européens, y compris un pays laïque comme la France, n’interdisent pas le voile dans leurs universités. »Peut être parce que la France ne court pas le risque de voir un certain nombre de ses universités fréquentées uniquement par des étudiantes voilées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *